AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez|

Bad friend < Nyra

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Hikari Hakumei
La Lumière Céleste †





Forget these empty lies.

▐ Ton Age : 24 ▐ Rp : 0
Féminin « Messages » : 1555
« Two Perso » : Lust.
« Situation » : Yes Rp


Who Are You ?
Level Rise_: Rang C
Souvenir/Pouvoirs/Innocence_:


MessageSujet: Bad friend < Nyra Mar 29 Juin - 1:09

  • Tokyo. Une ville qui était familière à Hikari, puisqu’elle avait grandi au Japon. Puis elle avait été envoyée à la congrégation de l’ombre, perdue quelque part près des pays Baltes. Et elle n’était plus retournée au Japon que lors de missions plus ou moins suicidaires. Car oui, au fil des années ce pays était devenu un véritable nid à akumas. Cela ferait bientôt un an et demi qu’elle avait quitté sa maison, sa sœur, pour devenir exorciste. Et après avoir été entrainée pendant quelques mois, elle avait été envoyée en mission, ne cessant de partir se battre pour revenir, blessée, se reposer un peu puis repartir encore une fois. La guerre durait depuis des années, si ce n’était pas des siècles. Le Comte Millénaire avait détruit l’humanité une fois. Désormais c’était à l’humanité de détruire le Comte Millénaire. Mais cette tâche semblait impossible, d’autant plus que celui-ci était aidé des descendants de Noé, les Noah. Ceux-ci étaient pratiquement immortels, puisqu’à chaque mort ils se réincarnaient dans d’autres humains. Ainsi, le silence de Noé s’était réincarné dans la sœur jumelle de la jeune exorciste, Meian, tandis qu’elle était née avec une innocence au creux du cœur. Alors que la génétique les avait voulu identiques, le Dieu, qu’il soit le leur ou celui du Comte Millénaire, qui gouvernait ce monde les avait séparées définitivement.

    Et bien qu’Hikari ne l’avouerait jamais devant sa sœur, cela lui pesait énormément.
    Les jumelles ne s’étaient revues qu’une fois depuis leur séparation. La première fois, Hikari avait découvert que sa sœur était devenue une Noah, ce qui expliquait enfin pourquoi elle n’avait eu aucune nouvelle d’elle. La seconde, elle était épuisée, affalée au sol après avoir éliminé des akumas, et un ami avait du se battre contre sa sœur pour défendre une innocence. Chaque fois, elles avaient fait comme si leur enfance n’avait été qu’un mauvais rêve. Comme si elles n’avaient jamais été autre chose qu’ennemies. Hikari avait bien cru qu’elle ne serait plus jamais complète, elle avait tenté de voir sa sœur comme morte à jamais dans son esprit, mais elle n’y était jamais parvenue. Alors elle s’était redressée, heureuse de la savoir vivante, mais déterminée à ne plus la voir comme sa moitié, comme une prolongation de son être. Elle avait fait de ses rares amis sa famille. Et elle avait caché ses regrets derrière un masque silencieux.

    Alors que faisait-elle à Tokyo si elle ne parcourait pas les pistes effacées de son enfance ? Quel akuma venait-elle détruire aujourd’hui ? Il était très risqué de s’aventurer dans la capitale nippone. Autant il était encore possible pour des humains de vivre au Japon, autant il était très déconseillé de faire une promenade de courtoisie dans la plus grande ville du pays, puisqu’on estimait que la moitié de la population était exclusivement constituée d’akumas, l’autre servant de garde-manger. Aussi, Hikari se demandait pourquoi elle venait ici en rentrant de mission. Car oui, comme l’attestait le bandage qui s’enroulait autour de son avant bras, Hikari revenait bien de mission. Elle était allée rechercher une innocence non loin de Tokyo ; la tâche s’avérait facile, les traqueurs n’avaient repéré ni akumas ni Noah. Et pourtant, lorsqu’elle était arrivée auprès de la statue censée contenir entre ses mains jointes une innocence, cela avait été pour trouver celle-ci soigneusement détruite, à coup d’explosif visiblement. Cela ne relevait donc pas d’un akuma, ceux-ci avaient d’autres moyens de faire exploser une sculpture. Ainsi un Noah se promenait, comme elle, au Japon. Et sa mission, qu’elle s’était auto confiée, était de le débusquer, et de le faire partir. Un Noah près d’un nid d’akumas, ce n’était jamais bon pour les humains, mais ce n’était pas bon non plus pour elle. A croire que son courage la poussait au suicide.

    La jeune fille avait rabattu sur sa tête la capuche noire de son uniforme d’exorciste, tentant vaguement de se faire discrète, passant dans les rues les plus étroites, les plus sombres, tentant en croisant les bras sur sa poitrine, de dissimuler la croix blanche qui marquait l’uniforme, la désignant comme la proie alléchante de la centaine d’akumas qui devait arpenter les rues en cet instant même. Et en effet, l’un d’eux lui barrait déjà le chemin. Sans même ralentir, la jeune fille se contenta d’activer rapidement son innocence qui vint illuminer son avant bras droit. Heureusement, lorsqu’elle partait en mission il était fréquent qu’elle porte un uniforme de cuir noir qui s’arrêtait au dessous des épaules et au dessus des genoux afin de laisser un maximum de peau nue ; car l’activation de son innocence avait la mauvaise habitude de brûler le tissus qui recouvrait ses membres. La lumière se sculpta rapidement en une lame de lumière qui frappa une fois le corps de l’akuma. Puis la jeune fille se contenta ensuite de pivoter souplement sur ses hanches, lançant son pied entouré de lumière à la recherche du torse du monstre. Il y eut une explosion, et elle put continuer son chemin. Un niveau un, rien de plus simple à détruire. Mais les choses risquaient de se compliquer si elle n’était pas plus discrète.

    Elle sortit de la rue digne d’un coupe-gorge dans laquelle elle avait pénétré un instant auparavant, et s’aventura dans les rues les plus pauvres de la ville ; les mieux fréquentés paradoxalement. Les humains s’étaient regroupés dans des taudis, s’unissant contre les akumas, tentant parfois de quitter le pays pour vivre plus paisiblement. Il fallait qu’elle achète de nouveaux vêtements, histoire de dissimuler un peu son appartenance à l’ordre noir, mais pour cela elle ne pouvait pas s’adresser à n’importe qui, au risque de demander de l’aide à un monstre. Alors qu’elle parcourait de sa démarche féline une rue remplie de commerces miteux, elle distingua un visage familier au milieu d’un petit groupe. Un instant, elle hésita à signaler sa présence, mais celle qu’elle apercevait ici était digne de sa confiance ; il s’agissait de la seule de ses amis qui était étrangère à la guerre entre le Comte Millénaire et la Congrégation de l’Ombre. Du moins c’est ce que croyait Hikari, elle était bien loin de s’imaginer qu’une fois de plus, elle serait trahie par un Noah.

    « Nyra ! » cria-t-elle alors, adressant un léger signe de la main à son amie, l’invitant à la rejoindre.

    Après tout, elle était plutôt curieuse de savoir ce que faisait une humaine au beau milieu de Tokyo, si ce n’était pour servir de nourriture aux akumas.
    Pauvre petite exorciste, il te faudra faire un long chemin afin de découvrir la triste vérité.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Zack Soldier
L'Incarnation de la Curiosité ஃ

Si ma curiosité n'est pas satisfaite, alors je tuerais.

Mais si elle venait à être complète, alors je mourrais.

Je préfère alors tuer que mourir.



