AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez|

Tokyo's meeting [ANA! C♥me On Darling ~ ♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Invité
Invité




MessageSujet: Tokyo's meeting [ANA! C♥me On Darling ~ ♥] Lun 18 Oct - 7:46

♠◘♦ A new …servant? ♣◘♠ [PV : Anastasia Krak♥vitch ]
L’histoire d’une rencontre qui eu lieu un jour…. A Tokyo.




Le Japon. Sans doute l’un des pays les plus respectueux de la culture religieuse ainsi que celle de l’esprit. Ici, tout est sacré. De la petite feuille tremblante sur sa branche sèche à la baleine jouant aux larges des côtes du pays, pour eux tout à un esprit, une vie et tous seront amenés un jour où l’autre à se réincarner. Ce n’est pas tout à fait faut lorsqu’on y réfléchit sérieusement. Enfin il y à toujours des exceptions qui confirment la règles bien entendu. Prenez les Noah par exemples, eux nous savons d’avance qu’ils ne mourront jamais, du moins pas techniquement parlant. On ne peut pas non plus parler de réincarnation non plus les concernant car si l’ont remonte suffisamment loin il est clair que chaque humain qui grouille sur cette terre et la souille avec sa respiration misérable possède en lui une infime parcelle de gêne Noé. Certains plus que d’autres c’est évident, ceux là sont les apôtres. Un don leur est donné à leur arrivé dans la « famille », un don lié de très prés à leur souvenir, enfoui loin dans leur chair et leur esprit.

Lulubell fait partie de ces privilégiés, portant la Couleur même de Noé elle peut prendre l’apparence qui lui chante, quand elle le veut et aussi longtemps qu’elle le désire. Pratique, c’est vrai. Mais passons, penchons nous un peu plus sur les activités de la demoiselle anciennement française. Luxure s’était exilée sur le continent bordé d’îles asiatiques après une rude mission dont elle n’était pas vraiment ressortie indemne. Tsss, foutus exorcistes, pourquoi est-ce qu’à chaque fois qu’ils semblaient faible il fallait qu’au dernier moment il trouve en eux une force sortie dont ne sais où pour affligée plus où moins de dégâts à la Noah ? Heureusement à chaque fois l’humain finissait par mourir en appelant le plus souvent sa mère à l’aide sous les griffes de Lulubell, à trop se frotter à la patience du chat on finit par s’écorcher sur ses crocs. Avis aux amateurs, la Couleur ne refusera jamais de mettre un terme à la vie de l’un de ces misérables prétendu élus de Dieu, hérétiques tous autant qu’ils sont. En réalité, ce qui énervait la demoiselle ce n’était pas tellement d’être blessée, elle avait eu l’habitude lorsqu’elle avait débuté en tant que Noah d’être souvent légèrement blessé lors de ses affrontements avec ses premiers exorcistes ciblés, ce n’était donc pas ça qui l’aurait vexé même si cela lui déplaisait il ne faut pas le nier. Non enfaite ce qui l’irritait le plus c’était de se trouver aussi naïve, ça ne lui ressemblait absolument pas de croire à tout bout de champs les comédies désuètes de ses proies. Et pourtant ces derniers temps, cela lui arrivait de plus en plus et à intervalle réduit qui plus est. Quelque chose clochait c’était clair, mais quoi ? Il fallait trouver le problème et démêler la gêne au cœur même de la chose, mais avant cela, il fallait bien trouver le pourquoi de ce changement de tempérament si prononcé.

En pleine réflexion, Lulubell marchait dans l’une des rues désertes de Tokyo, dans la partie occupée par des Akumas de hauts niveaux généralement, les plus faibles faisant office de déjeuner pour les plus forts. Une vraie loi de la jungle et pourtant la Couleur n’en était même pas affectée, au contraire même, elle se fichait éperdument du sort d’Akumas tous plus banals les uns que les autres pour tout dire. La seule et unique Akuma qui avait jamais attirée un peu plus que sa sympathie fut Mimi, cette gentille soubrette prête à tout pour voir le sourire de Lulubell si rare à se montrer. La mort de cette fille aux cheveux blancs avait atteins Luxure au cœur pendant un moment, puis elle avait tourné la page. Ce n’était qu’une Akuma après tout même si elle avait pris dans son cœur une place plus importante qu’elle ne l’aurait du. Allen Walker et ses amis paierons un jour très cher ce geste qu’ils avaient osé faire en lui supprimant sa servante. Elle avait fait des dégâts en passant par la Tour de la Congrégation et pas question de s’arrêter là. Dés lors qu’une nouvelle occasion se présenterait, elle bondirait au sens propre du terme dessus et ne lâcherait pas le morceau cette fois. Ils périront tous. Elle leur rendrait au centuple ce qu’ils ont esquissé en lui salissant aussi son honneur auprès du Comte Millénaire. A cause de ces vermines, plus aucunes missions ne lui avait été donné pendant une longue période, le Prince Millénaire n’ayant plus la moindre confiance en elle sur le départ. Heureusement pour sa petite personne, la Couleur savait user de ses charmes félins et avait réussi avec grande peine à redevenir la petite préférée du Prince, accédant de nouveau au droit de statuer sur les genoux de ce dernier parfois.
Rien ne bougeait dans les ruelles mortes qui bordait l’artère principale dans laquelle se déplaçait la jeune femme, vêtue pour la première fois depuis longtemps d’une autre tenue que son smoking habituel à savoir un kimono dans les tons pastel qui tranchait violemment avec sa peau grisâtre et ses cheveux laissé noirs (pourquoi s’embêter à se camoufler après tout ? S’il y avait des humains dans les parages premièrement il ne pourrait rien faire contre elle et deuxièmement puisqu’elle se trouvait dans la partie de Tokyo le plus infestée d’Akumas ils ne survivraient pas bien longtemps hors de leur cachette.) Elle avait aussi pour l’occasion délaissé sa paire de lunettes noires mais ses yeux demeurait fermés, elle savait se diriger sans le sens de la vue.
Les pétales des cerisiers encore enracinés prés de sa position voletaient élégamment sur et au dessus du sentier qu’elle foulait de son pas gracile et silencieux. Il n’y avait pas un bruit, pas âme qui vivent dans les rues qu’elle arpentait .C’était mieux ainsi, le calme convient parfaitement à la Couleur, inutile de changer une habitude si bien adaptée au personnage. Une brise finit par se lever, précéda un vent un peu plus fort qui fit tinter la clochette à sa queue de cheval pendant quelque instant avant de disparaitre dans la nuit, rendant le calme aux alentours. Pendant trois petites secondes, seul l’écho de sa clochette percutant les murs des bâtisses encore debout lui revenait aux oreilles. Quel dommage que la suite des événements se soit fait si bruyant… Enfin bon ne polémiquons pas la dessus pour l’instant.

Lulubell n’était toujours pas sortie de ses réflexions lorsqu’elle senti quelque chose de mou s’enfoncer sous son pied droit. Elle dut rouvrir les yeux et attraper ladite chose pour déterminer de quoi il s’agissait. C’était une petite poupée faite en tissu à première vue. Pleine de poussière et déchirée en certains endroits. Une fillette devait l’avoir oublier en fuyant les Akumas et cet enfer sans doute. C’était rare de pouvoir observer les pupilles ambrées de la Couleur. D’ordinaire elle n’ouvre jamais les yeux. Envie de changement soudain ? Peut-être, allez savoir, Luxure demeure une fille compliquée après tout. Essayer de la comprendre reviendrait à essayer de faire un puzzle dont on sait qu’il manque quelques pièces dés le départ, impossible à construire… Elle fixa longtemps la petite poupée dont les cheveux de soie se balançaient légèrement dans la petite brise qui était revenue, pensive sans trop l’être. D’ailleurs, le vent un peu plus soutenu revint à la charge pour la seconde fois et un bruit sourd vint percuter les tympans de la demoiselle qui tourna sa tête vers l’origine du mystérieux son. Les yeux jaunes de Lulubell lui permirent alors de voir une sorte de vieille église, coincée entre deux bâtiments banals et détruite en partie. Qu’est-ce qui avait bien pu faire un bruit pareil ? La jeune femme voulait en avoir le cœur net. Un akuma agonisant ? Possible, et si tel était le cas, elle fera demi tour et repartirait aussi vite qu’elle était venue sans même esquisser un geste d’aide ou de bienveillance envers les créatures. Mais trêve de suppositions, avant de partir dans de grand projets, encore fallait-il savoir ce qu’elle allait trouver à l’intérieur. Elle entra par ce qui devait faire autrefois office de porte et s’engouffra à l’intérieur de la fameuse église. Il y faisait un peu sombre malgré la Lune qui éclairait une partit de ce qui se trouvait à l’intérieur. Voyons voir, il y avait déjà tout le coté gauche qui était détruit, jonché de débris et de pierres lourdes, le droit restait à peu prés intact, ça tenait presque du miracle d’ailleurs.
C’était à se demander pourquoi Lulubell s’était fatigué à venir ici, sa tenue et tout le reste ne la destinait pas à venir jouer les pseudos funambule en certain endroit dans ce bâtiment décrépis. Et pourtant… il faut croire qu’il ne faut jamais se fit aux apparences, enfin en théorie.
Et avança pendant une bonne vingtaine de mètres, ses pas éclairer par la Lune lorsqu’elle eu atteins la moitié du chemin. Elle continua son parcours dans la lumière de l’astre donc, découvrant à présent une sorte d’autel où statuaient encore quelques anciennes offrandes comme des coquillages. La Couleur posa lentement la poupée sur l’une des coquilles et trouva que cela rajoutais un peu de sympathie à l’endroit d’un seul coup. Et voilà ! Elle était repartie dans ces inepties de sympathie, encore et toujours ! Mais pourquoi se mettait-elle à penser comme un humain ? Raaaaaaaaah ! Mais ça avait vraiment le don de l’énerver au plus haut point. Elle ne supportait pas ça, elle voulait plus que tout redevenir comme avant, le pilier froid et distant que personne où presque ne souhaite approcher et avoir ainsi une paix bien méritée. Mais non, il faut croire que la répugnante part humaine qui comatait en elle avait décidé pour on ne sait qu’elle raison idiote de refaire surface, pour son plus grand malheur soyons clairs.

Le bruit sourd de tout à l’heure refit son apparition en même temps que la troisième venue du vent fort, laissant la Couleur figée quelques instants. Elle réalisa alors ce qu’il se passait, il y avait devant elle un vieil orgue couvert de débris et de poussières, elle ne l’avait donc pas remarquer immédiatement. Lorsque le vent se levait un peu trop fort, il s’engouffrait dans les tuyaux de cuivre et en laissait sortir un son court, comme une mélodie éphémère. Rien n’était orchestré et coordonné par un chef musicien et pourtant, Luxure aimait cette partition, ce désordre un peu à la mode en ce moment que ce soit ici ou dans ses pensées. Voila au moins une chose avec laquelle elle se sentait à l’aise, pour la première fois depuis un moment maintenant, et ça faisait un bien fou. Les yeux noyés par la lumière de lune, Lulubell fixait l’orgue et écoutait attentivement les sons qu’il créait, souhaitant vraiment que le vent de désemplisse pas tout de suite. Elle voulait encore profiter de cette musique désordonnée.
Revenir en haut Aller en bas

Anastasia Krakovitch
:: L'Akuma Fidèle ::

...

▐ Ton Age : 25 Féminin « Messages » : 40
« Situation » : No Rp


Who Are You ?
Level Rise_: F
Souvenir/Pouvoirs/Innocence_:


MessageSujet: Re: Tokyo's meeting [ANA! C♥me On Darling ~ ♥] Mar 19 Oct - 7:33

Le vrai pouvoir de l'esclave est de rendre son maitre dépendant de lui

Musique

Tokyo, une ville qui était assez méconnue. Du moins, méconnue de la jeune fille à couettes. Elle avait bien aimée ce pays, pour le peu de temps qu'elle y avait passer. Elle y avait détruit un village d'ailleurs à ses souvenirs. Ah c'était encore le temps ou elle ne pensait pas réellement, ou elle n'était qu'une machine animée par le désir de tuer la première personne à portée. Et qui pourtant devait allégeance aux akumas de niveau supérieur a elle. Oh c'était normal, une fois que l'on sait à peu près comment fonctionne la hiérarchie des akumas. Tout en bas évidemment, les niveaux 1, ce qu'elle était. Puis, juste au dessus, les niveaux deux, qui avait le droit de commander à leurs camarades inférieurs. Puis les niveaux trois, qui commandait le plus souvent les niveaux deux. Et enfin les niveaux quatre. Le, aurions-nous put dire, à sa connaissance il n'y en avait eu qu'un de ce niveau. Puis, au dessus des autres, et cela était spécial, il y avait les akumas personnels des noahs.

Ceux ci recevaient généralement leurs ordres directement d'un représentant de la famille des noahs, leur maitre en l'occurrence. Bref, les noahs étant en quelques sortes les instances suprême de toute l'organisation, ces akumas là avait le pouvoir sur tout les autres. Ce qui était logique. Ana en simple niveau deux devait se soumettre aux noahs et autres akumas supérieur. Elle n'avait jamais, au grand jamais aimer se soumettre. Même dans son ancienne vie.

En effet, Ana était née femme, dans la société du XVII en Russie. En 1613 plus précisément. Elle était donc née fille à cette époque. Le problème étant, qu'elle hérita du caractère enflammé de son père. Aussi, dés son plus jeune âge elle refusait de restée en place ou de se rangée comme il se doit. Elle chahutait avec ses frères plus âgés. Allant jusqu'à se blesser parfois sur la glace du petit lac du village. Et cela ne s'arrangea pas en grandissant. Non seulement elle refusa catégoriquement de prendre place derrière les fourneaux de sa mère. Elle pria souvent Dieu d'ailleurs de la laisser se battre pour sa famille, pour ses frères et pour le Tsar. Lorsqu'elle se retrouva seule avec sa mère à la maison et qu'elle dû s'occuper des corvée masculine, étant plus forte que sa pauvre mère. Elle prit ceci pour la réponse de Dieu. Elle lui en fut reconnaissante.

C'est une après midi dans les bois alors qu'armée de la lourde hache de son frère ainé elle parcourait la forêt qu'elle entendit des rires et des cris plaintif. Elle alla voir et elle trouva là une jeune fille, battue par des garçons. Elle avait un magnifique manteau en peau d'hermine blanche. Anastasia avait hésité avant de se jeter sur les garçons. Ils s'étaient tout quatre battus longuement. Au final, Ana avait salement amoché les gosses. Et la jeune fille, Iska qui allait devenir sa meilleure amie la remercia, lui promettant qu'elle lui sauverais la vie elle aussi un jour. Et pour prouver sa bonne fois, elle lui donna son manteau en hermine. Ana lui donna le sien, en peau de cerf.

Le fait est, qu'Iska put s'acquitter de sa dette, et elle le fit admirablement. Lors de la mort de Anastasia dans le froid de sa maison, elle la rappela par le biais du comte millénaire, le prince des noahs. Celui dont on ne voit que le sourire. En tout les cas, elle fut tirée de la mort ou elle était si bien pour être ensuite forcée de prendre le corps de son amie. Si bien que dés qu'elle se voit, elle se déteste. Mais pour se rachetée, et pour rendre grâce a Dieu de lui avoir offert cette vie ou elle pouvait se battre comme elle le souhaitait, elle avait jurée de servir ses descendant, les noahs. SI bien qu'en ce jour, elle portait nombre de bagage pour le compte d'un des noahs, oh elle ne savait pas lequel, elle n'aurait jamais osée demander, mais dans sa fidélité absolue, elle supportait la charge pendant que son maitre cherchait l'hôtel qui lui irai. Enfin elle posa les nombreux paquet et rangea selon le bon plaisir de son maitre avant de disparaitre. Elle n'était pas une Akuma personnelle, elle était la fidèle akuma, celle qui obéit a tout les noahs sans distinction aucune.

Une fois fini elle disparut dans les tréfonds de la ville, dans les rues grouillants d'akumas. Évidement, il n'y avait plus de place pour elle...et elle ne rentrerais pas avant de pouvoir porter les bagages de son maitre noah, à moins qu'un autre la rappelle. En attendant elle vagabondait dans la ville jusqu'à trouver de vielles...ruines? Bref, elle y entra grimpant sur les poutres avant de trouver un magnifique endroit sombre et suffisamment éloigner des autres akumas pour être tranquille. Elle resta là longuement à penser seule, et écouter le son discordant dans les tubes d'un instrument plus bas. Elle balançait doucement la jambes dans les airs, de toute manière, elle n'avait pas peur de grand chose ici. Il n'y avait pratiquement que des akumas alentours.

Alors que le silence régnait de nouveau, elle entendit des pas feutrés traversant la bâtisse. Elle n'y fit d'abord pas attention, attribuant le tout à un chat ou quelconque animal. Jusqu'à ce que son œil valide ou du moins non caché se porte sur des cheveux noir flottant dans la nouvelles forte et fraiche brise. Qui arracha de nouveau son à l'instrument. Après un rapide coup d'œil d'analyse, et une conviction profonde, elle reconnue en la jeune femme une noah. Noah de quoi, elle n'en savait toujours rien, son nom? Rien non plus. Ce qu'elle remarqua en revanche, tout en descendant de son perchoir, c'est que la peau grisée de la noah semblait avoir des signe de chair de poule, elle se demanda vaguement si ses maitres avaient froid. Avant de silencieusement enlever sa veste et la posée sur les épaules de ladite maitresse. Puis, elle s'inclina, ne regardant en aucune façon aucune partie du corps de la maitresse.

Noah-sama, je vous prie de pardonnez mon audace dans ce geste qui peut paraitre déplacé, mais j'ai cru remarquer, et je fait part à ma noble maitresse de mes excuses si ce n'est point le ca,s que vous sembliez avoir froid, j'ai aussi pris la liberté de vous couvrir quelque peu les épaules dans l'espoir que ses signes de fraicheur ne sois pas un désagrément pour vous.

Elle resta là, longuement genou à terre et tête baissée. Oh elle était prête à subir les remontrance de la noah au cas ou elle se soit trompée. La fidélité passe parfois par l'anticipation, le risque étant de se trompez honteusement. Elle savait aussi une chose, c'est que cette noah ci, ne semblait pas chercher le mal, pas comme une des maitresses qu'elle avait servie plutôt. Et qui semblait vouloir la monter elle et une autre akuma l'une contre l'autre de fourbe manière. Ana n'étant pas très virulente envers ses compères et ses maitres avait laissée faire. De toute manière, après toutes ses années, elle avait appris que si elle devait garder sa colère, c'était en prévision des combats avec les exorcistes et les scientifiques. Mais cela n'a rien à voir avec le moment, si ce n'est qu'avec les noahs elle était servile au possible.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité




MessageSujet: Re: Tokyo's meeting [ANA! C♥me On Darling ~ ♥] Mer 20 Oct - 7:15


Please...

La Luxure fut étonnamment surprise de ce qui venait de se passer. Déjà parce qu’elle n’avait même pas sentie la présence de cette jeune fille –qui se révélait être un Akuma en définitive- mais en plus parce que ladite Akuma lui avait déposé la veste qu’elle portait plus tôt sur ses épaules à elle Quelques secondes de patience et Lulubell eu enfin l’explication. La machine avait cru voir sur la Couleur, des signe de frisson lié au froid et l’avait donc tenté de la protéger de ce désagrément du mieux qu’elle l’avait pu. Etonnant. D’habitude, à la simple approche de la Noah, les Akumas fuyaient, détalant tels des lapins apeurés devant le loup qui surgissait promptement des bois. Il faut dire que, depuis la destruction de Mimi par ces foutus exorcistes, les Akumas que Lulubell avait choisi pour être les « remplaçants » n’avait jamais tenu très longtemps. Et oui, l’explication à cela était simple, elle ne veillait pas sur les « nouveaux » comme elle l’avait fait pour Mimi. Parce que Mimi elle, avait su se différencier des autres. Ainsi, par peur d’être choisi, les Akumas, tout niveaux confondus, déguerpissaient. S’en était fâcheux, d’autant plus qu’elle devait se faire seule les ongles, ce qui n’était pas une tâche aisée lorsque l’on garde constamment les yeux fermés. Oui, elle préférait amplement garder les paupières closes, elle s’évitait une vision affreuse d’un monde décadent. Et ça lui convenait à merveille. Elle ne les avait rouvert qu’une fraction de seconde, histoire de déterminer qui l’avait ainsi réchauffée.
Mais bref, revenons à la situation ou nous n’en finirons jamais. Lulubell observait la petite, agenouillée devant elle. On aurait tant dis Mimi en cet instant. D’ailleurs, pour ne rien caché, le peu de temps ou la Luxure avait cessé de dissimuler ses pupilles, elle cru tellement voir l’Akuma qui avait tant compté pour elle, que le nom de cette dernière s’échappa en un murmure de ses lèvres.

« Mimi… »

Mais non, ce n’était pas elle. Et cette fille se ne sera jamais elle. Pour toute réponse à elle-même au sujet de sa maîtrise, la Noah, d’habitude si calme cracha un rapide « Ksss » entre ses canines et se mordit violemment la lèvre inférieure en détournant la tête, prenant également grand soin de refermer ses yeux auparavant. Elle devait pourtant se faire à l’idée, plus jamais elle n’aurait sa petite servante en soubrette pour l’aider à chaque minute que le Comte ferait. Elle qui se disait avant attacher à rien, que les Akuma –Mimi comprise- n’était que des objets bon à jeter, elle avait silencieusement pleuré la perte de celle-ci. Personne, pas même le Prince Millénaire n’était au courant. Il est parfois mieux de garder un secret pour soit plutôt que se confier, même à un membre de sa propre « famille ».
Famille…. Il fut un temps ou, avec L’Akuma dragonne, Lulubell avait eu l’impression de savoir de nouveau ce que voulait dire famille. Certes, elle avait ses frères et sœurs Noah mais… elle ne ressentait pas vraiment pour eux ce que l’on peut appeler de l’affection familiale, l’envie brûlante de rentrer toujours chez vous et d’apercevoir le visage de ceux que vous aimer, La Couleur ne l’avait jamais ressenti. Enfin, plus depuis qu’elle avançait au côté du Comte Millénaire, ce qui fait déjà un petit moment.

S’arrêtant dans ses réflexions trop malvenues, la Noah desserrait l’étreinte de ses dents sur la surface de ses lèvres et s’arrêtait à observer la demoiselle devant elle. Oui, étonnant mais finalement, ses iris ambrés avaient hurlé qu’on les libère une fois de plus. Ce qu’elle fit. Regardant l’Akuma, elle ne pouvait empêcher une petite voix dans sa tête de scander à rythme régulier des « une nouvelle servante ! Une nouvelle servante ! ». Non, cette fois, elle ne ferait pas son choix à la va vite. Elle prendrait son temps et choisirait après mûres réflexions. Enfin, déjà, fallait-il que l’Akuma accepte le poste. C’était idiot, mais Lulubell ne voulait plus forcer qui que se soit à la suivre, ça n’engendrait jamais rien de bon, elle pouvait en témoigner maintenant. Après quelques autres pensées, ayant laissé la scène continuer ainsi, sans mouvements ou paroles aucunes, Lulubell avait érigé dans sa tête de femme un petit plan qui virerait sans doute à l’improvisation en cours de route elle le savait. Tout d’abord, elle allait lier connaissance avec la demoiselle car après tout la base de tout est bien de se connaître un minimum non ?
Tendant la main vers l’Akuma, la demoiselle finit par prononcer quelques mots. Elle n’agirait sans doute plus jamais de la sorte, alors, pour marqué le coup, elle choisirait ses mots avec le plus de pertinence possible.

« Je te remercie, j’ai plusieurs siècles derrière moi mais peu de gens on fait jusqu’alors ce genre d’acte envers moi. Tu es l’unes des seules à avoir osé ceci. J’apprécie. »

Tout ce qu’elle voulait, ce n’était pas un retour de reconnaissance, une obéissance ou quoi que ce soit d’autre, non. Elle voulait juste un sourire. Les mêmes que ceux de Mimi, les même que la petite Maid lui offrait sans modération, les même sourire qui lui faisait tenir bon malgré les épreuves qu’elle devait affronter. Oui, voilà ce qu’elle voulait. Un sourire. Masi elle n’en dirait rien. L’Akumas comprendrait-il ? Ou bien allait-il chercher à faire d’avantage de politesses ? Ce n’était pas impossible non plus. Mais ce n’était pas ce que recherchais la Couleur en cet instant. Du moins, pas tout de suite. Elle voulait aller jusqu’au bout de sa rare initiative. En plus, il lui semblait avoir déjà vu cette fille quelques part mais où ? Sans doute dans l’Arche, il n’y a que très peu d’endroit ou les chances des Noah et les Akumas n’étaient pas proche du zéro absolu. Ne cessant sa courbette pour autant, la Couleur desserra de nouveau les mâchoires.

[color=red]" Dis moi, ton visage me semble familier. Je peux faire erreur mais, nous serions nous déjà croiser ? Dans l’arche surement non ? »
Puis, elle enchaîna avec une question qui avait germé dans sa tête la seconde qui avait suivit.
« Dis moi, est-tu venue seule ici ? Ou bien escorte tu l’un de mes frères ou sœurs ? »

C’est vrai ça, cet Akuma ne semblait pas trop mal en point, si ça se trouve, peut-être appartenait-il déjà à un Noah. Si tel était le cas, Lulubell l’aurait vraiment en travers de la gorge et il n’était pas impossible qu’elle remue ciel et terre pour l’avoir à son service, quitte à coller une ou deux gifle à la Française audit propriétaire trop possessif. Elle avait déjà usé de la violence envers certains de ses confères et bien qu’elle ne soit pas fan de ce genre de solutions si peu élégante, elle n’hésiterait pas à y recourir une nouvelle fois si sa détermination était de fer à éteindre ses fins.
Revenir en haut Aller en bas

Anastasia Krakovitch
:: L'Akuma Fidèle ::

...

▐ Ton Age : 25 Féminin « Messages » : 40
« Situation » : No Rp


Who Are You ?
Level Rise_: F
Souvenir/Pouvoirs/Innocence_:




MessageSujet: Re: Tokyo's meeting [ANA! C♥me On Darling ~ ♥] Mar 26 Oct - 20:00

Il n'est pire servitude que l'espoir d'être heureux.




Transcendental Servitude ♠
    De l'ombre de la lumière, depuis le temps qu'on espère, retrouver dans un sourire toutes les lois de l'univers!









Pendant un temps d’ailleurs, Lulubell avait été dégoutée d’eux, ces si parfaites pièces d’échiquiers sanglants que le Prince ne manque pas de gaver de sucreries. Car oui, lui aussi fut concerné (aller savoir d’ailleurs si ce n’est pas toujours le cas) par les foudres silencieuses de Luxure car il avait osé proposer une chose qui avait fait plus que déranger Lulubell, une chose qui l’avait blessé au plus profonds d’elle-même, au plus profonds de ses sentiments que jamais elle ne dévoile. Le Comte Millénaire l’avait fait appeler dans son bureau privé pour lui soumettre l’idée de créer un nouvel Akuma grâce à l’œuf avec lequel elle pourrait de nouveau « s’amuser » pour remplacer la feu Dragonne venteuse. Insensé. Et pourtant, Couleur s’y était accrochée comme à une bouée de sauvetage à cette immonde proposition. Elle avait laissé Adam, son frère originel, créer une vie illusoire à partir du nouvel Œuf fraichement créer. Elle avait lancé un regard dédaigneux à la nouvelle venue, baptisée de façon bâclée « Unknow ». Elle ne vécue pas longtemps, guère plus de trois semaines pour être exacte. La Noah l’avait emmené avec elle sur le terrain, sur le champ de bataille. Elle l’avait vu mourir sous ses yeux sans réagir. Quoi de plus normal puisqu’elle l’avait elle-même exécutée. Oui, les mains de Luxure s’était noircies quelques instant du sang impie de cette pâle copie, cette imitation de SA Mimi. Trop de sourire à la fois sincère et factice pour tenter de se faire accepter, de se frayer par la force des jubilations une place dans le cœur de Luxure. Seulement personne à part Lulubell ne décide qui elle aime et qui elle haït. En tout état de cause, elle ne l’avait pas supporté et l’avait tué, d’un coup net et précis à la tête, teintant les cheveux verts du reflet d’une nuance plus ténébreuse, plus insondable. Puis elle avait brulé son corps, histoire de condamné l’âme artificielle qui hantait cette coque à un Enfer pire qu’infini, afin qu’elle ne connaisse pas le repos pour avoir simplement osé prétendre à remplacer la soubrette fidèle. En plus, pour ne rien gâché, l’âme qui avait servie à la fabrication de cet jouet malvenu n’était autre que celle d’une ancienne Broker, vendeuse d’âme pour le comte du Prince, enfermée dans le corps de sa petite amie.(et sœur incestueuse, précisons le pour illustrer l’une des justifications du dégout qu’avec ressentie la Noah vis-à-vis d’elle.). Raison de plus pour ne pas la garder, elle était satisfaite de son sort, pire, elle l’avait choisit et avait condamnée sa concubine à une souffrance sans pareille en lui demandant sur son lit de mort de faire appel au Comte Millénaire pour qu’elles s’unissent toutes les deux. Déshonorant, de tels spécimens devraient être abattus sans détour. Mimi n’avait pas choisi sa situation, elle l’avait subit et malgré tout elle servait sans rechigner. C’était ce qui était honorable d’ailleurs, de vivre et servir pour une cause qui nous dépasse, un destin qui nous à happé dans ses draps de satin venimeux. La soubrette était de ce genre là, le genre de personne de Luxure appréciait sans le dire pour autant. Elle n’allait donc pas garder une chose trop heureuse d’être devenue un monstre au prix d’un sacrifice consenti à ses côtés. C’aurait été ni plus ni moins qu’une insulte à son rang de future pièce Reine du parterre de Jeu du Prince. Passons les détails, la Couleur n’avait d’ailleurs pas cherché à en savoir plus sur l’immonde plastique offerte par le premier des Noah, Adam.
Depuis lors, Luxure ne voyait les autres Akuma successeur de l’imposture que comme des morceaux de puzzle imprécis. Un emboitement que rien n’y personne ne pourrait délimiter. Et dans ce genre de situation, les pièces se remplace si facilement qu’il n’est même pas dérangeant de les voir s’évaporer les unes après les autres dans un brouhaha de fer et de plasma. Au contraire, en certaine occasions, ces pathétiques affrontements en deviendraient presque jouissifs qu’ils vous en arrachent des sourires acides. Des jubilations que Lulubell exècrent car elles sont les rares a parvenir à faire onduler le masque de froideur qu’elle colle sur son visage. Elle être émotionnellement vulnérable elle ne le supporte pas, ou plutôt elle ne le supporte plus non plus. Car seule la blafarde aux couettes l’avait déjà vu pleurer et l’avait consolé à sa manière. Seule elle savait calmer ses craintes. Car en définitive, Mimi avait été plus pour Lulubell qu’une simple servante, elle avait été son amie. Sa seule amie. Sa meilleure amie. Mais évidemment, l’orgueil et l’égo mêlé de Luxure s’étaient bien trop imposés à son esprit hautain pour lui permettre une seule seconde de l’avouer. Oh ça oui, à l’époque, elle aurait largement préféré mourir plutôt que de lâcher ces simples mots que sont « Je t’aime mon amie. ». Et aujourd’hui, cette fichue barrière brisée par le silence de l’absence, La Noah regrettait de ne pas avoir eu suffisamment de courage, ou plutôt de on sens pour asséner à Mimi cette phrase qui aurait peut-être changé le cours de la bataille.
Enfin bref, il est impossible de remodeler le passé, ainsi la Dragonne ne reviendra pas, jamais. Pourtant, dans le for intérieur de Lulubell, il y avait une petite étincelle qui semblait renaître, tel un Phoenix noirci par ses crimes certes mais qui reprenait force de consistance. Plus profondément encore, elle avait l’impression de sentir la présence rassurante de Mimi auprès d’elle. Comme si, depuis son lieu de non-repos, la servante quémandait à sa Maîtresse de se trouver une autre personne à qui parler, à qui se confier, à qui sourire, à qui avouer ce qu’elle n’avait pas eu le tact de faire des mois plus tôt. Et si c’était le cas en définitive ? Et si l’ancienne soubrette continuait de s’inquiéter de la situation de Luxure malgré sa position d’Outre-tombe ? Impossible, elle était morte. Et pourtant, la Couleur se surprit à vouloir y croire. Mieux encore, elle était en train de baissée les armes devant cette nouvelle demoiselle dont le piteux état lui rappelait sa responsabilité. Décemment elle ne pouvait la laisser là, comme ça. Lulubell ne l’avait déjà que trop fait tourner en rond. Une décision s’imposait, il fallait qu’elle agisse, pour faire honneur à son rang, pour faire revivre le futile espoir d’un sourire auquel Mimi était sévèrement accroché en son temps. Soit, puisque choix elle devait faire, choix elle ferait. Se relevant sur ses quatre pattes, Luxure vint caresser la joue gauche de l’Akuma de feu avant d’y appliquer deux coups frêles de sa langue féline et de sauter par-dessus l’épaule du même côté de son interlocutrice. Son objectif était de récupéré le kimono dont s’était servit la jeune fille pour distraire l’autre démon qui n’avait pas reconnu sa maîtresse et avait osé commettre l’irréparable faute de lever la main et les crocs sur elle. Mais maintenant, cet insolent était puni et avait disparu dans d’opaques flammes impures. D’ailleurs, Lulubell s’était délecté de ce spectacle de pyrotechnie improvisé. Toutes ces couleurs, cet arc en ciel flamboyant avaient été si magnifiquement exécutés qu’elle n’avait su qu’en dire. Les capacités de combat de la demoiselle bleutée n’étaient plus à démontrer maintenant. Il n’y avait plus qu’un point à aborder pour que cette union maître-servant ce passe pour le mieux. Cette fois ci c’était plus une coquetterie esthétique qu’autre chose mais Luxure mettait un point d’honneur à ce que cette fille marche sur le même chemin que la célèbre Mimi. C’était la première fois depuis lorsqu’elle allait soumettre quelqu’un à ce critère. Il fallait seulement voir ce que ça allait donner maintenant.

Arrivée prés du tissu qui gisait au sol, grisé par la poussière et la terre et souillée de quelques éclaboussures de sang noir, au départ, Lulubell hésita à s’insinuer à l’intérieur ne voulant pas être en contact avec la salissure. Mais en fin de compte elle réalisa qu’elle n’’avait pas le choix si elle voulait rentrer au plus vite et finaliser son plan dont la demoiselle blessée sera l’actrice principale. Elle se plia donc à la situation et, une fois glissé sous la soie légère, Luxure reprit forme humaine. Un geste de la main fluide et gracile, elle remit ses cheveux en place derrière sa nuque et, les yeux entre-ouverts, elle plia un peu les jambes et pris une rapide impulsion qui la mena de nouveau au côté de l’Akuma aux cheveux bleus. De toute sa petite hauteur, la Noah remarqua que celle qui lui faisait face était bien plus grand qu’elle. Qu’importe, ce n’était qu’un point de détail, elle n’allait pas s’arrêter à cela. Luxure se baissa, arrache un morceau de tissu à son kimono déjà maltraité et plaça ledit morceau autour de la tête de l’autre, par-dessus la cache-œil à moitié arraché, comme une excuse silencieuse. Puis, elle l’a pris la demoiselle dans ses bras comme une princesse et la souleva promptement avant d’effectuer un demi tour, direction l’arche. Pour évité tout quiproquo insensé, elle dit à l’attention de la jeune femme :

    - « Nous rentrons à l’arche, je t’avoue avoir été impressionnée par tes performances. Il a avait bien longtemps que je n’avais apprécié un bon combat digne de ce nom, je suis ravie. »

Puis, elle percuta seulement maintenant qu’a par ses aptitudes au combat, elle ne connaissait rien d’elle. Il fallait y remédier.
    - « Au fait, dans tout cela je ne connais même pas ton nom. Me ferais-tu l’honneur de me le dévoiler ? »

C’est vrai ça, après tout, une relation viable et durable ne se base telle pas sur des informations primaires comme celle du simple patronyme dont nous sommes affublés ? Il faut croire que si.
    - « Inutile de te rappeler le mien je pense, je suis Lulubell, Noah de la Couleur Luxuriante et accessoirement, féline du Prince Millénaire. »

Le premier acte n’avait pas encore commencé.
Revenir en haut Aller en bas

Anastasia Krakovitch
:: L'Akuma Fidèle ::

...

▐ Ton Age : 25 Féminin « Messages » : 40
« Situation » : No Rp


Who Are You ?
Level Rise_: F
Souvenir/Pouvoirs/Innocence_:


MessageSujet: Re: Tokyo's meeting [ANA! C♥me On Darling ~ ♥] Jeu 10 Fév - 9:35

Le combat était achevé et la victoire était sienne, les dernières flammes dansaient devant ses yeux comme le clocher sonne l'heure du jugement dernier. Les flammes dansaient du vert au rouge en passant pas le bleu sur la carcasse de son ennemi qui rejoignait l'horrible mort et l'espace de non repos éternel qui lui était promis. Une fois les flammes s'étant taries comme un dernier salut a celle qui les avait fait naitre, elle se tourna vers sa maitresse noah qui au final ne semblait pas blessée, c'était un soulagement, elle gardait l'oeil fermé, elle ne l'avait plus montrer depuis longtemps, de toute manière elle ne voyait pas de cette oeil, comme Iska de son vivant.

En y repensant, elle se demandait si Iska, son âme était libre, si lorsqu'elle avait pris son corps si son âme avait été libérée, elle ne sentait pas de haine de la part de sa meilleure amie, ancienne meilleure amie, simplement un remerciement, Iska avait toujours voulu être comme Ana depuis toute petite. Parce que Ana avait toujours voulue être forte comme ses frères. Parce qu'elle était forte, déterminée et surtout qu'elle était aimée de tous, Iska en revanche bien qu'appréciée de tous restait la petite infirme du village. Et elle était surtout uen femme. Ana aussi me direz vous, mais Ana élevée parmi trois hommes avait toujours vécue comme un homme et la différence était flagrante entre les deux, pourtant elles étaient les meilleures amies du monde.

Mais la n'est pas la question, Ana actuellement n'avait plus de cache oeil, et gardait donc celui ci fermé, parce que personne mis a part elle n'avait vu ce que cet oeil était devenu depuis sa transformation en akuma, parce qu'elle se doute bien qu'il n'était pas ainsi avant. Et elle comptait bien le garder cacher jusqu'a ce qu'elle en ai besoin d'une quelconque manière, après tout, chaque partie du corps peu être utile dans un combat, elle partait de ce principe, que tout peu être utiliser en combat, c'est pourquoi elle avait eu l'idée d'utiliser le kimono d'ailleurs.

Nous rentrons à l’arche, je t’avoue avoir été impressionnée par tes performances. Il a avait bien longtemps que je n’avais apprécié un bon combat digne de ce nom, je suis ravie


Ana fut plus qu'étonnée a ce stade, elle était plus comme scotchée voir pire encore. c'était comme tombé dans le coma mais encore évaillée puisau'elle entendait distinctement les pas de Lulubell donc non elle ne revait pas, parce que oui elle croyait rêver en vériter, jamais au grand jamais un noah ne lui avait fait un compliment, et elle ne s'attendait pas a recevoir un tel tresor de la part de la noah de la couleur, de laqu'elle on disait parmi les akumas qu'aucun ne survivait pprès d'elle et qu'elle ne s'occupait pas des akumas.

Au fait, dans tout cela je ne connais même pas ton nom. Me ferais-tu l’honneur de me le dévoiler ?

Mais Anastasia, devait bien avouer que c'était faux puisque la noah lui demandait son nom, si elle ne s'occupait pas d'eux, de quel droit et surtout pour quel raison puisqu'il ne s'agissait plus de droit a se niveau. Lulubell avait droit de vie et de mort sur elle, comme sur tout akuma en vérité dans la logique. D'ailleurs elle se demanda vaguement si se battre contre l'autre akuma avait été vraiment utile m'enfin tant pis. Bref, pour qu'elle raison lui aurait-elle demander son nom si elle ne s'intéressait absolument pas au akuma, dans le pire des cas, elle choisissait, la gardait jusqu'a ce qu'il meurt et point on en parle plus et on recommence.

Remarquez c'est bien ce qu'elle avait fait pour le moment notre belle Couleur, mais Anastasdia par la logique actuelle n'y croyait pas, loin de se rendre compte au'elle était une exeption et surtout loin de l'assumer. Voir même a des années lumières de s'en sentir digne alors.

Je suis Anastasia Krakovitch Noah-sama.

Elle avait tout de même hésitée mais sous la formule douce de la noah, il sembalit se cacher une demande, et toute demande même implicite d'un noah quel qu'il soit est un ordre et se doit d'être excecuter, regle numero un de Ana.

Inutile de te rappeler le mien je pense, je suis Lulubell, Noah de la Couleur Luxuriante et accessoirement, féline du Prince Millénaire.

Puis-je outrepasser ma place et vous demandez la faveur de vous appellée Lulubell-kami?

Ca lui ferait tellement plaisir qu'elle avait laisser tout ceci s'échapper sans même s'en rendre compte, elle s'en trouva fort gênée et s'excusa auprès de la noah qui la portait d'ailleurs, elle n'avait pas oser protester, après tout en avait-elle le droit? Pas vraiment non, donc elle restait la, jusqu'a être posée a terre, elle reconnaissait le paysage, l'arche, elles étaient de retour, mais dans des couloirs qui lui étaient inconnus. Les couloirs des noahs. Pour vous rendrent comptent, prenez un musée.

Eh bien dans un musée il y a la partie que l'on visite qui est magnifique mai il y a toujours une porte, réservé au personnel, et quand cette porte s'ouvre vous appercevez d'autres merveilles, et vous lorgnez dessus parce qu'elle vous sont interdites, c'était un peu pareil dans ce cas, elles étaient dans le couloirs et les parties pour noahs et non pour simples akumas, de fait, Ana n'était jamais venue dans cette partie la, et cette fois elle y mettait les pieds, de la a dire si elle était l'akuma de Lulubelle elle ne s'y avancerait pas, mais une période d'essai peut être oui, en tout les cas elle suivit la noah sans aucune crainte, si elle devait être testée elle le serait et ferait de son mieux pour satisfaire sa maitresse et tous ses désirs!
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité




MessageSujet: Re: Tokyo's meeting [ANA! C♥me On Darling ~ ♥] Mar 12 Avr - 22:41

Avenger's Luxury.

Lulubell-kami ? Cette demande étonna Luxure au plus haut point. C’tait la première fois qu’on la comparaît à une déesse, ou du moins, la première fois qu’on lui demandait la faveur de pouvoir l’appeler ainsi. Un sourire se dessina sur ses lèvres fines et sombres, signes de son contentement. Les yeux toujours fermés, elle reprit sa marche légère dans les couloirs de l’Arche ou elle avait amené la demoiselle quelques instants plus tôt.
    « Appelle moi comme bon te semblera. Mimi, ma défunte servante, me nommait Lulubell-sama. Je pense donc pouvoir supposer que tu peux user de se surnom sans problème. »

Des mots pompeux et une phrase annotée d’une façon de parler à la noblesse française. Tiens, cela faisait bien longtemps qu’elle n’avait usé de ce niveau de langage. Il faut dire aussi que rare sont ceux dans son entourage, à pouvoir tenir le même discours qu’elle. C’est une habitude qui se perds plus facilement qu’on ne pourrait le croire en fin de compte, et la dérouiller en discutant avec cette Akuma lui faisait le plus grand bien, à notre Noah colorée.

Les ruelles éclairées d’un soleil faux s’évanouissaient les unes après les autres afin de mieux laisser apparaître des copies conformes d’elles. Mieux valait bien connaître ce bâtiment pour ne pas s’y perdre. Même le côté réservé aux Noahs et leurs proches servants restait assez étendu malgré tout. Le Comte a toujours vu les choses en grand, ce n’est point nouveau. Au lieu de s’épuiser à râler contre lui pour ses envies de grandeur, mieux vaut en tirer avantages et apprendre le corps et le cœur de l’édifice pour ne pas s’y égarer.

Concernant la féline du Prince, cela faisait bien longtemps qu’elle avait eu la présence d’esprit de repérer les plus courts chemins vers ses appartements, s’évitant ainsi le moindre désagrément possible.

Etrange, elle n’avait croisé personnes jusque là. Les jumeaux, habituellement, attendaient dans ce quartier ci pour faire de basses farces à qui se trouvait sur leur route. Aujourd’hui, seul un calme sereinement frais régnait en maître sur ces murs blancs devenu l’espace d’un instant son estrade luisante. Tant mieux, Lulubell n’aurait sans doute guère supporté les jeux puérils de ses petits frères alors qu’elle était sur le point de s’être trouvé une nouvelle suiveuse plus que compétente. Rien ne devait être en mesure de la déranger. Rien ni personne. C’aurait été là un sacrilège inqualifiable que de la déranger en plein processus de choix.

Evidemment, Couleur savait qu’elle devrait en référer au Prince pour l’officialisation de son Akuma personnel qi cela vient à être le cas. Néanmoins, mieux vaut prendre des initiatives et ne pas laisser une seul de ses frères et sœurs tenter quoi que se soit pour lui dérober sous le nez la demoiselle qu’elle avait rencontré. C’est pourquoi, après de profondes réflexions intellectuelles, la Noah colorée eu l’idée de lui montrer dans un premiers temps, ses quartiers privés. De là, elle jaugerait la réaction d’Anastasia et celons son comportement, soit elle la tuerait, soit elle la garderait auprès d’elle à jamais. Plus d’erreurs comme Mimi, cette fois, Luxure promettait de veiller corps et âme sur sa servante, quitte à y laisser des plumes.

Cela faisait bien longtemps qu’elle n’avait eu de compagnie à ses côtés, et, secrètement, elle espérait que la demoiselle lui convienne car en tout états de causes, et même si elle ne l’avouerait jamais, son propre cœur éteins et mort s’était attaché à l’enfant derrière elle. « Pourvu qu’elle réagisse comme je le souhaiterais. » telle était la prière silencieuse qui tambourinait de l’intérieur de crâne de Lulubell.

Arrivée devant une lourde porte de bois brun auréolée de décorations métalliques noires, la féline sous forme humaine se stoppa net. C’était l’entrée de sa chambre, qui se démarquait du reste de m’arche. Impossible de la rater, ce style gothique ancien français lui collait clairement à la peau. Les yeux toujours fermés, elle effleurât la surface plane de l’ouverture de sa main amputée d’un ongle parfaitement limé puis, réunit suffisamment de force pour la faire plier devant elle et son passage.
La porte s’ouvrit sr de l’obscurité, beaucoup de ténèbres. On ne distinguait quasiment rien, tout les volets demeurait fermés. C’était volontaire, la perte de Mimi s’était traduit par un isolement sombre chez Lulubell et depuis lors, jamais la demoiselle de vingt quatre ans éternels n’avait souhaitée les rouvrir. Peut-être l’arrivée d’Anastasia allait permettre l’illumination de cette pièce à nouveau, comme une seconde naissance. Cela s’appliquait aussi bien pour la salle que pour sa légitime propriétaire, la Couleur.

Cette dernière s’avance lente
ment cers son lit à baldaquin, ou elle n’avait plus dormie depuis des semaines. S’asseyant sur le rebord du matelas, seuls ses pieds étaient désormais baignés de la lumière artificielle régnant au sein de l’Arche Noire, le bateau d’Adam.
    « Viens Ana’, approche. »

C’est instinctivement qu’elle avait appelé l’Akuma ainsi. Jamais jusque là elle ne fut habituée aux longs prénoms. Consciente de son erreur, elle posa une secondes question.
    « Oh, pardonne moi, tu permet que je te nomme comme ceci ? »

Il ne fallait pas s’y méprendre, c’était un ordre déguisé en demande. Le premier test qu’elle faisait passer à la russe qui l’accompagnait. Tout dépendait d’elle maintenant. Enfin, presque.
Caressant du bout des doigts sa couverture de soie, Luxure sentit un léger obstacle solide à ses mouvements. Ses sens lui indiquèrent qu’il s’agissait là d’une lime à ongles. Oh tiens, il lui manque un parfait limage pour l’un d’entre eux justement.
Comédienne jusqu’au bout des cheveux, Lulubell fit mine de lancer l’ustensile au sol en s’en désintéressant. Alors Akuma, que vas-tu faire ?
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tokyo's meeting [ANA! C♥me On Darling ~ ♥]

Revenir en haut Aller en bas

Tokyo's meeting [ANA! C♥me On Darling ~ ♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D.Gray'man - Le Réveil de Pandore :: « CITIES» :: B.I.G ● T.R.I.P-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit