AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez|

« H » Ruby Adler [Finie ♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Ruby H. Adler
Sans rang fixe T-T

...

▐ Ton Age : 21 Féminin « Messages » : 6
« Two Perso » : Heaven Dorcester
« Situation » : No Rp



MessageSujet: « H » Ruby Adler [Finie ♥] Mar 10 Mai - 6:00


RUBY H. ADLER



© Livejournal

Live like there's no tomorrow ♪
# FICHE D'IDENTITÉ :

PRÉNOM(S), NOM - Ruby Hansen Adler
SURNOM - Miss « H »
ORIGINES -Écossaise, anglaise, française
DATE, LIEU DE NAISSANCE & AGE - 21 ans, le 10 Août, dans un hôpital quelconque.
SIGNE ASTROLOGIQUE - Lion
ORIENTATION SEXUELLE - Les beaux hommes, avec une barbe naissante ♥
PARTICULARITÉ - Un tatouage sur l'épaule gauche.
VOS LIEUX DE RÉSIDENCE - Un appartement de Londres ~
CAMP - Neutre.
UNE PROFESSION EXERCÉE ? - Serveuse dans un café
RANG DE DÉPART - F

# CIVIL

# BEHIND THE SCREEN

PRÉNOM - Mina
AGE -15 ans
SEXE - Féminin ~
DOUBLE COMPTE ? Yes, sir. Heaven Dorcester ♥
NIVEAU RP - Dans la moyenne ~
UNE REMARQUE SUR LE FORUM - Je l'adore ♫
VANILLE OU CHOCOLAT ? - Triple boules vanille-citron-framboise
CODE - lrEo


MY STORY

“Une famille écossaise, ça vous fait un magnifique « background », comme disent les londoniens ♥ ”


J’ai un père écossais et anglais. Son nom ? Scotty Adler. Ca vous inculque la culture de mon pays, ça. Mon père était un vaillant gaillard, frôlant la quarantaine. Très terre-à-terre, il était pourtant un homme qui ne manquait pas de charme. J’ai hérité ma tignasse de ce fier bonhomme. En un sens, ça nous a rapprochés. Il m’a appris la cornemuse, m’a fait porter les kilts, m’a présenter à Nessy /BONG/. C’était un brave gars, qui a été emporté trop tôt par la maladie. J’en garderais toujours un bon souvenir. Ma mère, c’était une française. Marguerite Lavaloise. C’était une noble femme, étonnamment gentille et généreuse. Elle comblait le sérieux de mon père, en un sens. Un jour, elle m’a confiée que c’était les yeux à mon père qui l’avait attirée. Elle était fière que j’aie les mêmes pupilles que lui. Mais moi, j’étais fière, car ma silhouette, je l’ai héritée d’elle. Bref, j’étais enfant unique, et heureuse d’avoir des parents formidables. Seulement, les Happy Ends n’existent pas ♥ Mais ils n’empêchent que mon adolescence à leurs côtés était formidable. Oh, et une pensée à mon chihuahua. Il réside avec moi, dans mon appartement. Qu’il est chou, avec ses deux grands yeux bleus globuleux, et son pelage brun. Il est calme, mais il a le don de se fourrer dans des ennuis pas possibles – nombreuses sont les fois où je l’ai trouvé coincé dans l’armoire /BONG/. Pour informations, il s’appelle Sherlock. ~



“Cela semblait tellement logique de dire qu’elle était l’incarnation de la beauté, sans le moindre défaut…”


Mais la vérité est toute autre. Premièrement, le physique d’une personne, aussi charmant soit-il, dépend du point de vue des autres. Dans le cas de Ruby, on peut en faire un long pavé fatiguant pour soi et pour ses yeux. Voyez-vous, le trait le plus frappant chez elle, c’est sans aucun doute sa chevelure : D’une rousseur à en faire pâlir les… Les… Renards. Notez que cette couleur est peu fréquente, surtout à Londres. Cette couleur est emblématique des Ecossais ♥. La jeune fille en a vu des vertes et des pas mûres, mais le sujet n’est pas là. Sa tignasse, elle en est fière. Cela la démarque des autres. Pourtant, elle préfère les garder courts. Si ça dépasse les épaules, c’est encombrant. En été, ça te fait suer comme un bœuf, et elle déteste voir sa peau de pêche être souillée par le liquide. Alors, elle les coupe toujours, de façon à ce qu’ils rebiquent légèrement. Elle apprécie aussi d’y farfouiller des tas d’accessoires, tel que des pinces – importées d’Orient, je vous prie – ou des élastiques. Bref, là où certaines y voient un cauchemar, Ruby aime s’occuper de ses cheveux. Elle aime s’occuper de son visage, aussi. Son petit visage ovale, aux formes enfantines, dont le teint nectarine rappelle le fruit du même nom. Enfin, cette charmante couleur, elle ne l’a pas obtenue sans peine. Elle a utilisée des tas de lotions – parfois étrangères – pour faire disparaître toutes les possibles impuretés. Mais pour en revenir à sa physionomie… Elle a les sourcils fins, le nez fin, les lèvres fines, le menton fin. Quasiment tout est fin, chez elle. Hormis ses yeux. D’un splendide bleu opaque, ses pupilles reflètent ses origines anglaises à merveille. De même que ses longs cils qui lui agrandissent joliment les contours, ses iris font sa fierté.
Mais – parce qu’il en faut toujours un – si son visage rappelle celui d’un enfant, son corps, lui, n’a rien à voir avec la constitution d’une adolescente. Miss « H » a des formes plus que généreuses, à vrai dire. Pourvue d’un large bonnet D, elle est pleinement satisfaite. Voir même, cela serait encombrant parfois. Vous pouvez bien sûr imaginer qu’elle ne peut se permettre de courir, sous risques d’avoir d’atroces courbatures au dos. Quant à ses hanches et sa taille, et bien, plus d’un garçon s’est arrêté pour jeter un coup d’œil furtif à la demoiselle qui marchait dans la rue. Oh, elle en a conscience. Ce n’est pas pour rien qu’elle porte des décolletés provocateurs. Cependant, elle ne dévoile pas ses jambes plus que nécessaire. Elle les trouve trop « normales ». Elle ne se rend pas compte que sa silhouette en a fait jalouser plus d’une, elle, l’ennemie des femmes. Rares sont celles qui possèdent une large poitrine, une taille fine, de belles hanches, et un joli visage. En clair, Ruby peut se permettre un peu tout .♥
Oh oui, un dernier détail. La demoiselle a un joli tatouage sur le bras gauche. « Kézako ? » vous direz-vous ! Et bien, c’est un moulin et une mandarine, témoignant de l’immense imagination de la jeune fille. Elle n’en a pas honte, et elle l’affiche donc ouvertement. Certains le voient d’un mauvais œil, d’autres trouvent cela intéressant. Reste à voir vous penchez sur quel côté. ♪



“Ruby, c’est un étrange cas, qui a les apparences d’une fille extravertie et charmeuse ♥”


Elle est gentille, ô ça oui. Elle est généreuse, et accepte de partager. Enfin, dans les limites du convenable évidemment. Elle n’est pas d’un altruisme démesuré, et sait quand le mot « prodigue » devient « pigeon ». Elle est sympathique, et aime écouter les gens. Elle sait ce que sont les problèmes, et aura donc des bons avis sur vos questions. Il lui arrive d’écouter les inconnus, si l’envie lui prend. Elle suit un peu ses propres règles, en fait. Ce trait de caractère, elle s’en est inspirée de sa défunte mère. Cette brave femme était magnanime, lucide, courageuse. Miss « H » l’est devenue aussi, mais uniquement en surface. A vrai dire, c’est son caractère, sans l’être. Elle n’est pas méchante, ni radine. Elle n’est pas stupide non plus. Juste qu’elle a parfaitement conscience des critères pour réussir dans la vie, et les usent à merveille. Elle n’est pas hypocrite, ni manipulatrice. Elle apprécie juste que l’on est une bonne opinion d’elle, qu’on lui accorde de la confiance. Certains prennent cela comme de la vantardise, et tant pis pour eux. Cela la blesse, lorsqu’elle sait que quelqu’un pense mal d’elle. Elle accorde trop d’importance à leurs dires, mais c’est une sorte de réflexe chez elle. Elle n’en est pas fière, toutefois les mauvaises habitudes sont les plus dures à changer. Et malheureusement pour elle, elle n’a aucune motivation sur ce sujet.

Bref, niveau apparence, Ruby est plus ou moins irréprochable – comprenez que les antisociaux n’apprécient pas d’avoir une fille souriante à leurs côtés – cependant, ce n’est pas son vrai caractère. Intérieurement, elle est plutôt clairvoyante et calculatrice – pas manipulatrice, hein. Elle a d’excellentes capacités de déductions, et a le don de remarquer les détails anodins. Si, par exemple, quelqu’un à l’habitude de se gratter la nuque avec l’auriculaire droit, elle sera la première à distinguer cette manie. Ce n’est pas très utile, mais parfois, ça aide. Son plus grand défaut, c’est son côté calculateur : Toutes les choses qu’elle fait, c’est par intérêt. Parfois, la récompense n’est pas énorme – comme consoler quelqu’un, c’est une récompense suffisante à ses yeux – mais elle pense que ça méritait d’être fait. Chacun de ses mouvements est dicté selon la phrase : « Ne fais que le nécessaire ». Bien sûr, sa conception des gains est légèrement différente des autres, alors cela change la donne. Elle sait aussi quand faire du charme, et surtout quand cela est nécessaire.

En réalité, elle veut juste ne rien regretter. « Qui ne tente rien n’a rien ». Le fait que ses parents l’aient quittée trop tôt lui a laissé une cicatrice, qui l’oblige à agir comme si chaque jour était le dernier. Elle profite donc de sa vie, dans les moindres détails. ♥


« Votre ticket. »

Avec un petit sourire, Ruby le tendait au contrôleur. Il vérifia l’authenticité du papier, avant de le redonner à la jeune fille. Il se contenta d’abaisser le devant de sa casquette dans un geste qui se voulait courtois, puis il partit vérifier les autres passagers. Elle s’adossa alors au siège, et s’installa confortablement. Elle avait encore une demi-journée de voyage devant elle, avant d’arriver à Londres. Ce n’était pas si long, mais sans occupation, c’était assez ennuyeux. Heureusement pour elle, elle y avait d’ors et déjà pensé. Elle posa son sac sur ses genoux, et le fouilla. A maintes reprises, elle effleura l’objet de sa convoitise, sans pour autant parvenir à l’attraper. Au bout de cinq minutes, le procédé l’agaça, et elle renversa le contenu sur la moquette du train. Elle posa les genoux au sol, et écarta tout ce qui n’était pas ressemblant à la chose en question. Après un tri sélectif – il fallait qu’elle pense à ranger ses affaires – elle trouva sa distraction. Le journal intime de sa mère. Un trésor, le seul qui lui restait ; et qu’elle comptait bien garder. Elle remit tout en vrac dans son sac, le posa à côté de la banquette, et s’assit sur cette dernière. Elle prit le livre en main, en effleura la couverture abîmée, et l’ouvrit.

« 14 Juillet 1XXX. Mandarine, yeux et cheveux.

Cela faisait bien longtemps, que je n’avais pas écrit dans ce journal. Je suppose que lorsqu’on est adultes, l’on ressent moins le besoin de se confier à quelque chose. Et pourtant, je voulais garder en trace ce jour, ce splendide 14 du mois de Juillet. Scotty, un charmant écossais avec qui j’étais en contact depuis quelques mois, m’a fait sa demande en mariage. Au début, nous nous étions rencontrés sur un commun accord de nos parents, et ce avec mécontentement. Au bout d’un mois, il a su gagner mon cœur, et j’ai fais de même. Ce n’était pas le coup de foudre, mais cela s’est transformé en grand amour. Je disais donc : il m’a demandé en mariage, à la table de notre café favori. Je me sens obligée de raconter ce magnifique vœu.
Nous prenions tranquillement un thé, sur la terrasse. J’avais mis le parfum à la mandarine qu’il m’avait offert, il y a deux semaines. Comme j’aimais son arôme. Bref... Je lui parlais – non sans mal, entre mes balbutiements et mes fourches – de mon projet de voyage à Londres, lorsqu’il vint s’agenouiller à mes côtés. Le geste fut si soudain que mon cerveau ne fit pas le rapprochement avec la possible demande. Il me prit doucement ma main, et me lança un regard anxieux. Innocente comme j’étais, je lui souris légèrement, me perdant dans le bleu de ses yeux. Il retira alors sa coiffe de la main droite dévoilant sa rayonnante chevelure rousse, la porta au torse, tout en maintenant fermement sa main gauche sur mes doigts. Il se racla la gorge, et me dit la phrase la plus belle que j’aie jamais entendue :
« Marguerite. Toi qui illumines mes jours et mes nuits, qui fait vibrer tout mon être d’un simple regard… Acceptes-tu de passer ta vie à mes côtés, et de devenir ma femme ? »
La réponse ne se fit pas attendre. Je me jetai dans ses bras, l’enlaçant amoureusement. Je lui murmurai alors des « oui », étouffés par mes sanglots de joie.

Je suis si heureuse, si fière ! Mon mari est un homme formidable, aux traits de durs, mais au caractère doux. J’ai aussi mon alliance, une bague sertie d’un unique saphir, comme ses yeux. A chaque fois que je le regarde, j’y vois ses iris bienveillants, qui me comblent d’amour. Aucun mot ne peut retranscrire ma joie d’aujourd’hui, tellement elle est immense. J’espère que ce bonheur durera longtemps… »


Un sourire se dessina sur les lèvres de Ruby. Elle connaissait déjà tous les détails de la relation de ses parents, et ne pouvait que parfaitement imaginer l’allégresse de sa mère à ce moment. Une femme formidable, marié à un homme formidable. Elle était réellement fière de ses géniteurs. De plus, sa mère écrivait relativement bien, pour une française qui avait appris l’anglais en deuxième langue. Certaines notes étaient, cependant, écrites dans sa langue maternelle. Et ces mots-là, la rousse n’arrivait pas à les comprendre. Elle n’avait pas eu le temps d’apprendre ce dialecte, pourtant très intéressant. Elle replongea dans sa lecture, en lisant la page suivante.

« 17 Août 1XXX. Le fruit d’un amour.

Ruby vient d’arriver dans la famille ! Elle a tout juste une semaine, et tient dans la main de Scotty. Elle est si petite, mais si mignonne. L’accouchement a été éprouvant, mais je ne regrette rien. Elle s’appelle Ruby Hansen Adler. Ruby était le prénom de la sœur à Scotty, qui est décédée d’une maladie cardiaque. C’est pour lui rendre hommage, en espérant que cela ne lui porte pas malheur. Hansen vient du nom de jeune fille de ma mère, et Adler est tout simplement le nom du père. J’aurais aimé que ma famille soit là pour fêter la naissance, mais depuis mon mariage, ils ne me donnent plus de nouvelles. Je savais qu’ils ne me soutenaient pas, mais de là à penser qu’ils couperaient tout les ponts… Et bien tant pis, Scotty et moi nous débrouillerons tous seuls. De plus, nous avons l’appui de nos amis.
Pour en revenir à notre fille, elle est assez chétive de constitution. Le médecin nous a dit que si elle était née en hiver, sa survie n’aurait pas été assurée. Je suis vraiment heureuse qu’elle soit née par un jour de chaud soleil ! J’aurais été brisée, si elle avait disparue… Je préfère ne pas imaginer l’idée, rien que de l’écrire me donne des frissons. Je me trouve actuellement à l’hôpital, mais je pourrais retourner à la maison d’ici une semaine. J’ai l’impression d’avoir accouché hier, mais déjà six jours se sont écoulés.
Oh, j’oubliais ! Je lui apprendrais à vivre le dicton : « … », Pour qu’elle ne regrette jamais rien. »


Ruby pencha la tête sur le côté. Le dicton était marqué noir sur blanc, mais c’était du français, et donc un langage incompréhensible pour elle. Elle l’oublia bien vite cependant, en repensant à l’amour que sa mère lui portait. Son père aussi, était un vrai papa-poule. Elle sortit de ses pensées, lorsqu’une femme et – visiblement – son enfant entrèrent dans son compartiment. Ils demandèrent poliment s’ils pouvaient s’installer, et elle leur répondit bien évidemment « oui ». La petite famille prit alors place sur la banquette en face d’elle. La mère lui adressa un sourire, qu’elle lui rendit. L’enfant s’endormit bien vite sur les genoux de sa mère. Cela rappelait de bons souvenirs à la rousse, qui revoyait sa famille d’antan et leur bonheur. Elle soupira en un rire léger, avant de retourner à sa lecture. Elle savait parfaitement ce qui allait survenir. Après tout, elle l’avait vécue.

« 9 Avril 1XXX. Pages, et tâches d’encres.


Notre petite Ruby a maintenant neuf ans. Elle fait preuve d’une grande capacité de déduction. J’aimerais à croire qu’elle en a hérité de son père. Chaque petit détail, tic, elle le remarque. Un jour, elle m’a fait la confidence que son père, le matin au réveil, se levait du pied droit en étirant ses petits orteils, qu’il posait ensuite la main gauche sur la couette, qu’il se grattait alors l’arrière du crâne avec son index de la main droite, qu’il se grattait ensuite le torse puis qu’il baillait en s’étirant. Par curiosité, j’ai vérifié. Et c’était vrai, de A à Z. Elle m’a aussi raconté que lors d’une nuit… Mouvementée, il mettait ses pantoufles le lendemain. Et c’était vrai. Ses aptitudes me fascinent, tout en m’effrayant. Je ne pourrais rien lui cacher, c’est sûr ! En revanche, elle est douée pour me cacher les choses. Elle sait aussi bien mentir, même si elle me dit que le mensonge est inutile. Elle est si mignonne, j’ai l’impression de devenir gaga. Elle a énormément d’amis, attirés eux aussi par son charisme. Son père et moi sommes fiers d’elle. Elle nous rapport souvent des bonnes notes, voir même des récompenses. Elle m’a confiée qu’elle aspirait à devenir cantatrice, et qu’elle avait confiance dans sa voix. C’est vrai qu’elle pourrait faire de l’opéra, et que sa voix est sublime. Et ce n’est pas pou vanter ses mérités, croyez-moi. Nombreux sont les voisins ayant fait la remarque, ou même son professeur de chants. Il a confiance dans les capacités de Ruby, et nous donc.
Mon seul souci, c’est Scotty. Je crois bien qu’il me cache quelque chose. Il ne cesse de me dire qu’il se porte à merveille, mais j’ai remarqué ses faiblesses et malaises. Même Ruby m’a signalé qu’il était très différent, depuis quelques temps. Elle pense qu’il a un rhume, et je l’espère. Si c’est plus grave, je ne sais pas ce que nous pourrons faire. J’aimerais tant qu’il se confie, qu’il m’accorde plus de sa confiance. La fierté des hommes est un fléau, ils sont incorrigibles. »


Le visage de la rousse prit des traits plus sérieux. Elle savait parfaitement à quels problèmes sa mère faisait référence. Du regret dans les yeux, elle tourna la page. Oh, elle se doutait déjà du contenu. Mais maintenant qu’elle était allée aussi loin dans la lecture, elle n’avait pas de raison de s’arrêter. De plus, elle avait déjà vécu ce passage de sa vie, alors le voir sous papier ne pouvait pas lui faire plus de mal.

« 29 Novembre 1XXX. Hivers et mélancolie.


Cela fait un mois que nous sommes en deuil. Je suis complètement détruite, et je ne sais pas où je trouve la force d’écrire ces mots. Ma plume me glisse entre les doigts, mon papier se froisse. Les larmes emplissent mes yeux abîmés à l’usure, ma voix se déchire. Sans lui, ma vie est si vide. Je l’aime tant, je veux le revoir. Je serais prête à tout, si Ruby n’était pas là. Ma fille, mon trésor, notre amour. Elle est la seule à mes côtés maintenant. Elle est mon soutien, alors que je devrais être celle qui s’en occupe. Elle est si mûre, tellement mature. La perte de son père l’a blessé, je le sais. Et pourtant, elle reste à mes côtés, et m’aide à surmonter ma douleur. Si elle aussi venait à me quitter, je ne pourrais pas survivre. Je me dépérirais, en laissant la mort s’approcher de moi. Mais je veux croire qu’elle vivra longtemps, elle est si jeune, si jeune… Scotty, tu nous manques tellement… Pourquoi nous as-tu laissées ? Je ne prétends pas que j’aurais pu te guérir si j’avais su que tu étais malade, mais j’aurais voulue que tu te confies. La séparation aurait été moins douloureuse, brutale. Chaque soir, depuis un mois, je ne peux m’empêcher d’éclater en sanglots. Je repense à nos bons moments, en voyant le parfum que tu m’avais offert. Cette agréable odeur de mandarine, cet arôme que j’ai porté sur moi le jour de ton décès... La mort est une chose inévitable, je le sais. Mais c’est seulement lorsqu’elle te prend un être cher, que tu te rends compte à quelle point c’est atroce et dure à vivre. Et Ruby, notre fille, qui a perdue son père si jeune. La pauvre enfant, que vais-je faire ? Je sais que jamais je ne pourrais lui trouver de deuxième père. Je tenais trop à toi, pour pouvoir oublier. Et je vivrais cela comme une trahison… Mon amour, mon cœur est maintenant vide, et bat au rythme de celui à notre enfant. Elle est tout ce qu’il me reste… Dieu, miséricordieux puissiez-vous être, ne m’enlevez pas ma fille, mon unique famille… »


Le bras posé sur le rebord de la vitre, le visage entre une main, le journal dans l’autre, elle soupira longuement. Décidément, repenser à cette histoire lui donnait des nausées. Elle se mordait la lèvre inférieure, pour éviter de pleurer. La mort de son père avait blessé sa mère et elle-même. Seulement, à l’époque, elle ne pouvait que se montrer forte. Si elle s’abandonnait au désespoir comme sa mère l’avait fait, les deux seraient tombés dans un gouffre sans pouvoir en sortir. Il fallait qu’elle garde la tête haute, en mémoire de feu son père qui était un homme brillant et brave, qui apportait la fierté à sa famille. Visiblement, son état inquiéta la dame qui voyageait à ses côtés. La brave femme était bien embêtée, car elle voulait se lever pour vérifier l’état de Ruby, mais ne pouvait décemment pas réveiller son fils qui dormait paisiblement sur ses genoux. La jeune adulte aux cheveux roux le comprit parfaitement, et se contenta de se redresser et sourire, pour rassurer la mère. Elle s’adossa à la banquette, et se remémora son passé.

Les pages du journal restantes étaient vierges. Il faut croire que le deuil l’a trop affligée pour qu’elle puisse écrire quoique ce soit. Pourtant, les souvenirs étaient vifs dans l’esprit de Ruby. Elle se rappelait parfaitement de ce qui a suivi le mois du chagrin. Sa mère s’était ressaisie, et avait cherché un travail. Elle en avait trouvé un qui leur permettait de survivre. La famille du père aussi, avait aidé dans la démarche. Bien que Scotty ne fût plus parmi eux, ils aimaient Marguerite et son enfant. C’était une deuxième famille, accueillante et aimante. Cependant, sa mère ne pouvait se résoudre à dépendre économiquement de qui que ce soit. Bien sûr, elle appréciait énormément leur aide, et s’en remettait souvent à eux. Toutefois, elle ne leur réclama jamais d’argent. Elle trouva donc un boulot stable, et gagna assez d’argent pour survenir aux besoins de sa fille. Parfois même, elle lui offrait des cadeaux. De son côté, Ruby travaillait ardemment à l’école, en espérant obtenir un diplôme qui aiderait sa mère. Elle abandonna son rêve de devenir prima donna.


Arômes nostalgiques.

Tout aurait pu se dérouler parfaitement, mais Dieu ne souhaitait pas accorder sa pitié à cette famille. Elle s’en souvient encore. Ce jour-là, elle venait de fêter ses vingt ans, un 10 août. Ce jour aurait pu être banal, si ce n’est que son père les avait quittés depuis dix ans. Sa mère venait de lui offrir ce fameux parfum à la mandarine, qu’elle avait toujours rêvé de mettre. Et elle en avait mis. Elle l’avait fêté avec ses amis, et sa famille. Tout le monde était heureux, ce jour-là. Tout se passait bien, trop bien. Cela ne dura pas. Sa mère lui expliqua qu’elle avait une course à faire, et qu’elle reviendrait vite. Ruby le crut, ou plutôt, trouva cela normal. Alors le soir, ils avaient fait la fête et s’étaient bourrés. Pourtant, la rousse était restée sobre. Il y avait une sorte de malaise, un mauvais pressentiment qui lui parcourait l’échine. Sa mère mettait du temps. Beaucoup trop de temps, à revenir. Le cas était différent de son père, mais elle ne pouvait s’empêcher d’avoir peur. Sa meilleure amie, dont le nom n’est pas utile, essaya de la rassurer, lui disant qu’elle préparait une surprise. Au début, elle eut du mal à s’y résoudre, puis elle finit par essayer de le croire. Elle s’endormit au milieu des épaves qu’étaient ses amis, en essayant d’effacer les idées glauques de son esprit.

Le lendemain, elle s’était réveillée et avait cherchée sa mère du regard. Rien. Juste ses amis, qui s’éveillaient tour à tour. Ce coup-ci, l’angoisse fut trop forte. Avant de pouvoir faire quoique ce soit, quelqu’un sonna à la porte. Ce jour-là, elle aurait préféré ne pas avoir ouvert la porte. Mais ce qui était fait est fait, et elle ouvrit cette porte. Deux expressions pouvaient se lire sur son visage, à ce moment précis. De la stupeur et de la crainte. Deux officiers se tenaient sur le seuil, avec un air grave. Les larmes aux yeux, elle savait déjà ce qu’ils allaient dire. Ses amis vinrent la soutenir après la nouvelle de la mort de sa mère, dans un accident. La malheureuse s’était faite percutée par un fiacre, et était morte sur le coup. Dieu semblait se jouer d’elle, mais sur le moment, elle s’en moquait bien.


Histoires de culture.

Rester en Ecosse était devenu trop douloureux, pour elle. Elle ne souhaitait pas fuir, mais elle voulait prendre un peu de repos. De plus, une amie lui avait dégotée un appartement à Londres. Ce fut donc sans transition qu’elle prit son billet, et embarqua pour le premier train. Elle prit pour seuls effectifs une photo – ce qu’elle avait de plus précieux, une montre à gousset, des vêtements, et le journal intime de sa mère.

Voilà donc la raison de son voyage en convoi. Le train siffla un dernier coup, avant que les portes ne s’ouvrent. Ruby prit ses affaires, souhaitant un bon voyage à sa compagne de voyage et son fils, et sortit du véhicule. Le temps maussade lui cassa l’humeur, mais le décor la remotiva légèrement. De charmants appartements, une ambiance quelque peu gothique… Rien à voir avec l’Ecosse. Elle ressentit bientôt la nostalgie du pays et de celle de ses amis, mais elle chassa les idées noires d’un mouvement de tête. Elle trouva, après maintes heures de recherche, son appartement. Pas trop petit, pas trop grand, et donnant facilement accès au centre ville. Cela lui convenait parfaitement. Elle ne prit pas le temps d’installer son bazar, qu’elle piqua un somme.

Moulin et agrume.

Un an s’est écoulé, depuis son arrivée. Elle travaille maintenant dans un café, en tant que serveuse. Elle a une vie banalement normale. Elle regrette souvent ses parents, ou sa vie d’antan. Cependant, elle ne laisse rien paraître. Elle a fait aussi des rencontres intéressantes… Mais tout cela, ce sera à voir plus tard ♥




Dernière édition par Ruby H. Adler le Jeu 12 Mai - 4:20, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité




MessageSujet: Re: « H » Ruby Adler [Finie ♥] Mar 10 Mai - 6:22

Bienvenue et bonne continuation pour ta fiche :3 !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ruby H. Adler
Sans rang fixe T-T

...

▐ Ton Age : 21 Féminin « Messages » : 6
« Two Perso » : Heaven Dorcester
« Situation » : No Rp



MessageSujet: Re: « H » Ruby Adler [Finie ♥] Mar 10 Mai - 6:29

Ahmygad. Effectivement, ma phrase portait à confusion, je change cela de suite ♥

Merci à tous ~ *Regarde Lilith d'un oeil méfiant.* J'espère réussir à survire plus d'une semaine xD
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité




MessageSujet: Re: « H » Ruby Adler [Finie ♥] Mar 10 Mai - 6:45

RE-BIENVENUE MA PITCHOUDOUDOUTE ! <3 *O*


TOUT CE QUI FAUT SAVOIR

Bonjour/Bonsoir et bienvenue sur le forum :
    D.gray man, le Réveil de Pandore

Je me présente, je suis un Membre du Staff. Étant le premier à commenter ta fiche (du moins de la Team ^^), je vais t'offrir un tuto complet de tout ce que tu dois savoir. Il s'agit de liens importants que tu dois "visiter" obligatoirement, merci de prendre le temps d'y lire les contenus :

~~~~
Par où Commencer ? ; Le Règlement est à lire car un code est caché. Le système de Combat est à lire car cela te permettra de bien compter tes points et d'en déterminer ton Rang. Une présentation de la Team est à lire pour connaitre tes chefs. Et enfin le Contexte est à lire pour que tu puisses correctement écrire ton histoire, ainsi que les deux derniers liens afin que tu sois au courant des intrigues déjà mis en place sur le Forum,

~~~~
Besoin de Renseignement ? ;

~~~~
Liens supplémentaire ? ; Tu ne peux pas être validé si ton avatar n'est pas correctement mis, un tuto t'explique la marche à suivre. Comment remplir correctement son Profil ? C'est aussi un petit topic pour t'aider. Si ça suffit pas car tu cherches des couleurs ou des symboles, clique sur les deux derniers liens.


~~~~
Information importante : Les Fondateurs, les Administrateurs et les Modérateurs s'occuperont de la validation de ta Fiche. Parfois, ils s'y mettent à deux par fiche. En période de crise, un seul se charge de toutes les fiches. Et puis aussi quelque fois, on est tous ensemble sur une même fiche, cela diffère par rapport à ce que tu as pu écrire et inventer.

Une fois que vous aurez terminé votre fiche, merci de l'avertir : à la suite de ce post, par MP ou tout simplement en mettant "Terminée" dans le titre du topic.

Une fois validée, vous pourrez voguer comme bon vous semble sur le forum. A vous les RPs. MAIS ATTENTION, PAS N'IMPORTE QUELS RPS, car si vous voulez participer à l'intrigue du Forum ou débuter un RP de Combat, il vous faudra passer par la fiche technique afin de bien mettre pied sur table vos compétences.


Voilà, finish, tu peux à présent te mettre entièrement à ton boulot. Bon courage et n'oublie pas que la team est là pour t'aider, on ne mord pas. ^^
Secrètement, Tasha


TRALALALA !
La future fiancée de Lawrence ? /VLAN/
*s'enfuit* ♥
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité




MessageSujet: Re: « H » Ruby Adler [Finie ♥] Mar 10 Mai - 6:59



Bon, ma chère, je te souhaite la Re-bienvenue !
(T'as vu t'as vu, je t'accueille avec le blondinet ! 8D)

Ecoute... RIEN QUE LE PHYSIQUE ME FAIT BAVER !! *q* J'adore toujours autant ton style d'écriture, cette miss "H" va me plaire... HA HA HA !
(Ohmygodgodgod NAMI-SWAAAAAN!!!)

Non mais ho Tashounette, que me vaut ces insinuations ! èOé
Sherly & Lilith > BOUHAHAHAHA j'ai hâte de voir ça mes Dears !

Bon courage pour ta fiche, j'ai hâte de lire la suite ! *^*
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ruby H. Adler
Sans rang fixe T-T

...

▐ Ton Age : 21 Féminin « Messages » : 6
« Two Perso » : Heaven Dorcester
« Situation » : No Rp



MessageSujet: Re: « H » Ruby Adler [Finie ♥] Mar 10 Mai - 7:04


Merci Tashou & Law' ♥♥
Owi, j'aime les blondinets le Sanji, oui! /BONG/ Ravie de voir que ça te plaît ♪ et merci encore ~
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité




MessageSujet: Re: « H » Ruby Adler [Finie ♥] Ven 13 Mai - 4:46

YEHAAAAAA !
J'adore ton personnage, pour une fois qu'on a un personnage relativement... simple... C'est ce qui fait tout son charme ! *^*


Vérification de la Fiche de Personnage.

_Titre du Topic : Yep !
_ Couleur du Titre : On s'en charge !
_ Image : Perfeeeeeeeeeeeeeect !!!! *0*
_ Référence du Personnage : OWIIIIIII !!! Nami-swaaaaaan ! *^*
_ Copyright : Yep !
_ Nom et Prénom : So class.
_ Surnom : Oh yeah.
_ Âge : Gnihihihi jeunette >8D
_ Famille : Pauvre parents, ils devaient être si beaux... /PAN!/
_ Histoire : J'adore l'idée du journal ! *0*
_ Physique : OHMYDEVIL oui oui oui !
_ Caractère : Juste comme il faut ! <3
_ Particularité : Yehaaaa !
_ Le Nombre de Ligne : Pff, largement bon !! >w<
_ Avatar : MAGNIFIQUE je suis fan. *O*
_ Orthographe, Conjugaison : Plus perfect, tu meurs !
_ Rang du Personnage : F !
_ Code :
Amoureusement, Le Magicien Madness




Ma chère...


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité




MessageSujet: Re: « H » Ruby Adler [Finie ♥] Ven 13 Mai - 6:39

Re-bienvenue sur le forum.
J'ai beaucoup aimé lire, merci pour cet instant de détente. ♥
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: « H » Ruby Adler [Finie ♥]

Revenir en haut Aller en bas

« H » Ruby Adler [Finie ♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D.Gray'man - Le Réveil de Pandore :: Who are you? ::  IT.'S ● ME ::  M.Y ● C.H.A.R.A.C.T.E.R-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit | Forums RPG | D.Gray-Man RPG