▐ Ton Age : 23 ▐ Rp : 9
Féminin « Messages » : 809
« Two Perso » : ♥ Hopinounet ♥ Zackinou ♥
« Situation » : Yes Rp


Who Are You ?
Level Rise_: Rang D
Souvenir/Pouvoirs/Innocence_:


MessageSujet: Re: Bad friend < Nyra Mar 29 Juin - 22:47

    J'avais passé toute mon enfance en Angleterre, plus précisément, dans des champs anglais. Je n'avais connus pour ville uniquement celle ou travaillait mon père, or je n'y avais plus mis les pieds depuis que j'avais froidement tué mon géniteur, sa maitresse et ses deux enfants. Mais le style architecturaux me resté graver dans la tête. Un style baroque tout à fait sobre. Un style occidentaux. Sans doute est-ce pour ça que le simple fait de regarder les demeures japonaises me donner le mal du pays. La japon n'était pas un pays qui m'avait franchement intéressé. Sérieusement, c'était … comment dire … Très différent de « chez moi ». C'était trop « orientaux » pour moi, la pure petite anglaise. C'était comme si vous lâchiez un chaton dans une horde de chien. Vous voyez ? Ça ne colle pas, on a un problème. Bon là je risque pas de me faire dévorer voir déchiqueter vu que se serait plutôt l'inverse, mais quand même ma métaphore n'était pas mal. Pourtant, sous les ordres du Prince, mes frères et moi même devions souvent nous rendre dans ce petit qui était à une époque notre base. Ou du moins, notre usine à Akuma. C'est fou le nombre de petites bestioles qui se trouvent sur cette île. Environs 98% de la population au Japon correspondait à nos adorables Akuma … Le reste c'était des humains. Marrant hein ? Bientôt toute la planète serait ainsi. Sous notre contrôle, avec des humains bon pour servir de repas aux akumas. Étrange mais, je n'étais pas pressé à voir cette « fin du monde ». Sans doute parce qu'il n'y aurait plus d'humain à observer se débattre pour vivre. Plus de volonté à opposer à la notre. Quel ennuis …

    Alors que faisais-je ici ? Moi ? La princesse de la Question, l'impératrice des fouineuse, la reine de l'indiscrétion, la déesse des recherches, l'incarnation même de la curiosité, que faisais-je ici ? Dans ce lieu où le règne du Prince n'est plus qu'une question de temps ? Tout simplement par ordre du Prince. La mission semblait simples et elle l'était, je devais tout simplement vérifier que les akumas faisaient bien leur job d'akuma. D'ailleurs c'était d'une perfection presque absolu que cela en était ennuyant. Le Prince ne pouvait il donc pas envoyé cet idiot de Jasdebi ? Ils ne servaient à rien à part à m'exploser mes chastes petites oreilles qui ne demandent jamais rien. Enfin, je devrais être habitué après les milles et une souffrance que Jey leur fait subir. Quoi ? C'est vrai ! Je suis battue ! Enfin, comme dit le fameux dicton, « qui aime bien, châtie bien ». Je devais vraiment être aimé par ma famille alors. Mais là n'est plus la question maintenant. Je devais vous parler de cette fameuse mission que m'avait confié le Prince au royaume des Akuma. Bon sang, mais pourquoi elle ? Qu'est-ce qu'elle foutait là ? Le lapin pouvait pas l'avoir attaché à un poteau en la suppliant de ne pas se rendre dans un lieu si dangereux ? Non ? Espèce de bon à rien ! Tu finiras dans mon assiette bookman, que tu le veuilles ou non ! Mais je pouvais maudire l'héritier officiel du clan des bookman autant que je le voulais, cela ne changera pas le fait qu'elle était là. Au japon.

    Je trainais dans les rues miteuses, des sortes de bidons villes, de ghettos. Il fallait que j'analyse le reste d'humain et c'était le plus souvent ici qu'ils se regroupaient pour tenter de survivre, après tout, l'humanité était avant tout des animaux. Et les animaux ressentaient le danger mieux que personne d'autre. Mais pour qu'ils sachent reconnaître le danger, il aurait fallut que leur instincts de survie soit plus fort que la raison. Sans doute était-ce le cas ici … Je pouvais facilement reconnaître les humains des akumas. Nos adorables jouets me lançaient un regard respectueux quand je passais devant eux, alors que les humains, eux, m'envoyaient des tonnes et des tonnes de mauvaises ondes ainsi que des regards méfiants et d'avertissement. Comme si j'avais envi de les affronter … J'étais curieuse de nature et non une bagarreuse. S'il ne venait pas me chercher, je ne leur ferais rien du tout. Mais il était vrai que ma tenue me sortait du lot. Eux qui portait kimono et yukata devaient parfaitement savoir qu'une personne comme moi qui portait le genre de tenue pour lycéenne dans un lycée réputé anglais n'avait rien à faire ici. Et si je l'étais c'était surement pour leur nuire. Ils n'avaient pas vraiment tord dans un sens, j'étais une sorte de bourreau, ou du moins de juge, de traqueur. En un claquement de doigts, les akumas se trouvant ici et dans les alentours, quelques soit leur niveau, arriveraient en masse pour les exterminer. Mais je n'en avais pas envi … Encore heureux. Mon regard s'arrêta un instant sur ce qui semblait être un stand de vêtements. Mon attention se porta sur un kimono rouge avec une ceinture couleur or et un dragon cousu au fil d'or sur le kimono rouge. Très beau, mais je me demandais si la qualité était acceptable. Ce fut à ce moment là que j'entendis sa voix.

      « Nyra ! » cria-t-elle.

    Mes yeux s'ouvrirent grands d'horreurs. Cette voix j'aurai pu la reconnaître entre mille pour lui avoir autant parler. Hikari Hakumei. Une « amie » exorciste … Comment ai-je pus en arriver là ? Moi ? Une Noah ? Tout simplement par curiosité … Tyki Mikk était mon ainé, et était horriblement proche d'humains qu'il appelait ami. Je ne comprenais pas. Non, en faite au début de je ne voulais pas comprendre cette attention qu'il portait à ces idiots d'humains. Mais un jour, alors que le Prince nous avait envoyé quelque part ensemble, le Noah du Plaisir avait téléphoné à la mine où travaillait ses amis humains. Il avait dès lors perdu toute trace de noah et affichait un sourire ravi. Plus tard je compris que c'était cela qu'il trouvait amusant. Être partagé entre deux camps, le blanc et le noir, le ying et le yang. Il adorait ça. Cela lui permettait d'avoir une vie plus intéressante. Alors évidement, cette situation m'intrigua. Le Prince le laissait faire tant qu'il ne débordait pas, pourquoi pas moi aussi alors ? J'étais bien décidé à me faire un ou une amie parmi les humains. Cela tomba sur Hikari. Pour faire duré le jeu, je n'avais pas utilisé mon pouvoir sur elle. Quelle idiote ! J'aurais du le faire, cela m'aurait évité bien des problèmes ! C'était une japonaise que j'avais croisé en Angleterre. Sans doute avait elle fuis le massacre. Alors mon intérêt se porta sur elle … Mais plus j'y réfléchie, plus je me demande si ce n'est peut être pas sa ressemblance avec Meian, l'incarnation du silence, qui m'avait intrigué. Mais soit ma bêtise était faite ! Je me lié d'amitié avec elle, comme une vraie fille de dix-sept ans. Je m'étais attachée à elle et je commençais à avoir pitié d'elle en sachant qu'un jour ou l'autre elle finirait soit tué, soit en akuma. Mais une nouvelle option s'offrait à elle après une découverte de ma part. Lord d'une mission je vis mon jouet l'enlacer. Le bookman ! C'était une exorciste … Mon ennemie. Dès lors je me mis à l'utiliser comme un vulgaire bout de viande pour manipuler ce cher héritier … Mais j'avais mal pour elle. Je m'étais attaché à ce petit bout d'humain et, Jey ne doit jamais le savoir, je l'a considéré comme mon amie. Si jamais elle venait à apprendre que j'étais une Noah, elle se transformerait surement en rejeté. C'était mon argument de poids contre son petit ami qui lui savait qui j'étais. Mais je n'avais pas envi qu'elle le devienne.

    Mes yeux horrifiés se posèrent sur l'exorciste, mon cœur battait vite et je me mis à serrer le tissu de ma jupe entre mes poings. Elle me faisait un signe de la main, l'invitant à la rejoindre. Bon sang, elle pouvait pas être ailleurs ? Pourquoi pas … Les Caraïbes ? C'était bien les Caraïbes, y'avait de mignons pirates la dernière fois que j'y suis allé. Bon y sont p't-être mort à l'heure qu'il est mais quand même ! Je lui disais quoi moi à la Hikari. Sérieux, j'allais pas lui dire « Oh tiens, salut Hikari ! Ce que je fais ici ? Oh bah j'm'assure que ton espèce s'éteint correctement écoutes … Hein ? Ah oui j't'ai pas encore dit, j'suis une noah … Sinon ça te dit qu'on aille manger ? J'ai trop la dalle ! » … Je doute que ça le fasse. Je stressais et je n'avais qu'une envi, celle de me tirer en courant avant que mon cerveau essaie de se suicider contre les parois de mon crâne ! Mentalement, je me foutus deux à trois paires de baffes. Ce n'était pas le moment de faillir ! Il ne fallait surtout pas qu'elle se doute de quelque chose. Je pris alors une immense bouffé d'air, malheureusement tout sauf pure et afficha mon air de joie immense le plus réaliste possible. Bon sang heureusement que j'étais douée à ce petit jeu … Je me mis à bondir vers celle que j'appelais amie.

      - Kya ! Hikariiiiiii !!! sans attendre plus longtemps, je lui bondis dans les bras, risquand de nous faire tomber toutes les deux. Mais qu'est-ce que tu fous là ? Toi aussi t'es en vacance ici ? Rah ! Laisses moi deviné, tu viens ici pour oublier ton gougat de mec ? T'as bien raison va ! Rah, j'suis trop heureuse de te voir ! Ça fait quoi ? Un mois ? Ou deux peut être … Enfin bref c'est pas le plus important ! Je suis heureuse de te voir !

    Cela faisait exactement deux mois et demi qu'on ne s'était pas vu … Moi, parce que mon « travail » me prenait tout mon temps, et elle parce qu'elle essayait d'éradiquer ma famille et nos akumas. Parfois je me disais qu'il serait horriblement simple de la tuer. Il suffirait que lui dise que je suis une noah pour qu'elle devienne peut être une rejeté ou que je la tue durant son sommeil ou durant notre « shoping ». Mais … Je n'avais pas envi que sa vérité soit cela. Vraiment, si le Prince me voyait … Qu'il me pardonne ma faiblesse et mon idiotie. Si un jour je venais à me battre contre elle, se serait un combat à la loyal. Et qui sait laquelle de nous deux en mourra.


Dernière édition par Nyra Stephenson le Dim 1 Aoû - 2:33, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Hikari Hakumei
La Lumière Céleste †





Forget these empty lies.

▐ Ton Age : 24 ▐ Rp : 0
Féminin « Messages » : 1555
« Two Perso » : Lust.
« Situation » : Yes Rp


Who Are You ?
Level Rise_: Rang C
Souvenir/Pouvoirs/Innocence_:


MessageSujet: Re: Bad friend < Nyra Mer 30 Juin - 11:07

  • Depuis qu’Hikari connaissait Nyra, elle se sentait fascinée par la jeune fille. C’était une sensation étrange, mais elle pressentait sans bien savoir pourquoi ni comment, que son amie en savait bien plus sur son compte qu’elle Hikari en savait sur le sien. Leurs caractères lui paraissaient différents. Là où l’exorciste était discrète et sarcastique, Nyra était exubérante et son humour était bien moins teinté d’amertume. Il y avait une telle insouciance dans l’essence même de chaque mot de l’adolescente qu’elle s’en trouvait chaque fois apaisée. Si seulement elle savait que Nyra était une ennemie qui se jouait d’elle depuis bien longtemps, cherchant son amitié simplement pour le frisson d’interdit que cela lui procurait, l’utilisant pour faire pression sur celui qu’elle aimait. Lavi, l’héritier des bookmens. Oui, elle qui s’était juré de ne s’attacher à aucun de ces morts en sursis se retrouvait bien embêtée. Non seulement, elle s’était prise d’affection pour plus d’un exorciste, en venant à les considérer comme sa famille, mais elle était en plus… tombée amoureuse de celui dont elle aurait du le plus se tenir éloignée. Oui, Lavi était loyal, courageux, drôle, tendre, et il possédait un million d’autres qualités qui expliquaient pourquoi tant de filles lui couraient après – et pourquoi tant d’autres essayaient désormais de tuer Hikari – mais il était l’héritier des bookman, l’homme aux mille noms, celui qui devait observer sans s’impliquer, sans réellement prendre parti. Et sortir avec une exorciste n’était peut-être pas le meilleur moyen d’observer les conflits d’un œil objectif. Au final, elle ne ferait que lui rendre la vie plus difficile, et tous deux souffriraient sûrement, que cela soit par la mort de l’autre ou par sa simple défection. Mais pour l’instant, elle se contentait de profiter du fait qu’il la rendait heureuse, qu’elle parvenait à faire de même pour lui ; il avait rallumé l’étincelle vive qui avait toujours brillé en Hikari, avant que sa lumière ne se ternisse à force de trop frotter contre les ténèbres. Oui, elle profiterait, jusqu’à ce que la vérité ne se défasse de son voile trouble.

    Hikari avait rencontré Nyra alors qu’elle était exorciste depuis peu de temps. Un peu perdue et encore effrayée, elle avait du effectuer une mission en Angleterre, sa première mission pour la congrégation. Elle était alors en compagnie d’un garçon taciturne qui lui avait à peine offert trois mots de tout le voyage, aussi, réagissant avec mépris, elle s’était isolée pour aller aux renseignements, habillée d’une simple robe, et passant donc pour une simple adolescente en voyage. Et là, elle avait parlé avec Nyra, une jeune anglaise avec qui elle s’était liée d’amitié, et qu’elle avait donc revu chaque fois qu’une mission l’avait mené en Angleterre de nouveau. Aussi, il était naturel qu’elle soit… comment dire… un peu surprise par sa présence au Japon, à Tokyo de surcroit. Elle s’apprêtait à lui poser une question, lorsque la furie se jeta à son cou, la faisant tituber, et lui jetant à la figure un torrent de mots. C’était toujours étrange d’avoir une amie étrangère à son monde, à sa guerre. Elle ignorait même si Nyra était au courant de son rang d’exorciste, et s’en moquait bien. Elue de Dieu ou non, elle restait Hikari, une adolescente insolente et un peu froide certes, mais qui parfois avait besoin d’oublier pourquoi elle continuait de vivre, et pourquoi son cœur était parfois pris de violentes douleurs. Car oui, cela devenait problématique. Plus son pouvoir grandissait, plus son cœur subissait avec peine les assauts de l’innocence qui faisait pourtant de son bien pour protéger sa compatible, habillant son cœur d’une robe de lumière pour l’aider à tenir le coup lors du choc qui le secouait à chaque activation, à chaque effort trop intense. Il faudrait rapidement qu’elle aille voir un scientifique afin qu’on l’aide à domestiquer son pouvoir pour que celui-ci ne risque pas de la faire mourir avant l’heure.

    Chassant de son esprit les soucis qui la poursuivaient sans cesse, la jeune fille eut un léger sourire, dépourvu de toute méfiance, bien que des millions de questions tournassent dans sa tête, et serra Nyra contre elle, lui rendant son étreinte brutale. Nulle couronne de croix sur son front, et pourtant… Comment réagirait-elle, si elle voyait le véritable visage de sa soit-disant amie ? Elle partirait, sans un regard en arrière, sans doute. Ou simplement, elle serrerait le poing, laissant la lumière illuminer ses doigts pour un premier combat.
    « Des vacances, ici ? » Bien, elle allait sans doute à l’encontre du stratagème de Nyra pour lui cacher la vérité, mais elle doutait qu’une humaine normale puisse souhaiter prendre des vacances dans un pays que tous cherchaient à fuir.
    Dans sa tête, elle voyait Nyra comme une simple jeune fille habitant en Angleterre, qu’elle ne croisait donc que rarement, lorsque l’on acceptait de mettre l’arche à sa disposition, ou encore, lorsqu’on lui confiait une mission dans ce royaume, qui lui, avait été vaguement épargné par le Comte, pour l’instant.

    « Nyra, tu as vraiment un goût douteux quant à tes lieux de… vacances. »

    Alors là, c’était plutôt clair, cela équivalait à un « Nonmaisqu’estcequetufousiciespècededébile ? » qu’Hikari ne pouvait cependant se résoudre à sortir tel quel. Pas assez esthétique. Pourquoi devait-elle toujours tomber sur les pires ? Une Noah qui se cachait sous l’apparence d’une sale gosse pour amie, des exorcistes suicidaires pour famille, un Lapin archiviste pour unique amour, et une autre Noah pour sœur jumelle. Ouahou, la vie s’annonçait riche en couleur. Mais pour l’instant, elle était simplement contente de voir Nyra, oui. Tant qu’elle ne connaissait pas la vérité après tout, elle ne se voyait pas comme le joujou d’une ado tarée, non, elle se voyait comme une exorciste qui changeait un peu d’univers en parlant avec une fille normale. Et cela lui plaisait, à en croire le pétillement de joie qui dormait quelque part dans ses yeux de saphir.

    « Non mais qu’est ce que tu cherches ici ? Je t’assure, il y a bien mieux que Tokyo pour acheter des vêtements, maintenant. Les boutiques sans monstres derrière les comptoirs sont souvent les meilleures ! »

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Zack Soldier
L'Incarnation de la Curiosité ஃ

Si ma curiosité n'est pas satisfaite, alors je tuerais.

Mais si elle venait à être complète, alors je mourrais.

Je préfère alors tuer que mourir.



▐ Ton Age : 23 ▐ Rp : 9
Féminin « Messages » : 809
« Two Perso » : ♥ Hopinounet ♥ Zackinou ♥
« Situation » : Yes Rp


Who Are You ?
Level Rise_: Rang D
Souvenir/Pouvoirs/Innocence_:


MessageSujet: Re: Bad friend < Nyra Mar 6 Juil - 6:13

    Bon sang … Bon sang … Bordel ! Pourquoi elle ? Pourquoi pas le rouquin ? Pourquoi fallait il que se soit elle qui vienne au Japon ? C'était injuste ! Mon visage se voulait fou de joie et heureux, mais au fond de moi j'engueulais le Prince, leur patron et le destin de toutes mes forces. Moi qui me donnait tellement de mal à lui cacher la vérité, voilà qu'elle déboule tranquillement sur mon lieu de travail ! Par la même occasion je me tuais moi même mentalement. Quelle idée aussi de faire amie amie avec une humaine en jouant avec le hasard. J'avais un don, pourquoi je ne l'avais pas utilisé ?! Sérieusement, quand on a la capacité de savoir le nom et l'histoire dans les grandes lignes d'une personne, on le fait ! On ne se dit pas « tiens et si je faisais ça au free style ? » …. Je me haïssais à ce moment là. Mais plus important j'avais peur que Hikari le sache. Encore une fois j'étais vraiment mais alors vraiment stupide ! Pourquoi me soucier d'une exorciste ? Si elle venait à le découvrir, il y avait toutes les chances que l'innocence la rejette. N'est-ce pas tant mieux ? Mais j'avais appris au file des jours à apprécier cette fille, je m'amusais bien et j'oubliais un tant soit peu ce qui se passait en réalité. Seulement là était le problème. Je ne devais pas oublier. Ne serais-ce qu'une infime partie de ma mission, du rêve du Prince. Il était le seul que nous devions réellement aimer. Et c'était bien cela qui me faisait peur. Petit à petit j'appréciais ces humains qui se débattaient pour vivre … Aussi buté et têtu qu'une tique. Cette affection me faisait peur, j'ignorais où je me rendais. J'avais surtout peur de ne plus pouvoir obéir au Prince. J'en tremblais rien qu'à cette idée. Le seul qui avait osé avait été le quatorzième. J'avais peur du Prince, c'était dit … J'avais peur de me faire tuer. Évidement, je ne serais jamais assez idiote pour le défier mais ma curiosité me pousse de plus en plus à m'éloigner de ses ordres. Hikari en était le parfait exemple. À ce moment là, il m'aurait été tellement facile de la briser. Je connaissais la composition de son corps et je la touchai. En cinq seconde j'aurai pu l'exploser comme une souris. Mais encore une fois je ne pouvais pas.

    Si facile à briser … La vie ne tenait qu'à un file. Sa vie ne tenait qu'à un file. Je la tenais toujours dans mes bras, comme une amie le ferait. Au fond de moi j'avais envi de lui hurler de se tirer, de courir le plus rapidement possible et de ne plus jamais m'approcher. La baie de Tokyo n'était pas loin d'ici … Je pouvais très bien l'y envoyé. On entendait le hurlement des mouettes d'ici. On m'avait dit un jour que le hurlement des mouettes était un signe que tout aller bien, qu'il n'y avait pas de problème. Mais quand on entend une mouette pleurait, c'est un signe de malheur et de larmes … Voir même de sang. Je n'avais jamais entendu les mouettes pleurer … Peut être que le jour où Hikari et moi feront fasse à cette vérité que j'essaie tant de faire disparaître un tant soit peu, je les entendrai pleurer à en rendre leur dernier souffle. Je craignais que ce jour vienne, comme la peste. Je le savais au fond de moi, même si je disais à Jey que je n'attendais que qu'Hikari découvre la vérité pour la voir devenir une rejetée de l'innocence, elle le savait que le jour où elle le saurait, je la forcerai à me combattre de toutes ses forces pour justement ne pas la voir se faire dévoré par l'innocence. Étais-je vraiment idiote ?

      - Des vacances, ici ? me demanda t-elle. Nyra, tu as vraiment un goût douteux quant à tes lieux de… vacances.

    Je n'avais malheureusement pas choisi ma destination de vacance. Mais je comprenais le sous entendu. Il était vrai que pour des vacances de rêves, j'aurais plutôt choisi les Bahamas, ou bien encore les îles Canaries. Mais rien de tout cela. Non j'étais là, à m'assurer de la réussite des akumas sur le Japon. Lawlet aurait été là, il aurait sans aucun doute attaqué Hikari, alors pour la première fois, je fus ravi de ne pas le voir. Il ne me restait plus qu'à trouvé une bonne excuse pour ces, ô combien fabuleuses, vacances. Mais que dire hein ? Je vous le demande … Alors il me fallait trouver une excuse bidon rapidement avant d'être prise dans les filets des soupçons. Si jamais un doute venait à être semé en elle, c'était le début de la fin. Mon sourire adorable s'agrandit et je me mis à rire.

      - Et bien figures toi que ce sont des vacances payés par mon patron pour mon fabuleux travail rendu ! Et oui que veux tu … Je suis tellement géniale, dis-je en prenant une pause mélodramatique avant de faire une moue enfantine. Mais vu l'endroit où il m'a envoyé je le soupçonne d'avoir plutôt voulu se débarrasser de moi ...

    Bon dieu que cette excuse était minable, mais si elle réussissait à y croire, j'avais tout gagné. Je n'aurais jamais cru autant stresser pour une simple humaine, qui plus ai une exorciste. Avais-je peur de ma propre mort ? Ou simplement de SA propre mort ? Je n'avais jamais été autant frustrer de toute ma vie, ma curiosité hurlait dans ma tête et exploser de rire. Oui, je me trouvais curieuse et intéressante, pour moi, ma réaction était intéressante. Le début de la fin ? Je l'ignorai. Puis sa voix me sortit de mes pensées.

      - Non mais qu’est ce que tu cherches ici ? Je t’assure, il y a bien mieux que Tokyo pour acheter des vêtements, maintenant. Les boutiques sans monstres derrière les comptoirs sont souvent les meilleures !

    Si seulement elle savait que le pire des monstres de cette île se trouvait juste en face d'elle, et qu'à la moindre occasion, je pourrais la tuer et la trainais devant le rouquin comme un trophée. La confiance qu'elle me portait en était presque mignonne. Ce que je cherchais ici ? Hein ? … Tu ne veux pas le savoir. Mes bras se levèrent mollement et se posèrent sur ses épaules en m'assurant que mes doigts touchent un morceau de peau. Je baissais légèrement la tête pour cacher mes yeux froids … Il fallait que je la tue et maintenant. Mes doigts glissèrent sur sa nuque. Un désir de ma part et cette tête serait séparé de son corps. Mon corps se fit dur. Entre mes mèches de cheveux, je regardais cette nuque toute blanche et laiteuse. Rien qu'un instant et tout serait terminé, tout serait fini. Elle serait morte au nom du Prince, et son innocence serait à jamais perdu … Nous aurions gagné. Ma prise se referma sur sa gorge. Il suffisait que se soit rapide, et elle ne sentirait rien, juste rapide et mon cœur arrêtera de battre si rapidement. Je serrais les dents, mes poignets tremblaient légèrement.

      - Je suis … Tellement désolée.

    Je m'apprêtais à le faire … Alors pourquoi ? Pourquoi mon corps refusa de lui serrait la gorge, pourquoi je n'arrivais pas à activer mon pouvoir pour la tuer et enfin me libérer de ce fardeau. Mes membres tremblaient violemment, il fallait que je me calme et tout de suite, sinon j'allais griller ma couverture. Puis, d'un coup j'agis par instincts pure sans réellement me rendre compte de ce que je faisais. Ma tête se releva, un visage enfantin avait remplacé le mien et je levai les mains juste au niveau de ma tête en les ouvrant bien.

      - Bouh ! Avoues t'as cru que j'étais l'un des grands méchants des histoires pour enfants que tu me racontes … Hein hein hein !!! Avoues t'as eu peur Hika ! répétais-je comme une fille qui aurait fait une blague à son amie. Aller, viens on bouge, on va dans la ville au lieu de rester trainer ici. On va manger des sushis !

    Je lui pris la main et la tira loin de ce bourbier en souriant naïvement … Je n'étais pas prête pour tuer cette fille, je n'étais pas prête du tout. Tout mon corps hurlait quand j'eus voulu mettre fin à ses jours. Sans doute l'avais-je réellement considéré comme une amie finalement. Une personne qui m'était chère et que je ne pouvais tuer. Qu'il en soit ainsi … J'attendrais que la vérité éclate au grand jour. J'attendrais le jour où ce ne seront plus les sourires d'Hikari qui m'accueilleront quand je la verrais mais un regard haineux et plein de rancune. J'attendrais le jour qui sera baignait de sang et de mort. J'attendrais le jour de l'affrontement final entre elle et moi. J'attendrais le jour où j'entendrais les mouettes pleuraient.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Hikari Hakumei
La Lumière Céleste †





Forget these empty lies.

▐ Ton Age : 24 ▐ Rp : 0
Féminin « Messages » : 1555
« Two Perso » : Lust.
« Situation » : Yes Rp


Who Are You ?
Level Rise_: Rang C
Souvenir/Pouvoirs/Innocence_:


MessageSujet: Re: Bad friend < Nyra Mar 20 Juil - 9:30

  • Hikari esquissa un sourire amusé en entendant l’explication douteuse de son amie. Il était étrange qu’une jeune fille aussi méfiante qu’elle n’ait pas envie de remettre en cause les raisons de la présence de Nyra ici. A vrai dire… elle n’avait pas de soupçon réel. On l’avait trahie une fois. Mais il lui semblait qu’elle pouvait comprendre pourquoi Meian l’avait abandonnée ainsi. Probablement, elle aussi se serait sentie enveloppée d’une haine parfaite pour l’Innocence si elle avait perdue sa sœur jumelle par la faute de ce cristal divin. Mais serait-elle devenue une Noah pour autant ? Elle avait bel et bien vécu cela comme une trahison. Après cela, elle aurait donc du redoubler de prudence. Pourtant, elle avait appris à aimer Nyra, et lui faisait confiance. Sans doute craignait-elle simplement la douleur trop intense de celle qui ressent la défection d’une amie. D’un être cher. Aussi elle préférait fermer les yeux, inconsciemment, sur cette excuse bancale, pour sourire un peu, loin du monde de la guerre. Du moins aussi loin qu’elle le pouvait. Car, si elle n’était pas en pleine conversation avec une camarade de combat, elle était bel et bien entourée par des monstruosités. Et contre cela elle ne pouvait rien faire d’autre que fermer les yeux. Encore.

    Etait elle donc réellement lâche ? Toujours, fuir pour cacher celle qu’elle était vraiment, craignant ses semblables, redoutant de s’attacher encore. Pour mieux perdre ensuite. Autrefois elle n’avait fait qu’un avec sa sœur. Puis, les Dieux avaient décidé de les séparer. Chacune, élue d’un Dieu ennemi de l’autre. L’une, somptueux corbeau qui se fondait dans les ombres, l’autre, lumière céleste qui voulait illuminer ses propres ténèbres. Et maintenant elle fuyait, encore. Elle fuyait le fantôme de sa jumelle, préférant l’oublier puisqu’elle ne pouvait se résoudre à la haïr. Aujourd’hui, de même, elle choisissait de voir trouble, préférant voir de simples commerç ants plutôt que des monstres qui se jetteraient volontiers sur elle pour se repaître de son âme. Il était pourtant étrange qu’aucun akuma ne cherche à les attaquer, et elle jeta un regard perplexe autour d’elle, avant de sentir un bras enlacer sa nuque.
    Et des mots vinrent briser ses songes. Nyra était désolée. Désolée ?

    Des doigts glacés effleurèrent sa peau, et un sombre frisson agita son corps. Son âme. L’espace d’un instant elle crût discerner une ombre au parfait tableau qu’elle avait choisi de peindre en ce jour. Celle d’une ennemie qui se cachait dans un corps ami, comme quelqu’un l’avait auparavant fait avec le corps d’une sœur. Alors qu’elle s’apprêtait à se dégager avec une certaine brutalité, sentant son cœur palpiter follement, mu par une angoisse indésirable, son amie éclata de rire, lui offrant une simple mimique enfantine et quelques paroles insouciantes pour justifier son comportement étrange. Hikari hésita, durant une poignée de secondes, mais se laissa emporter par une vague étrange qui l’incitait à être heureuse. Le mal avait peut-être jeté son manteau noir sur le monde, mais pas sur ses yeux. Elle ne pouvait pas être aveugle. Ne pouvait pas côtoyer une ennemie depuis si longtemps, c’était ridicule. Nyra avait toujours été différente, par son comportement étrange. Mais pouvait-elle juger ? Elle avait une bien piètre image de ce qu’était la normalité. Elle, Hikari Hakumei, une Elue de Dieu, autrefois simple gamine insolente qui ne vivait que pour sa sœur. Maintenant, une exorciste dont certains Noah commençaient à retenir le nom. Et qui avait l’impression d’avoir trouvé une famille, puisque la véritable s’était fondue dans les épaisses ténèbres de la nuit. Non, définitivement, elle ne pouvait pas bien juger l’attitude de son amie. Et à vrai dire elle s’en moquait. On lui offrait l’occasion d’oublier quelques instants qu’elle était née pour être une arme, serrée dans le poing de Dieu. Oublier que son coeur, un jour, cesserait de battre, que cela soit suite à des blessures violentes, ou simplement, épuisé par l’innocence qui le faisait travailler durement. Sa vie était éphémère tandis que celle de sa sœur jumelle serait éternelle. Et c’était bien ainsi. Elle ne voulait pas d’une éternité si cela devait être une éternité sans Meian. Malgré la haine qu’elle cherchait désespérément au fond de son être, malgré la trahison qui la déchirait violemment, secouant son corps, la jetant quelque part dans un ravin dont elle avait cru ne jamais ressortir. Malgré tout cela, elle aimait sa sœur jumelle plus que sa propre vie. Plus, peut-être, qu’elle n’aimerait jamais Lavi, ou encore, ses amis, auxquels pourtant elle tenait tant. Oui, elle aimait Meian comme on aime sa moitié. Sa véritable sœur d’âme. Pourtant, elle avait choisi son camp, ou du moins, le cristal divin endormi dans sa chair l’avait choisi pour elle. Mais elle ne pouvait regretter ce choix. Se battre pour que le monde survive. Pour que l’amour ne soit plus jamais une arme à retourner contre son possesseur.

    Son affection était fidèle, et toujours irréversible. Alors, comment réagirait-elle face à la trahison de l’une de ses plus précieuses amies ? Son innocence la rejetterait-elle vraiment, faisant d’elle un monstre rongé par son arme ? Une arme qui l’avait choisie dès sa naissance. Qui avait grandie avec elle, et lui avait sauvé la vie. A elle et à d’autres innocents. Cela serait simplement immonde. Non, le jour où la lumière éclairerait le véritable visage de Nyra Stephenson, sans doute son cœur hurlerait il. Sans doute son cœur s’ouvrirait-il pour libérer des torrents de chagrin et de souffrance. Mais elle se relèverait, prête à se battre une fois de plus. Et, s’il le fallait, à rejeter une amie qui l’aurait simplement trompée. Depuis le début.

    La lumière, cependant, sommeille en attendant son heure. Et l’ombre daigne conserver l’anonymat de ton visage.

    " Oui tu étais absolument terrifiante. Dommage, tu ne peux en vérité rien contre moi."

    Se contenta-elle de répondre, tentant de prendre une voix taquine comme elle en avait l"habitude, oubliant le trouble qui l'avait agitée durant un moment.

    Hikari adressa un sourire on ne peut plus sincère à son amie, avant de la suivre, loin des rues où les humains se mourraient lentement. Ses grands yeux turquoise scintillèrent comme les joyaux d’un trésor oublié, et elle tira Nyra jusqu’à un restaurant qui lui paraissait un peu moins miteux que la moyenne. Et qui, peut-être, n’était pas la propriété d’un akuma. Un léger soupir s’échappa d’entre ses lèvres. Elle avait grandi en dehors de Tokyo, pourtant, revenir ici la laissait rêveuse. Ses parents vivaient-ils toujours ici, à l’abri de la capitale remplie d’Akumas ? Leur maison possédait-elle toujours deux grandes chambres vides et froides, qui attendraient éternellement les petites filles joueuses d’autrefois ? Prenant la main de son amie dans la sienne, Hikari l’entraina à l’intérieur avec un entrain qu’il était rare de voir chez elle, s’asseyant à ses cotés à une petite table.

    « Des sushis alors ? C’est parti. »

    Il était rare qu’elle parle japonais à la Congrégation. Aussi la jeune fille se sentit réfléchir quelques instants, avant de prendre la parole dans sa langue natale pour commander de quoi manger. Ceci-fait, elle se tourna vers Nyra, se demandant comment réagirait son amie lorsqu’elle assisterait au probable massacre d’un ou deux habitants par quelques démons affamés. Mais trêve de pensées morbides, passons à des choses plus plaisantes.

    « Hmm, tu dois avoir raison, je crains que ton patron n’ait tenté de se débarrasser de toi en t’envoyant ici. Ce n’est pas un lieu de rêve pour des vacances. Mais pour quelles raisons voudrait-il perdre un élément précieux comme toi ? » termina-t-elle avec une voix légèrement moqueuse.

    Pour la faire taire ? Nyra était une véritable tornade, bien plus vive et entrainante que Hikari, la calme et silencieuse Hikari. Mais parfois, cela lui faisait du bien de prendre part à cette énergie qui poussait toujours vers l’avant, et qui était si propre à cette étrange humaine.

    « Dis moi, Nyra. Comment est ta famille ? »

    La curiosité la dévorait inévitablement. Nyra ne lui parlait jamais réellement d’elle, se contentant de lui offrir quelques plaisanteries. De la rendre heureuse, l’espace des quelques heures qu’elles pouvaient partager lorsqu’elles parvenaient à se voir. Mais, alors qu’elle se trouvait dans le pays qui l’avait vu naître et évoluer, Hikari sentait les spectres insistants de son ancien foyer venir la hanter. Certes, elle avait trouvé une nouvelle famille. Mais celle-ci était constituée d’amis plus que de frères ou de sœurs. Il n’y avait pas de parents inquiets pour observer ses blessures lorsqu’elle rentrait, ou pour sécher ses larmes lorsqu’elle cédait au chagrin qui la poursuivait. Il n’y avait plus de sœur pour la serrer tout contre elle au beau milieu de la nuit, alors qu’elle se sentait trop seule dans son lit immense et glacé. Il n’y avait que des âmes détruites qui peinaient parfois à tenir debout, trop occupés par leurs propres souffrances pour savoir soutenir la sienne. Trop captivés par leur but commun pour s’attarder sur quelques égratignures ou sur quelques perles de cristal qui osaient rouler de ses yeux. Alors, aujourd’hui, elle souhaitait s’attarder sur les visages abstraits d’une famille traditionnelle, et étrangère à la sienne, plutôt que de ruminer les traits oubliés de ceux qui l’avait protégée autrefois, alors qu’elle ne risquait pas sa vie chaque jour que le ciel acceptait de lui céder.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Zack Soldier
L'Incarnation de la Curiosité ஃ

Si ma curiosité n'est pas satisfaite, alors je tuerais.

Mais si elle venait à être complète, alors je mourrais.

Je préfère alors tuer que mourir.



▐ Ton Age : 23 ▐ Rp : 9
Féminin « Messages » : 809
« Two Perso » : ♥ Hopinounet ♥ Zackinou ♥
« Situation » : Yes Rp


Who Are You ?
Level Rise_: Rang D
Souvenir/Pouvoirs/Innocence_:


MessageSujet: Re: Bad friend < Nyra Mer 18 Aoû - 1:03

    Chaque fois que je voyais Hikari, un doux murmure me rappelait que j'étais humaine aussi, que j'avais le droit à être apprécié, mais un autre murmure, plus sulfureux, envoutant, séduisant, me susurrait que ma place n'était pas parmi elle et ses semblables, que j'étais et je serais à jamais une Noah, ange de la mort et apôtre du Prince, d'Adam, le premier homme. Mais c'était tellement fatiguant. Tellement drainant de toujours regarder les autres sourirent et rire alors que moi, je ne devais que ressentir une méprise profonde pour ces êtres, une haine, et de l'amour uniquement pour ma famille. Au fil des années, j'avais appris à jalouser ces humains si chanceux, maintenant je les envie seulement et je les observe avec curiosité. Encore et toujours, c'est sans aucun doute la seule chose que mon âme est capable de faire. C'est pour ça que parfois, cette voix du diable, je la pousse d'un bon coup de pied dans le dos dans une armoire que je ferme à clé juste le temps de quelques heures. Jusqu'à ce que ma vraie nature refasse surface, juste avant que je ne recommence à blesser comme je l'avais fait avec lui. Juste quelques minute de plus, pitié …

    Elle était mon amie, je l'adorais. Et pourtant Hikari était tout mon contraire. Bien que son nom signifie « lumière » elle semblait dans une constante obscurité, elle était plus silencieuse que moi, et surtout elle avait l'air constamment triste. J'avais déjà, par le passé, remarqué l'étrange similitude entre Meian et Hikari, et leur nom de famille similaire. Si seulement je pouvais approcher Meian de plus près, je pourrais savoir si mes soupçons étaient juste, au risque de me battre avec elle juste après. Mais il est vrai que j'aurai pus le vérifier avec Hikari, ça aurait été tellement plus simple pour moi, j'étais bien plus proche d'elle que de la noah du silence, mais j'avais bien trop peur qu'elle le remarque, après tout c'était une exorciste. Quel ironie … Moi, la Noah de la Curiosité, apôtre du plus puissant être existant, avait peur de perdre une simple exorciste ! Baffez moi je deviens folle ma parole ! C'est d'ailleurs un miracle que je ne me sois pas encore tiré une balle en pleine tête pour calmer radicalement toutes cette agitation. Bon sang, je haïssais avoir mal au crane, bah avec ça j'étais servi ma parole ! Un jour, alors que je venais de mettre à feu et à sang un petit village de campagne, une femme me lança une pierre que je me pris dans l'arcane de l'œil droit. Quand mes yeux se posèrent, je la vis serrant un enfant ne possédant plus d'estomac … Je suppose que je l'avais fait exploser plus tôt. Son regard m'accusait de toute sorte de chose atroce, dont j'étais coupable bien évidement. Elle pleurait aussi, de toutes ses forces en serrant le corps décharné de l'enfant, j'avais tellement pitié pour cette pauvre femme. Elle me hurla dessus, me cria au meurtre … Et me demanda pour qui je me prenais pour oser ôter des vies humaines qui eux aussi se battent pour survivre. Qui étais-je pour décider qui devais vivre ou mourir en ce bas monde ? Après tout, je ne suis qu'un être vivant, et ayant besoin d'oxygène pour respirer. Mais j'étais inhumaine … Je ne me souvenais même pas avoir assassiner l'enfant qu'elle tenait dans ses bras, pourtant, cela ne pouvait être que moi. Cette manière de tuer en décomposant la matière, c'était mon pouvoir, à moi seule. Avais-je perdu toute humanité pour aller jusqu'à oublier le visage de mes victimes ?

    Maintenant que j'y pensais … Je ne me souvenais d'aucune de mes victimes. Toutes personnes étant tué par mon pouvoir était presque immédiatement effacé de ma mémoire, sans doute pour que je ne ressente pas cette sensation que l'on appelle remord ? J'avais éliminé mon père et sa seconde famille, et bien que je les ais longuement regardé avant de les tué, leurs visages n'apparaissaient plus. Ils avaient été effacé pour que je puisse continuer d'exister. Pourtant, lui, je me souvenais de lui et de ses sourires. Ce garçon aux cheveux blonds que j'aimais tant. Il souriait sans arrêt et avait des efforts phénoménaux pour moi dans ma langue natale. J'aurais tout donné pour conserver son sourire, si éphémère. Je l'avais considéré comme un véritable ami, il était une sorte de rayon de soleil. Il était maladroit, égocentrique, narcissique, mais attachant … Mais il faisait aussi partie du groupe de traqueurs que je devais éliminer. Pas en tant que tel, mais il était avec eux. Alors j'attendis, j'attendis le bon moment pour frapper le plus vivement et rapidement possible. Et il arriva … C'était horrible. Ses réactions, son visage, tout … Si j'avais pus j'aurais fuis en courant. Alors je l'ai démoli, laissant la voix si séduisante gagnée sur ma raison. Je l'ai brisé, agissant comme une vraie Noah. Et j'ai pris plaisir à ça, j'ai adoré le voir se décomposer, si innocent. Je crois bien que maintenant il me hais, c'est drôle non ? Il fait sans aucun doute partie des gens qui souhaite le plus de me voir morte, sans vie. Mais jusqu'à ce que ma curiosité soit satisfaite, je vivrais et tuerais, comme une vraie noah.

    La voix de l'exorciste me sortie de ma torpeur philosophique, ce fut un ton ironique et taquin qui me répondit, un ton que j'entendais quand Hikari était détendu et se laissait un peu allé. C'était une bonne chose.

      - Oui tu étais absolument terrifiante. Dommage, tu ne peux en vérité rien contre moi, se contenta t-elle de répondre.

    Elle me fit un sourire, un sourire sincère qui ne montrait aucun signe d'animosité à mon égard. Ou comment faire sentir Nyra Stephenson encore plus mal qu'elle ne l'était déjà ! Merci Hikari, tu m'aides pas du tout dans ma tâche tu le sais ça ? Je lui répondis de manière très puérile en lui tirant la langue, comme je le faisais étant enfant. Avec elle, c'était ce que j'étais. Et c'était follement amusant ! Ma curiosité ne cessait de s'intéressait à Hikari. En fin de compte ce n'était peut être pas une mauvaise chose de l'avoir rencontré ici par hasard. Soudain, elle me pris la main et me tira entre les rues. Hikari était japonaise, elle devait connaître cette endroit. Mais jamais, ô grand jamais, je n'aurais cru qu'elle me prendrait un jour par la main. C'était agréable comme sensation, comme quelque chose d'encore jamais découvert. Elle me conduisit à l'intérieur d'une échoppe et on s'installa à une table. Mes yeux se perdirent dans le décors de ce petit restaurant de quartier. Il y avait des akumas. Plusieurs même … Il m'avait regardé et semblait surpris. Je suppose que c'était Hikari l'objet de toute leur curiosité, et je ne pouvais leur donné tord.

      - Des sushis alors ? C’est parti.
      - Oh vi des sushis ! Je veux gouter !!

    J'avais répondu comme une enfant, complètement gagatisant devant un nouveau jouet qu'elle ne connaissait pas. Et c'était vrai ! Je n'avais jamais eus l'occasion de manger des sushis. Et pour la première fois, je vis Hikari parlait en japonais. Oh évidement, je le parlais, puisque notre base avait été pendant très très longtemps le japon, mais c'était bizarre. J'avais tellement l'habitude de la voir parler en anglais. Mes yeux se posèrent sur le cuisinier qui se mettait à préparer ses fameux sushis. Est-ce qu'au moins le poisson serait frais … ?

      -Hmm, tu dois avoir raison, je crains que ton patron n’ait tenté de se débarrasser de toi en t’envoyant ici. Ce n’est pas un lieu de rêve pour des vacances. Mais pour quelles raisons voudrait-il perdre un élément précieux comme toi ? me demanda t-elle avec un petit sourire ironique, ouh je te hais Hikari !
      - Je travaille superbement bien si c'est ce que tu insinues espèce de vilaine ! Mon patron m'a envoyé ici pour me remercier ! Et non pour se débarrassez de moi ! Beuh ! rétorquais-je en tirant à nouveau la langue.

    Je lui fis ensuite ma plus belle grimace en délattant des arguments plus inutiles les uns que les autres pour prouver que j'étais une bonne employée. Après tout, je tuais toutes les personnes que m'ordonnait de tuer le Prince, c'est pas du bon travail ça ? Hein ? C'était amusant, personne ne pouvait m'arrêter quand je me mettais à parler. C'était un vrai plaisir de parler de tout et de rien, même si la moitié était des mensonges, personnes ne me jugerait, car personne ne savait. Et tant qu'Hikari ne savait pas, cela me convenait tout à fait. Je pouvais penser tranquillement, sourire de plaisir et de joie et accepter toutes les contraintes d'être Noah. Parce que j'étais tout simplement heureuse d'exister quand je parlais. Mais Hikari, me coupa dans ma joie grandissante un peu trop brutalement à mon goût.

      - Dis moi, Nyra. Comment est ta famille ?

    Pour la première fois, j'eus ressentis un réel désir de tuer Hikari d'une manière encore plus atroce que j'avais fais souffrir mon blond en Europe.

    Les souvenirs affluaient dans ma tête, je pouvais comprendre l'envi qui avait naquit en elle, la curiosité ne s'arrête jamais à de petite chose, moi-même je le savais, mais ma famille à moi c'était les noah. Et pour le peu de souvenir qu'il me restait de l'ancienne, je ne pouvais plus l'appeler ma famille, simplement famille d'adoption. Le cœur à ses raisons que la raison ignore comme disait le proverbe. Je suppose que c'est pour cela que je ne considérais pas ma mère et mon père comme mes parents. Le gène Noah en moi devait sans aucun doute hurlait dans tout mon corps de ne pas confondre ma famille, les noah, avec eux de simples humains. Pourtant je ne gardais pas que de mauvais souvenir avec eux. Un vague sourire se dessina sur mes lèvres, à rester si longtemps silencieuse, j'aurais pus attirer les soupçons. Mon regard se posa sur Hikari et mon sourire s'étira en quelque chose de plus aimable. Je posai mes coudes sur la table et soutenu mon menton dans la paume de ma main en souriant.

      - Désolé, ça fait longtemps que je n'ai pas eus l'occasion de les voir … J'aurais peut être dut passer mes vacances avec eux finalement, tu ne crois pas ? demandai-je doucement. Et bien je suis la dernière de la famille … J'ai une grande sœur et un grand frère. Mon frère c'est le genre sur-protecteur et ma soeur est tellement jolie et blonde qu'on penserait pas qu'elle est de notre famille. Ma mère, elle, est une brave femme qui essaie d'élever ses enfants du mieux qu'elle peut. Mon père quant à lui, il est mort quand j'étais petite, je n'ai pas eu l'occasion de le connaître. Mais je les aimes tous ! rajoutais-je avec un grand sourire de gamine.

    Ce n'était bien évidement qu'à moitié faux. Je n'avais bien évidement pas dit que j'étais responsable de la mort de la moitié des membres de ma famille. Je pense qu'elle aurait facilement compris qui j'étais si j'avais rajouter « oh mais tu sais, j'ai tuer ma sœur et mon père ainsi que toute la deuxième famille de mon père ». De plus c'était fort indélicat comme phrase je trouve. Mais ce n'est que l'avis d'une humble lady qui s'est amusé à un nombre incalculable de massacre. Maintenant je suppose que c'était à mon tour de posait des questions. L'image de Meian me frappa en plein fouet, en posant des questions, je pourrais peut être connaître leur lien, sans avoir besoin de parler de Meian tout simplement. Si elles sont liés par un lien quelconque, elle le dira, elle est obligé, elles se ressemblent trop pour ne pas me parler d'elle. Et c'est alors que j'allais poser la question qu'un akuma se leva et attaqua une humaine qui venait à peine de rentrer, lui arrachant la tête et commençant à la dévorer. Je fis une grimace d'horreur et de dégout … Jamais ce spectacle ne me plaira je pense. Puis en me rappelant qu'Hikari était là, je poussais un cri de véritable terreur en reculant contre un mur. Ces abrutis d'akuma ! Si je n'avais pas été avec Hikari je les aurais déjà tous fait exploser !

    Ils me rappelaient mon devoir, et le fait que je sois amie avec elle était mal. Bon sang … était-ce trop demander ? Juste quelques heures de plus … Encore s'il vous plait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Hikari Hakumei
La Lumière Céleste †





Forget these empty lies.

▐ Ton Age : 24 ▐ Rp : 0
Féminin « Messages » : 1555
« Two Perso » : Lust.
« Situation » : Yes Rp


Who Are You ?
Level Rise_: Rang C
Souvenir/Pouvoirs/Innocence_:


MessageSujet: Re: Bad friend < Nyra Jeu 2 Sep - 8:48

  • De nouveau, un léger rire échappa à la jeune fille. Hikari suivit le regard de Nyra, observant d’un air distrait le cuisinier s’activer à la préparation des sushis. Il était étrange d’avoir une amie aussi insouciante lorsque l’on a le caractère d’Hikari. A vrai dire, Nyra aurait pu l’agacer. Elle aurait pu détester ses sourires constants, son attitude enfantine. Après tout, n’était-elle pas tout l’opposé de la jeune adolescente ? Jeune exorciste glaciale qui avait fait de la guerre son quotidien. Elle n’aurait du avoir aucune place pour la détente et les idioties. Ni pour une simple humaine étrangère à son monde, qui ne voyait pas revenir ses camarades trempés de sang après chaque mission. Ou pire, qui ne les voyait pas revenir du tout. Non, Nyra se contentait de se promener un peu partout dans le monde, et chacune de leur rencontre était emplie de babillages futiles, de plaisanteries idiotes. Et de joie, il lui fallait l’avouer. Jamais elle n’avait ressenti de haine envers son amie. Oh, elle l’avait souvent enviée. Après tout quelle condamnée à mort n’envierait pas celle qui n’a qu’à attendre que d’autres se battent pour son salut ?

    Jusqu’à ce qu’elle comprenne qu’il était de son devoir d’aider lorsqu’elle pouvait le faire. L’humanité était elle aussi condamnée. Et beaucoup haïssaient devoir rester inactif, comme de simples proies transies de peur, tandis que des personnes plus fortes, et pourtant parfois bien plus jeunes, mourraient pour eux. Saignaient pour eux. Et finissaient comme tous les morts en guerre. A l’état de simples noms que la brise du temps efface de la poussière.
    Nyra l’aidait à tenir droite. Elle lui procurait une rare distraction dans son quotidien qu’il serait pourtant difficile de juger de monotone. Et elle lui en était incroyablement reconnaissante. La jeune anglaise était comme une lueur bondissante au milieu des ténèbres.
    Si seulement… Nyra était une Noah. Elle ne le savait pas, et à vrai dire, le jour où elle l’apprendrait serait empli de tristesse. D’amertume. Il est difficile d’être trahie une fois par celle que l’on considère comme sa moitié. Mais, comment réagirait une jeune gamine désespérée en comprenant que son unique soutien extérieur à la bande d’éclopés qui lui servait d’amis était en réalité… une ennemie ? Hope avait au final tout à fait raison de lui répéter sans cesse qu’elle ne devrait pas voir cette Nyra. Chaque fois qu’il osait lui dire, elle se pressait de lui répondre quelques sottises. Qu’il était simplement jaloux. Superstitieux. Ou autres réponses idiotes. Parfois, elle s’énervait simplement. Pourquoi devrait-elle se priver de la compagnie d’une amie loyale ? Loyale. Ah ah ah. Il lui semblait que Nyra était parfaitement au courant de son soit disant métier. Pourtant elle avait la délicatesse de ne jamais en parler. Ce n’était donc pas d’une élue de Dieu que Nyra était l’amie. Mais de Hikari Hakumei. Juste Hikari. La jeune femme posa avec douceur ses grands yeux bleus sur celle en qui elle avait un peu trop confiance. Elle faillit regretter sa question en observant le regard brun se perdre dans le vague.

    - Désolé, ça fait longtemps que je n'ai pas eus l'occasion de les voir … J'aurais peut être dut passer mes vacances avec eux finalement, tu ne crois pas ? Et bien je suis la dernière de la famille … J'ai une grande sœur et un grand frère. Mon frère c'est le genre sur-protecteur et ma soeur est tellement jolie et blonde qu'on penserait pas qu'elle est de notre famille. Ma mère, elle, est une brave femme qui essaie d'élever ses enfants du mieux qu'elle peut. Mon père quant à lui, il est mort quand j'étais petite, je n'ai pas eu l'occasion de le connaître. Mais je les aimes tous !

    Un frère sur-protecteur ? Un instant elle eut un sourire en pensant à Hope. C’était tout à fait lui ça. Un léger sourire apparut sur ses lèvres. Pourtant, elle comprenait la tendre mélancolie qui émanait des paroles de sa naine adorée. Oui, elle savait parfaitement ce que cela faisait de ne pas avoir vu sa famille depuis longtemps. Ce que cela faisait d’avoir perdu des êtres chers. Sans doute ne connaitrait elle jamais la vérité sur Nyra. Il était probable que celle-ci ne lui révèle pas toute sa vie. Elle ignorait tout de la profession de la jeune femme. Comme elle ne savait pas pourquoi l’adolescente était séparée de sa famille depuis longtemps déjà. Mais elle ne se risqua pas à poser plus de questions indiscrètes. C’était comme un pacte entre elles deux. Elles ne connaissaient rien du passé de l’autre. Ni réellement de son présent. Pourtant elles se rencontraient, plusieurs fois par an, lorsqu’elles en avaient l’occasion, afin de partager quelques moments de détente ensembles. Sans s’encombrer de questions indiscrètes. Hikari avait donc fait une entorse à la règle tacite, espérant entendre parler de bonheur et de famille parfaite, pour rêver à une autre réalité que la sienne qu’elle haïssait parfois. Oh, elle n’était sans doute pas la plus à plaindre. Après tout, malgré son envie de chasser ceux qui osaient lui adresser la parole, elle s’était retrouvée entourée de personnes exceptionnelles. Et elle avait même réussi à rencontrer Nyra. Nyra qui, malgré la distance, malgré la mort, aimait toujours sa famille.

    Comme elle aurait aimé pouvoir l’affirmer elle aussi, sans le moindre tremblement dans la voix. Elle aurait aimé pouvoir chasser la main menaçante de sa sœur pour la serrer dans ses bras, et lui chuchoter à l’oreille combien elle l’aimait. Mais elle ne le ferait jamais. Non, elle se contenterait de tenter de le haïr, comme elle le lui avait annoncé le jour de leur retrouvaille. Le soir où elle avait découvert la trahison. Celui où elle avait cru avoir perdu toute raison de vivre.

    « Je comprends. Au fond tu as peut-être de la chance. » Murmura-t-elle, songeuse.

    Elle allait tenter d’expliquer son point de vue, ou enrayer sur un sujet plus joyeux, lorsque deux évènements se produisirent. On leur servit les Sushi. Et un akuma décapita une femme. Elle eut un cri écoeuré alors que des bruits de mastication se faisaient entendre. Du sang ruissela sur le sol. Des hurlements effrayés retentirent. Une brutale envie de vomir lui remonta dans la gorge alors que des craquements lugubres montaient du spectacle sinistre. Hikari tourna violemment la tête vers Nyra qui venait d’afficher sa terreur de la manière la plus sonore qui soit. Les habitants de cette ville étaient condamnés, elle ne pouvait pas tous les sauver. Il s’agissait pour eux de survivre comme survivrait un morceau de viande dans une cage remplie de fauves. Mais elle ne laisserait pas l’une de ses plus précieuses amies mourir ici. Aussi, posant avec appréhension sa main sur son cœur, elle activa son innocence.

    Une secousse familière transperça tout son cœur, alors qu’elle hoquetait de douleur. Elle était encore épuisée suite à une mission exténuante. L’activation était donc plus désagréable que prévu. La lumière qui était devenue sa meilleure alliée entoura rapidement ses doigts, tissant une myriade de fils qui se regroupèrent bientôt pour former un long fouet éblouissant. Il y eut un claquement, l’énergie évanescente heurta l’akuma qui se tordit quelques secondes avant d’être consumé par l’innocence. Bien, et les autres maintenant ?

    Le fouet se rétracta rapidement, et la lumière vint former des griffes tranchantes et luminescentes autour des doigts fins de l’exorciste. Il y avait plusieurs options. Fuir rapidement, les akumas n’allant sûrement pas tarder à se jeter sur elles. Ou rester, et protéger les humains. Autrement dit, une mission suicide. Son regard hésitant se tourna vers Nyra.

    « Hm, l’ambiance va se dégrader rapidement je crois. Si tu veux… commence à manger sans moi ? »

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bad friend < Nyra

Revenir en haut Aller en bas

Bad friend < Nyra

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D.Gray'man - Le Réveil de Pandore :: « CITIES» :: B.I.G ● T.R.I.P-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit