AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez|

Somewhere, over the rainbow {Hikari}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Ethanaël D. Hodgins
Le Bookman Improvisé


▐ Ton Age : 33 ▐ Rp : {2#3}
Masculin « Messages » : 46
« Situation » : Yes Rp



MessageSujet: Somewhere, over the rainbow {Hikari} Dim 9 Jan - 23:06

    Les vapeurs de son bain à la rose créaient des petits nuages colorés. Ethan faisait des petits ronds dans l’eau comme un enfant de trois ans. Armé d’un gant, il le plongea dans l’eau puis le relevait en clamant « un Sac d’Or pour César » et recommençait ce cycle infini de débilité. Une femme du nom de Sandra entra dans la salle de bain pour lui masser le dos. Le rouquin afficha un sourire charmeur en lui faisant signe de s’approcher. Moment de pur bonheur. Ça faisait bien longtemps qu’il n’avait eu trop à ce petit plaisir. Mais… et cette Sandra, c’était qui ? Une servante ? Mais il était où déjà ? Se retournant, il tomba nez à nez avec une figure affreuse. Pire qu’une Gorgone ! Sa peau était toute ridée et verte, des dents acérées et une langue fendue sortaient de sa bouche. Ohlà ! Tu as pris un coup de chaud peut-être ? Il recula autant qu’il put dans sa baignoire dorée. Mais c’était quoi encore cette arnaque à deux balles ? Et fallait que ça tombe sur lui. Quand soudain, quelqu’un martela la porte de coups. Ethan voulut crier à l’aide, mais il aurait honte de perdre son honneur d’homme. Pfff, c’est toi qui parle d’Honneur ? Tu fuis à chaque bruit de gros godillots ! Il n’empêche que la femme chelou se rapprochait et Ethan avait beau lui balancé des coupes d’eau, elle ignorait même les coups à la porte.

    - Amélia ! Qu‘est-ce que tu fais ? Amélia ouvres !

    Nan, moi c’est Ethan et elle c’est Sandra… enfin, moitié Sandra moitié serpent dégoulinant. Et elle se rapprochait trop ! Elle ouvrit la gueule pour le mordre à son cou et ce fut la fin. Il se réveilla en sueur dans des draps sentant la rose. Ah ça venait de là ! Sauf que les tambourinements à la porte étaient bien réels et… la fille à côté de lui devait être Amélia. Il s’en rappelait déjà plus dis donc. C’est fou ce que la mémoire pouvait faire le tri dans les choses importantes. Elle gémit dans son sommeil. La fenêtre était ouverte. Sautant du lit à baldaquin, il enfila son pantalon et ses bottes. Se penchant, il évalua les risques qu’il pouvait subir en sautant. Arf environ 80% d’avoir des côtes cassées, 70% de mourir, 100% de ne pas en ressortir indemne. Mais en temps de guerre, on ne devait pas faire le difficile ! Bon bah, fallait emprunter le lierre. Jetant un coup d’œil à la pendule en or massif, il constata qu’il était bien tôt. En or massif ? Aha il se reconnaissait bien là ! Passant sa chemise sur son corps, il empocha quelques colliers et bracelets. Oh elle en avait pleins, elle n’aurait pas à se plaindre quand même ! Le bruit venant de la porte se faisait de plus en plus fort. Ohlà ! Le père avait sorti le bélier ou quoi ? En tout cas, la fille piquait un roupillon mémorable ! Il s’en souviendrait ce celle-là. C’était quoi son nom déjà ?

    Sans attendre la réponse, il passa une jambe par la fenêtre. Et c’est parti pour le parcours de Roméo à l’envers ! A mi-chemin, il entendit la porte partir en morceaux et des hurlements graves, suivis de près par des cris plus aiguës. Ça allait chausser du martinet ! Bientôt, une grosse tête poilue passa par l’ouverture. Héhé ! Avec le lierre touffu et pleins de petites bêtes -dégage de là la fourmi-, il était bien caché. Le père resta bien là dix minutes à scruter les environs (le temps pour Ethan d’engourdir tous ces membres et d‘avoir deux bestioles dans ses narines), mais il du se faire à l’idée que le sacripant avait du prendre la fuite il y a bien longtemps. Désespéré que sa fille ne soit plus la vierge innocente, il verrouilla la fenêtre en soupirant. Hop, Ethan dévala plus vite son escalier de fortune en faisant craquer ses os. Arrivé en bas, il longea le mur comme un espion en essayant de ne pas faire crisser les cailloux? Quelle était donc cette manie des cailloux ? C’était vraiment pas pratique pour les voleurs ! Il réussit quand même à atteindre le mur et, par un effort extrême, à sauter par-dessus… aidé par une souche, faut pas se leurrer quand même. Et c’est en chemise entrouverte et en pantalon plein de joaillerie qu’il entama sa longue route. Oui d’ailleurs pourquoi les nobles veulent toujours habiter dans un manoir reclus de tous ? C’est vraiment pas pratique encore une fois ! Ah ces nobles. Entourée d’une forêt qui devait sûrement leur appartenir, la maison était grande et… perdue. Mais Ethan n’était pas pressé et c’est en sifflotant tranquillement qu’il traversa le chemin boueux. Enfin à l’intersection, il arrêta un fiacre qui passa, par chance, par ici. Hop direction la ville, soit New York. Ô ville magnifique, pleine de lumière et de filles sublimes ! Y avait pleins de riches et les commerces bondaient les rues, bref, un vrai petit coin de paradis pour notre cher Ethan.

    Quand son véhicule le déposa, il fut dans l’obligation de payer. Oui, il préféra cette solution que courir et se faire poursuivre par un cinglé lui hurlant des injures. Pas très discret comme entrée et lui préférait être invisible aux yeux des autres. Après lui avoir posé un bracelet en diamant dans la main, il ne pouvait dire mot et Ethan disparu au coin de la rue. La Chance ne l’abandonnant pas cette fois, New York vivait son jour hebdomadaire de marché. Hop une pomme par ci. Ethan avait faim et fallait bien se nourrir. Qu’est-ce t’as à me regarder, toi ? Si, si je l’ai acheté cette pomme ! Et ça hurlait autour de lui ; les poissonniers étaient les meilleurs, bien capable de vous arracher une oreille en moins de deux ceux-là. Les femmes se pressaient chez les vendeurs d’étoffes ; ah eux pas besoin de crier, on vient à eux quoiqu’il advienne. C’est là qu’Ethan la vit. Pas l’étoffe, pas non plus une potentielle conquête. Hikari. Ces trois syllabes résonnaient au rythme de son cœur. Que faisait-elle là ? Etait-elle en mission ? De loin, elle lui semblait plus belle qu’avant. Ah mais non ! Il ne fallait pas qu’elle le voit. Hop discrétos, il rentra dans la boutique la plus proche qui s’avéra être… la boutique d’un apothicaire. Des serpents, ou des peaux de serpents on ne distinguait pas bien, baignaient dans des bocaux en verre, des touffes de poils étaient accrochés au mur. Cette ambiance lui rappelait l’ancienne vie de son père adoptif et il avait bien envie de demandé au vendeur s’il n’avait pas un remède efficace pour faire disparaître les fantômes. Mais pour l’instant il n’avait qu’une question en tête : Qu’est-ce que je fous là ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Hikari Hakumei
La Lumière Céleste †





Forget these empty lies.

▐ Ton Age : 25 ▐ Rp : 0
Féminin « Messages » : 1555
« Two Perso » : Lust.
« Situation » : Yes Rp


Who Are You ?
Level Rise_: Rang C
Souvenir/Pouvoirs/Innocence_:


MessageSujet: Re: Somewhere, over the rainbow {Hikari} Lun 31 Jan - 5:42




    Les exorcistes sont les armes du monde humain. Mais des armes envers lesquelles le monde se montre bien ingrat. Ceux-ci œuvrent dans l’ombre et sont craints de tous, puisqu’ils se battent contre le démon. On dit des exorcistes qu’ils sont surpuissants et manient des forces qui dépassent l’entendement. Qu’ils peuvent se jouer des éléments, manipuler le temps, entrer dans l’esprit de leurs ennemis, et, d’un battement de paupières, annihiler toute une armée de démons. Un humain normal, s’il peut admirer ces soldats du monde irréel, ne peut s’empêcher de se méfier d’eux. Le pouvoir appelle à la folie. Celui qui acquiert le pouvoir se sent obligé de s’en servir. On pouvait donc se dire qu’une fois les démons disparus – s’ils disparaissent un jour – les exorcistes tenteraient de gouverner le monde, à la lumière.

    Non mais, parlons sérieusement. Une jeune fille était accoudée à une table de bois, les yeux mi-clos, l’air de franchement s’ennuyer. Elle aurait pu prendre des vacances, non ? Se promener un peu dans un endroit calme, sans âmes enchainées et sans sœur jumelle damnée. Mais non, il y avait encore et toujours des missions, et cette fois encore on l’avait envoyé au bout du monde. Pour rien. Soit les Noahs avaient volé l’innocence avant son arrivée, soit les rumeurs selon lesquelles une créature immense se promenait à New-York la nuit n’étaient que les conséquences des élucubrations de quelques vieilles américaines superstitieuses. Ou d’adolescentes en mal de sensations fortes. A vrai dire, elle aurait bien aimé être une de ces gamines qui trouvent leurs vies tellement monotones qu’elles souhaitent désespérément voir quelque chose d’extraordinaire leur arriver. Mais Hikari, maintenant qu’elle connaissait la guerre, la solitude et le désespoir, aurait donné beaucoup pour retrouver sa vie passée. Même si celle-ci n’avait jamais été la vie d’une jeune fille normale, qui vit dans une famille aimante, avec des dizaines d’amies à son école et même un copain crétin. Elle avait eu la chance de naître double, avec une sœur d’âme, dans une famille de riches japonais qui avaient trouvé ça particulièrement logique de les séparer le plus tôt possible. Lorsque les deux gamines, après avoir tenté de fuir, avaient été enlevées, les parents avaient hésité longtemps avant de payer pour pouvoir les récupérer. Ruinés, ils avaient tenté de les marier, alors qu’elles avaient à peine 15 ans, pour retrouver un peu de leur grandeur passée. Hikari avait fui de nouveau, et quand un akuma avait failli la tuer, son innocence s’était révélée dans un éclat de lumière. C’est à ce moment là qu’on s’était débarassé d’elle, la plus faible, celle qui s’était toujours blottie contre Meian. Celle qui avait voulu fuir ces deux fois là, et qui la première fois avait entrainée sa jumelle à sa suite. Si elle s’était abstenue de demander à Meian de la suivre, alors peut-être ne serait-elle même pas sortie. Ou alors elle aurait été enlevée, mais ses parents n’auraient pas payé. Et la seconde fille des Hakumei serait devenue fille unique. Riche héritière d’une famille qui aurait alors caché dans ses placards le squelette d’une enfant seule qui voulait simplement être heureuse.

    Non Hikari ne retrouverait pas une vie normale, et maintenant qu’elle était à New-York après avoir échoué à sa mission – à mois que celle-ci n’ait pas eu de raison d’être, après tout ils courraient souvent après de fausses pistes mais le cristal divin savait se cacher – elle avait décidé de faire comme si elle pouvait encore sourire sans cette amertume qui la caractérisait tant. Faire semblant d’être normale. Hélas, la croix du rosaire marquait sa poitrine, et même alors qu’elle feignait de pouvoir vaquer à ses occupations librement, elle était consciente que l’ombre du vatican planait au dessus des épaules, appelant le moindre des akumas ou même noahs qui pourrait avoir choisi de flâner dans ce gargantuesque marché. La jeune exorciste fit lentement couler un foulard de soie entre ses doigts, jusqu’à ce qu’elle ne croit sentir un regard posé sur elle. Détournant la tête, elle aperçut du coin de l’œil un jeune homme à la chevelure rousse s’engouffrer dans un magasin à l’apparence miteuse. Oh. Intéressant. Est-ce que c’était… Ethan ? Bien, la présence du jeune homme à New-York ne serait pas surprenante en soi, il aimait arpenter le monde entier, occupé comme il devait l’être à fuir ses conquêtes d’un soir. En revanche, cela serait un hasard plutôt étonnant que de rencontrer ainsi celui qui avait été son premier amour. Enfin, amour… C’était un mot bien prétentieux pour désigner celui avec lequel elle était sortie quelques temps, avant qu’ils ne se quittent d’un commun accord. Cependant, Ethan était le seul à être resté son ami même alors qu’elle était devenue exorciste. Car sa propre sœur n’avait plus voulu d’elle.

    Le suivant avec une discrétion qu’elle croyait intacte, la jeune femme pénétra à sa suite dans la boutique quelque peu glauque. Ignorant son environnement, elle se hâta d’aller déposer une main aux doigts fins, mais à la paume ayant perdue sa douceur sous les cicatrices qui avait laissées sa lumière, sur les yeux de l’homme, avant de murmurer à son oreille, d’une voix doucereuse.

    « Alors, on essaye de me fuir, monsieur ? »

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ethanaël D. Hodgins
Le Bookman Improvisé


▐ Ton Age : 33 ▐ Rp : {2#3}
Masculin « Messages » : 46
« Situation » : Yes Rp



MessageSujet: Re: Somewhere, over the rainbow {Hikari} Sam 12 Fév - 22:32

    Wouaaa ! En fait c’était vachement mieux qu’il ne le pensait ! La Nostalgie flottait autour de lui ; son père adoptif avait concocté des centaines de mixtures toutes les plus étranges les unes que les autres et là, il retrouvait ça. Toutes ces potions l’émerveillaient, même les animaux morts qui auraient pu lui sembler glauque le ravissaient. Il ressemblait un peu à un gamin tout fou dans un magasin de jouet. D’un autre point de vue, ça pouvait ressembler à des jouets… enfin, la petite expérience d’Ethan lui avait conseillé de ne pas trop s’approcher de ces philtres et autres. Car il était vrai, ces trucs avaient beau être liquide ils n’en demeuraient pas moins des armes redoutables. Ah qu’il était frustrant de constater que l’Homme n’avait pas toujours le contrôle sur son corps et en particulier pour Ethan. Avait-il servi de cobaye pour son père ? Probablement mais il ne s’en souvenait plus du tout. D’ailleurs, le vieillard était fier de ce qu’il appelait « le Sérum de l’Oubli ». Euh oui si tu veux. Un jour, il lui en avait donné une petite fiole, mais malheureusement pour le vieux, Ethan l’avait tout simplement troqué contre quelque chose qui lui semblait plus… précieux. Ah petit impertinent, tu ne te rend pas compte que tu peux briser le cœur des gens ? Pas vraiment non, sinon il aurait arrêté de s’enfuir à chaque conquête emballée. Beurk quelle horrible métaphore ! D’où te viens-tu cette maladie de partir en cavale ? Ah je sais ! C’est à cause d’un amour dont tu as souffert ! Ohlà Ethan ne te met pas dans tous ces états ! D’accord, d’accord, je retire ce que j’ai dit ! Hurm donc, Ethan était un peu troublé depuis qu’il avait entraperçu Hikari. Maintenant, il se demandait s’il n’avait pas rêvé. Qu’est-ce que pouvait bien faire à New York ? L’Hikari qu’il connaissait partait rarement toute seule visiter une ville aussi grande. Enfin après tout, il ne la connaissait plus si bien. Devenir Exorciste était un sale boulot. Lui, il ne pourrait jamais le devenir ! Trop fatigant et puis… ce truc était une vrai prison ! Enfin, de toute façon, il n’était pas de type Symbiotique puisque rien ne s’était passé devant la transformation de son père. Enfin bref ! Il n’était qu’un simple civil. Enfin, lui il trouvait ça super ! Libre comme l’air, aucune obligation, possibilité de faire ce qu’il voulait comme danser dans cette boutique. Hop, c’est parti, il prit trois bocaux et commença à jongler avec en chantant un air de jazz. Pouloum pouloum ! Lançant les bocaux qui se retombèrent bien droit sur l’étagère. Il prit deux bâtons d’encens et frappa la verrerie pour en faire sortir une mélodie exquise. Arf bien sûr, il manquait la trompette. Une clochette retentit ; un nouveau client. Pas grave !

    Il arrêta son manège quand ses yeux tomba sur un lézard baignant dans du formol. Woua ! C’était une espèce rare. Avec précaution, il prit le pot et tapota ses ongles sur le verre transparent. Oh il avait toujours espéré qu’un animal ouvre un œil mais rien ne se passa. Dommage ! Il était bleu avec des reflets violets. Une vraie merveille ! Il se retourna vers le comptoir quand soudain, il sentit deux mains sur ses yeux.

    « Alors, on essaye de me fuir, monsieur ? »

    Cette voix ! Il l’aurait reconnu entre toutes. Non. Pourquoi ? Il s’était caché… enfin à moitié Elle l’avait suivi ? Sérieux ? Bref, il était pétrifié. Il lâcha le bocal dont le liquide se rependit sur ses bottes. Super odeur de croque-mort pendant un mois. Il tourna sa tête à la manière d’un robot. On pouvait presque entendre du bruit métallique à chaque mouvement de son cou. Il murmura son nom en décomposant chacune des syllabes. HI-KA-RI. Si parfaite, si lumineuse et si… couverte de cicatrices étranges. Ignorant son délit, il lui prit la main et scruta les sillons. Son visage se décomposa presque. Non, ce n’était pas du dégoût, c’était de la surprise. Quoi ? Il existait quelqu’un de bien plus fort qu’Hikari dans ce bas monde ? Cela semblait impossible pour Ethan, car sous ses petits airs sages, Hikari pouvait se changer en tigresse lors de ses combats. Il avait déjà vu d’autres Exorcistes se battre et pour lui, Hikari était la meilleure de tous. Que c’était-il donc passé ?

    - Hikari, ma Princesse, qui t‘as fait ça ? Il t‘es arrivé quelque chose et tu ne m‘as pas prévenu ! Tu as failli mourir c‘est ça ?

    Ethan ne savait pas lui-même s’il exagérait. Ils ne s’étaient pas vu depuis si longtemps et lui avait le culot de lui reporter la faute. En fait, dans son fond intérieur, il estimait qu’Hikari avait sa part de responsabilité, mais il ne voulait pas se montrer faible devant celle pour qui, peut-être, son cœur renfermait des sentiments bien profonds. Arf au diable ces choses ! Il était très bon pour cacher ses faiblesses et notamment en faisant l’imbécile ou en énervant ses interlocuteurs pour les inciter à partir. Un peu lâche cet Ethan ? Ouais, mais c’était pas nouveau. Hikari n’eut pas vraiment le temps de répondre puisque le propriétaire arriva en criant désespérément. Tant pis, elle répondrait plus tard. Hé hé. Et puis, là, il avait bien envie de prendre ses jambes à son cou parce qu’il n’avait pas tellement envie de réparer les dommages qu’il avait causé. Quoique hein ! C’était pas tout à fait sa faute aussi ! Toujours en train de remettre la faute sur les autres, hein ? Mmh… tu ne changeras jamais. Toujours aussi gamin et voleur. Pour toutes réponses aux jérémiades du bonhomme, Ethan afficha un sourire, puis regarda Hikari comme s’il attendait son feu vert pour prendre la fuite.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Hikari Hakumei
La Lumière Céleste †





Forget these empty lies.

▐ Ton Age : 25 ▐ Rp : 0
Féminin « Messages » : 1555
« Two Perso » : Lust.
« Situation » : Yes Rp


Who Are You ?
Level Rise_: Rang C
Souvenir/Pouvoirs/Innocence_:


MessageSujet: Re: Somewhere, over the rainbow {Hikari} Jeu 24 Fév - 7:32

  • Cette boutique était décidément on ne peut plus glauque. La grimace qu’elle eut en apercevant un bocal nauséabond chuter sur les bottes de son ami se transforma rapidement en un grand sourire. Ethan ne s’était toujours pas tourné vers elle. Il s’était contenté de saisir la main qu’elle avait déposée sur ses yeux pour l’observer d’un air choqué, en poussant de grands cris. S’il hurlait en apercevant ces légères marques, que dirait-il s’il avait l’occasion de voir… plus ? L’aube vengeresse était une innocence puissante. Elle lui offrait des possibilités qui séduisaient parfois Hikari. Si autrefois elle avait détesté son arme, elle la voyait désormais comme sa sœur de combat. Celle qui l’accompagnait durant les missions les plus dangereuses. L’innocence l’avait choisi, et elle n’était pas responsable de la perte de sa sœur. Après tout n’avait elle pas souvent prié pour que son destin soit plus passionnant que celui que lui avaient choisi ses parents ? Il était vrai qu’à la congrégation, elle connaissait la peur, parfois la solitude lorsqu’elle se rappelait à quel point Meian était loin d’elle. La douleur était devenu une compagne dont elle ne savait plus se séparer. Mais elle était utile, enfin. Elle luttait pour une cause noble, et ne se contentait pas de errer sans but sur cette terre. Après tout, si elle était restée au Japon comme petite fille sage, nul doute que ses parents l’auraient mariée à un abruti sans autre charme que sa richesse. Et non pas avec celui qu’elle aurait choisi. Son sourire se fana quelque peu. Autrefois, peut-être aurait-elle choisi Ethan. Mais tout ça était passé depuis bien longtemps. Il lui semblait que son ancienne vie datait de dizaine d’années, et non pas de seulement deux ans.

    « Oh tu sais Ethan, ce n’est pas sur mes mains que se cache le pire. » et son rictus amusé n’était heureusement pas visible, le jeune homme étant après tout de dos à l’exorciste.

    Cependant, elle ne put empêcher ses joues de se colorer quelque peu. Autrefois cela aurait bel et bien été à Ethan de découvrir ses cicatrices mais… Non. Par pitié, ne laissez pas son esprit dériver ainsi !
    Bien. Elle se disait donc que, en effet, l’Aube Vengeresse, si elle était surpuissante, était aussi dangereuse. La flamme qu’elle faisait souvent naître sur ses mains parvenait parfois à blesser sa paume. Sa lumière ne faisait pas apparaître de cloques puisqu’elle ne dégageait pas de chaleur. Corrosive, elle rongeait profondément, comme une lame acide. Sa peau pâle, autrefois si douce, était désormais entaillée. Mais elle ne réagissait plus à cette souffrance. Tout comme elle ne se crispait plus autant à chaque activation de son innocence, lorsque son cœur accélérait considérablement et qu’elle sentait une douleur intense lui serrer la poitrine.

    « Est-ce que je te rendrai maladroit ? » demanda-t-elle en contournant légèrement le jeune homme pour se retrouver face à lui. Le propriétaire du magasin arrivait déjà en hurlant, mais elle l’ignora, et plongea ses yeux dans ceux de Ethan, avec un sourire un peu plus grand encore. Elle était profondément heureuse de le revoir, c’était certain. Faisant volte-face, elle affronta du regard l’homme qui venait de les rejoindre en braillant.

    « Veuillez excuser mon ami, monsieur, il perd quelque peu ses moyens lorsqu’il est surpris. Je serai heureuse de vous dédommager. »

    L’uniforme d’exorciste faisait généralement se taire les importuns, et elle espérait secrètement que l’homme se calmerait en lui assurant qu’elle n’avait aucun besoin de le payer. Cependant, il croisa les bras, sa figure pataude tressaillant alors qu’il s’agitait, et la fixa d’un air impatient. Feintant de se pencher pour saisir un peu d’argent, elle agrippa à la place le bras de Ethan, lui jeta un coup d’œil amusé, avant de partir en courant.

    Une exorciste et un bookman autoproclamé couraient donc comme ils le pouvaient au beau milieu d’un marché. La jeune fille ignorait ostensiblement les grognements de ceux dont ils écrasaient les pieds, se contentant de prêter attention à ce bonheur discret qui enflait quelque part près de son cœur. Alors qu’elle apercevait du coin de l’œil Ethan à ses cotés, elle se sentait parfaitement à l’aise. Presque complète. Elle avait l’impression étrange d’être redevenue une gamine insouciante qui faisait des idioties avec son petit-ami du moment. Ce qu’elle n’avait jamais été. Ethan et elle étaient sortis ensemble, mais on n’avait jamais pu désigner Hikari comme une enfant gaie qui ne pensait qu’au présent. Dès que ses parents avaient tenté de l’éloigner de sa véritable moitié elle avait commencé à décliner, comme le soleil mourrant lentement chaque soir, elle avait entamé une lente agonie. Et la lumière l’avait ramenée à la vie.

    C’était alors là qu’elle avait appris qu’il y avait un prix à cela. Elle était vivante. Elle menait l’existence qui devait être la sienne. C’était ce que signifiait le mot Elue. Les exorcistes étaient choisis par Dieu pour veiller sur le monde, et détruire la noirceur qui le rongeait lentement. Elle était la lumière, l’aube qui se levait sur la terre pour venger l’injustice. Et Hikari aimait cela. Elle se sentait heureuse d’avoir un but, de ne pas être née simplement pour jeter le déshonneur sur sa famille. Seulement, pour devenir quelqu’un, il avait fallu qu’elle se perde profondément. On lui avait arraché Meian, et parfois elle en venait à tout regretter. Hikari Hakumei aurait peut-être choisi de ne rien signifier si elle avait su ce qu’il lui faudrait sacrifier. De son ancienne vie, rien n’avait survécu. Ses parents n’avaient jamais cherché à avoir de nouvelles de l’enfant faible qui s’était échappée avec sa sœur, espérant être libre. Elles avaient été kidnappées sitôt sorties de la maison, et la famille Hakumei avait du céder sa fortune pour les récupérer. A regret sans doute. Puis elle était partie une fois de plus et cette fois l’innocence s’était révélée. On l’avait vendue à la Congrégation de l’Ombre, et elle avait rattrapé sa dette. Perdant cependant sa sœur. Son unique famille au fond. Mais Ethan était resté son ami, bien qu’il ait cessé de le voir aussi régulièrement qu’avant.

    Elle était persuadée il y avait à peine plus d’un an, que l’ancienne Hikari, l’insolente et impulsive adolescente, celle dont la langue était si redoutable, celle qui pourtant se blottissait avec soulagement contre Meian pour oublier les cauchemars, était morte le jour où on lui avait donné une chambre autre que celle appartenant à Meian. Autre que Leur chambre. Et si elle était revenue à la vie le jour où la lumière avait éclaté sur son corps, l’ancienne personnalité avait perdu sa phase rieuse et sarcastique pour ne laisser que le visage froid qu’elle avait su arborer lorsqu’elle ne voulait pas qu’on l’approche. Lorsqu’il ne s’agissait pas d’une réception ennuyante où elle n’était alors qu’apparence. Mais des gens l’avaient approché malgré son regard fermé, et elle avait appris à redevenir elle-même. Plus forte, plus courageuse. Mais aussi bien plus incomplète. En cet instant, la Congrégation était loin. Il n’y avait que elle et Ethan qui couraient pour une idiotie. Un peu comme autrefois. Même si tout avait changé. Bien qu’elle ait gagné en endurance à force de combattre et de fuir lorsque cela été nécessaire, son cœur était épuisé par le cristal divin, et son souffle se hacha rapidement. Alors, resserrant sa prise sur le poignet de Ethan, puisqu’ils avaient du semer le marchand depuis bien longtemps, elle l’attira dans une ruelle déserte où personne ne vagabondaient. Là, elle s’appuya contre un mur, rejetant la tête en arrière, et eut un rire amusé en observant les bottes salies du rouquin.

    « Charmant. C’était quoi, un lézard, une blatte ? »

    La voix était légère, et elle se releva pour enlacer le jeune homme. Elle était inconsciente du trouble qu’elle provoquait chez Ethan. Il était plus vieux qu’elle, et elle pensait qu’il venait moins souvent la voir car il se trouvait occupé. Que cela soit par ses innombrables conquêtes ou par son rôle de Bookman. Elle ignorait qu’il tentait en réalité de la fuir. Cependant son cœur se serra quand elle supposa au fond d’elle-même, que peut-être il s’était bel et bien engouffré dans le magasin pour se cacher d’elle. Après tout, qu’aurait-il fait dans une pièce si glauque… ? Ah. Quoi que, il s’agissait de Ethan, pas d’une personne normale.

    « Tu m’as manqué. Pour répondre à ta question, puisque nous avons été méchamment interrompus, personne ne m’a fait cela, j’ai réussi à me blesser toute seule. J’ai toujours été douée pour cela. »

    Et elle s’en foutait si les derniers mots étaient quelque peu amers.
    Son sourire tenta de se faire plus convaincant, puis elle reprit.

    « Alors. Combien de centaines de conquêtes depuis la dernière fois ? Ne t’es tu toujours pas décidé à devenir… plus sérieux ? »

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ethanaël D. Hodgins
Le Bookman Improvisé


▐ Ton Age : 33 ▐ Rp : {2#3}
Masculin « Messages » : 46
« Situation » : Yes Rp



MessageSujet: Re: Somewhere, over the rainbow {Hikari} Sam 23 Avr - 3:26

You’re the Sun in the sky
You’re my Light in my Darkness
You’re my Angel in my Nightmares
Will you ever been my Bride ?

    Ces cicatrices. Ce n’était pas le pire. De quoi parlait-elle ? Qu’elle était meurtri au cœur ? Ou alors qu’elle avait été rongé par l’acide de son Innocence ? Ethan ne cernait pas très bien ce qu’elle voulait dire. Mais quand elle lui demandait si c’était sa présence qui le rendait maladroit, il se contrôla pour ne pas afficher un rictus de benêt. Bien sûr que sa présence l’affectait, mais il n’en montrait pas le centième et il préféra afficher un sourire.
    Le commerçant arriva. Forcément. On va pas se rendormir après avoir entendu un bruit de verre cassé dans sa boutique. A la grande surprise d’Ethan proposa de payer? Oui c’est vrai, c’était un peu de sa faute. Mais normalement il avait un minimum de réflexe. Un court instant, Ethan eut l’impression qu’Hikari avait perdu son âme d’enfant. Avait-il perdu cette enfant qui avait couru avec lui pour échapper aux gardes ? N’était-elle plus si espiègle ? A chercher le plus petit trou de souris possible, à se faufiler avec une rapidité surprenante ? Ah ! Ce temps-là lui manquerait toute sa vie. Et encore même lorsqu’elle était à la Congrégation de l’Ombre, elle n’hésitait pas à chaparder une ou deux pommes à l’occasion. Mais au dernier moment, elle préféra l’entrainer vers la sortie. Youhoo ! Voilà l’Hikari qu’il connaissait. Et il ne put s’empêcher de tirer la langue au vendeur. Bouh c’était mal !

    Quelle course folle ! Ça faisait bien longtemps qu’il n’en avait pas vu des comme ça. Et avec Hikari en plus ! Alors là, ça remontait à bien des années. Et malgré la rapidité de sa compagne, il réussit à récupérer un article sur l’étalage. Bon c’était une botte de carotte. En purée c’est bon non ? Enfin faut avoir un truc pour les broyer aussi. Arrête de faire ton difficile aussi ! Un bon bâton en tapant dessus comme un dingue et hop c’est fini l’artiste.
    Enfin Hikari consenti à arrêter sa course effrénée. Ethan ne voulait absolument pas lui lâcher la main, mais il s’y résigna à regret sans une moue visible. Bah oui, elle était tout de même avec l’autre Bookman roux… Mais c’était quand même son amie ! Ouais son amie qu’il avait tenté d’oublier, de la pousser dans les tréfonds de son âme embrumée. Hop dans le tunnel noir de l’oubli. Apparemment ça n’avait pas franchement fonctionné. En même temps, difficile d’oublier quelqu’un quand on l’a en face de soi. Y avait quand même de gros progrès dont Hikari n’avait pas la moindre idée : finis les coup de poing dans les murs de granit, finis les sauts dans le vide, finis les évitements devant les miroirs. Eh oui Hikari ma jolie ! Il était meurtris quand il s’est rendu compte qu’il manquait quelqu’un à ses côtés.
    Les larmes lui vinrent presque aux yeux. C’était sa première réaction. Elle était là devant lui, telle la lumière dans son monde sombre de solitude. Elle avait ce sourire si parfait. Enivrant parfum dont il n’arrivait toujours pas à en démêler les arômes spécifiques. Pendant une minute, il se contenta de la regarder, figé comme de la pierre. Mais il se reprit bien vite en lui donnant une petite tape amicale sur l’épaule. Sa chance était passée désormais. La chance ne voulait pas de lui sur ce moment même et pourtant il en demandait bien les faveurs. Comme perdu dans le noir opaque de sa propre arrogance, il n’avait vu que trop tard la lumière de son salut. La revoir lui offrait un sentiment mitigé. Il n’avait jamais imaginé la revoir un jour ; le monde était bien trop grand. Apparemment, le dicton avait raison.

    « Charmant. C’était quoi, un lézard, une blatte ? Tu m’as manqué. Pour répondre à ta question, puisque nous avons été méchamment interrompus, personne ne m’a fait cela, j’ai réussi à me blesser toute seule. J’ai toujours été douée pour cela. »

    Ah la phrase qui cassait ce monologue sentimental et nostalgique. Ouais c’est vrai qu’il sentait pas la Rose, mais Ethan aimait les odeurs ultra fortes. Pas celle du poisson, n’allons pas trop loin non plus. Mais le Formol ça sentait bon, non ? Bon c’est vrai que c’était pas très discret ; on pouvait le sentir à des kilomètres ou alors le prendre pour un croquemort. Allez savoir lequel est le meilleur. Il leva la botte de carotte au niveau de son visage et afficha un air benêt. Regardes ce qu’il avait réussi à prendre ! Oui il voulait changer de conversation…

    - C’est un Agerus Simpilitus ! C’est unique au monde et ça bien valoir dans les trois cents pièces d’or…

    Oh il aurait bien voulu débattre de ses connaissances scientifiques avec sa Lumière, mais il était à peu près sûr que ça ne l’enchanterait pas vraiment. Pourtant c’était si passionnant toutes ces petites bêtes. Oui… il avait passé outre la seconde partie de la réplique d’Hikari. Préférable de faire la sourde oreille à « Tu m’as manqué » sinon il se serait étranglé. Mais du coup, il devait faire abstraction de la volonté de la jeune fille à se faire du mal. Quoi ? Il ne devait y avoir qu’une seule raison ; son Innocence. Et c’était donné par Dieu ce truc ? Ça vous rongeait à petit feu ouais ! Ah Dieu et Ethan, une longue histoire de haine. Combien de fois il avait volé le vin ou le candélabre en or de l’église du coin ? Ethan détestait l’église depuis qu’on avait accusé son père adoptif de sorcier. Ce dernier n’avait rien été de tout ça et il avait été obligé de fuir au risque qu’on le mette au bucher. En plus, d’un certain côté, Dieu lui avait pris Hikari… même s’il l’avait suivi après son entrée à la Congrégation. Mais c’était pas grave ! Dieu et Ethan c’était comme l’huile et l’eau !

    « Alors. Combien de centaines de conquêtes depuis la dernière fois ? Ne t’es tu toujours pas décidé à devenir… plus sérieux ? »

    Bizarrement le jeune gringalet fut pris d’une quinte de toux. Mais nom de D… de Lui-même ! Pourquoi elle voulait toujours savoir ça ? Pour toute réponse, il haussa les épaules. Aucune envie de parler de ça avec elle… l’un des sujets tabous. Et vite fallait trouver quelque chose pour combler ce gros silence embarrassant ! Mais apparemment Ethan n’avait trouvé que la solution de fixer ses bottes sentant le formol. Inconsciemment, il se mordait la lèvre inférieure, traduisant son mal aise. Puis son attention revint sur Hikari. Si… Raaah !

    - Et toi combien t'as dérouillé d'Akumas-machin ? Dans tous les cas, chuis fier de toi, mais j'espère que c'est pas ce truc lumineux qui te bouffe ta vie !

    Il ne voulait pas la blâmer pour ce qu'elle était. Elle ne l'avait pas vraiment en fait. C'était le soit disant truc divin au -dessus qui décidait et hop, on devait s'exécuter. A d'autres casse-noisettes ! Laisse Hikari tranquille ! Pourquoi lui enlever encore ? Juste et bon le papé ? Cruel jusqu'aux ongles oui ! Voilà ce qu'il était. Mais il ne voulait pas se fâcher devant Hikari. Probablement qu'elle ne comprendrait pas. Oui, sa Lumière la rendait éblouissante et magnifique. Mais il ne voulait pas la voir dépérir à cause de ça... Baissant la tête, cachant ses yeux entre ses mèches de cheveux rousses, il la prit par les épaules (en gardant sa botte de carotte XD).

    - Vas-y mollo avec ces trucs. On peut jamais savoir ce qui peut t'arriver... et... j'ai pas tellement envie de ne plus te revoir.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Hikari Hakumei
La Lumière Céleste †





Forget these empty lies.

▐ Ton Age : 25 ▐ Rp : 0
Féminin « Messages » : 1555
« Two Perso » : Lust.
« Situation » : Yes Rp


Who Are You ?
Level Rise_: Rang C
Souvenir/Pouvoirs/Innocence_:


MessageSujet: Re: Somewhere, over the rainbow {Hikari} Mar 26 Avr - 2:45

  • Hikari eut un sourire immense. La vie lui paraissait un peu plus radieuse. Elle était dans une petite rue avec un mec qui sentait le chloroforme, tenant une botte de carotte dans les mains… Quoi de plus normal après tout ! C’était cela que d’être avec Ethan. La vie déraillait et le train passait dans un fracas pas possible à travers les paisibles villages, surprenant les vaches qui voulaient simplement l’observer passer. Elle était bien, là, lorsqu’elle oubliait qu’on avait posé sur ses épaules un devoir lourd à porter. Lorsqu’elle oubliait qu’alors qu’elle n’avait pas encore dix huit ans elle avait déjà vu des amis à elle mourir démembrés, vidés de leur sang. Alors que son corps accueillait des cicatrices blanchâtres partout sur sa peau dorée. Alors qu’à chaque mission elle partait en se disant qu’elle ne reverrait peut-être jamais sa sœur. Ni sa maison. Sa véritable maison bien sûr. La congrégation, et non pas la maison dans laquelle elle avait grandi. Celle-ci, ses parents avaient du la vendre depuis une éternité. A moins que l’argent reçu lorsqu’ils avaient offert Hikari à la Congrégation n’ait suffi pour la conserver. Elle ne gagnait pas de salaire mais elle savait que ses parents avaient touché une forte somme en prétendant qu’ils ne laisseraient pas Hikari se battre sans une compensation à la hauteur de la perte. Comme s’ils tenaient encore à elle. Mais elle s’en moquait. Les seules personnes à pouvoir lui rappeler ses parents étaient ce bookman qui voyageait sans se soucier d’elle, et sa sœur. Et elle ne les voyait hélas pas souvent.

    L’exorciste ne releva pas le silence d’Ethan à propos de certains de ses mots, ni sa façon d’éluder la question qu’elle lui avait posé. Elle ignorait que son ami avait finalement développé des sentiments pour elle. A vrai dire, si on lui en avait laissé le temps, elle était sûre qu’elle aurait fini par tomber amoureuse de lui. Mais ils s’étaient séparés un peu trop rapidement, choisissant de n’être que de bons amis. Puis elle était partie à la Congrégation et n’avait aperçu Ethan que de rares fois depuis.

    « Des akumas ? Oh mais… une dizaine de milliers voyons ! »

    Elle eut un rire amusé. Non, les akumas, surtout de niveau un, n’étaient pas un problème. La lumière la protégeait la plupart du temps. Les plus dangereux étaient les Noahs. Ils avaient été humains mais n’étaient ensuite plus rien d’autre que des monstres. Du moins c’est ce qu’elle essayait de croire.

    « En revanche, les Noahs… Ceux-là sont immortels. Et pourtant ce n’est pas faute de vouloir en détruire certains… »

    Le nom de Tasha Bloody fut sifflé entre ses lèvres quelques secondes après, alors qu’elle se renfermait. Cette Noah était sa pire ennemie. Tout d’abord parce qu’elle tournait autour de Lavi depuis bien trop longtemps, et ensuite… Parce que c’était ainsi, c’était tout. Les deux filles se battaient avec ardeur chaque fois qu’elles se croisaient, si bien que Tasha était devenue un point fixe de la vie de Hikari. Bien que l’exorciste vitupérait fréquemment contre cette « idiote de Noah répugnante et monstrueuse » elle se demandait ce qu’il adviendrait d’elle si un de leur combat se soldait par la mort de la Noah. Elle perdrait sa meilleure ennemie. Et cela serait un changement étrange dans sa vie. Mais sans doute ne serait-elle pas triste, simplement un peu déboussolée.
    Soudainement une botte de carottes se posa sur ses épaules, accompagnée de deux mains masculines, et elle sursauta. Hm, quoi ?

    - Vas-y mollo avec ces trucs. On peut jamais savoir ce qui peut t'arriver... et... j'ai pas tellement envie de ne plus te revoir.
    Argh mais… que… quoi ?


    Pourquoi est ce qu’elle ROUGISSAIT ? L’exorciste leva sa main droite et effleura la joue d’Ethan avant d’attraper son menton pour le forcer à la regarder. Une brûlure sur ses joues lui prouvait qu’elle devait toujours avoir une jolie couleur cramoisie, mais elle s’en foutait. Il fallait qu’elle lui fasse comprendre qu’elle ne comptait pas mourir aussi facilement mais… Il n’avait hélas pas tort. L’innocence aussi bienveillante soit elle, allait finir par la tuer. Si elle ne mourrait pas au combat avant.

    « Ethan… Si je le pouvais, tu sais que je ne te quitterai jamais. »

    Et c’était vrai. Il y avait quelques personnes avec lesquelles elle aimerait s’enfuir et oublier le monde et la guerre. Lavi, Eva. Et Ethan. Rien qu’eux trois. Sa sœur, hé bien… Elle l’aimait tellement. Mais ce n’était simplement pas possible pour elles deux de vivre en paix désormais. La prochaine rencontre, peut-être, se terminerait dans le sang.
    Les grands yeux clairs se posèrent dans ceux de son ami. Son meilleur ami peut-être.

    « Mais je ne peux pas faire attention à moi dans ma situation. J’ai un devoir, et tant pis si je n’ai pas choisi de me battre, je dois le faire. Mon innocence m’aidera à gagner mes combats jusqu’à ce que je n’en sois plus capable. C’est aussi simple que ça. »

    Elle s’y était fait depuis longtemps. Hikari se battrait avec toute sa force, jusqu’au jour où cela ne suffirait plus. Alors, elle rendrait l’âme. Et accepterait enfin de mourir à son tour. Son avis n’avait pas d’importance. Elle y était résignée, vraiment.

    Cherchant à retrouver un peu d’innocence, elle se releva sur la pointe des pieds, lui embrassa la joue avec de saisir sa main et de l’entrainer de nouveau vers le marché. Bien, s’il voulait voler qu’il en profite. Ils avaient du temps devant eux.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Somewhere, over the rainbow {Hikari}

Revenir en haut Aller en bas

Somewhere, over the rainbow {Hikari}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D.Gray'man - Le Réveil de Pandore :: « CITIES» :: GETTING ● LOST ● EASILY-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit