AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez|

Le passé ne s'efface jamais... [Pv : Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Invité
Invité




MessageSujet: Le passé ne s'efface jamais... [Pv : Libre] Dim 14 Nov - 7:46

Music.

✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿

Pourquoi suis-je là déjà ? Que suis-je venu y faire ou y chercher ? La solitude ? Elle m’accompagne partout où je vais. Je suis entouré de monde mais parmi tout ce monde je suis seul. Tout ce monde qui ne me comprend pas. Tout ce monde qui ne voit que mes beaux sourires. Personnes ne voit que ce n’est qu’un masque ? Vous n’arrivez pas à comprendre comme je souffre, vous ne pouvez, de plus, même pas savoir à quel point je veux juste mourir. Je prends tout sur moi, j’en prends trop de choses. Je me demande parfois si un humain normale peut supporter autant de souffrance. Pourquoi faut-il que je continue de vivre ? Parce que j’ai quatre sœurs qui souffriraient de ma mort. Même si elles se doutent, elles savent très bien aussi à quel point je souffre. Elles savent très bien qu’elles ne peuvent savoir comme ça fait mal. Je veux juste en finir une bonne fois pour toute. J’ai tellement de solutions sous la main. Il y a tellement de façon de mourir toute aussi différentes les unes des autres mais toutes aussi utilent. Je ne me confie jamais, de ce faite je suis seul. C’est ma faute c’est vrai mais qui à ma place aurait envie d’en parler ? Personne. De plus en sachant que si quelqu’un apprend les réels fait, que va-t-il se passer ? Que va-t-il m’arriver ? J’ai bien trop peur de Lubérier et de plus mes sœurs sont au courant et je ne veux pas qu’il leurs arrivent quoi que ce soit. Mais que va-t-il se passer le jour où je n’en pourrais plus ? Vais-je mourir en gardant tout pour moi ? Ou au contraire tout le monde saura la vérité ? Que va-t-on dire lorsque l’on retrouvera mon corps inerte ? Qui pourra expliquer ce suicide ? Mes sœurs, elles sauront pourquoi, mais ceux que je considère comme mes amis même si je leur ment à propos de ça ? J’ai comme le sentiment que seul mon meilleur ami saura de quoi il s’agit. Après tout Kira me comprend alors que je n’ai jamais rien dit !

J’avançais dans les longues allées de l’arche. Il n’y avait personne. J’aurais aimé en faite qu’il pleuve. Lorsqu’il pleut on ne distinct jamais mes larmes des gouttes de pluies. Mais non ici il fait toujours beau. Pourtant il n’y a pas de soleil... Cette beauté et cette sérénité me parait un peu hypocrite. Comme si ce n’était pas normal. Quoi que qu’est-ce qui est normal dans ce monde ? Rien, je ne sais pas ce que c’est que quelque chose de soit disant « normal ». Continuant d’avancé ne sachant où aller, je pensais et pensais tout en pleurant. Il n’y a personne, pour une fois je peux me permettre de pleurer autre part que dans ma chambre. Tu n’es plus là pour me consoler, alors je continue de pleurer. Après tout c’est l’une des choses que je fais le mieux. J’ai laissé Teddy dans ma chambre. Cette peluche qui ressemblera un jour à une éponge à force de contenir mes larmes. Je sais qu’il y a sûrement une harpe ici, alors si j’ai envie je la trouverais bien. Mais pour en revenir à ce que je disais, pourquoi faut-il que tu ne sois plus là ? C’est la faute, du Comte, de cette exorciste et la mienne. La faute du Comte, de donner de faux espoir, celle de cette exorciste qui à tuer sous mes yeux mon amour et la mienne d’avoir voulu le voir ce jour là. Si je ne l’avais pas appeler pour le voir ce jour précis, je suis sûr qu’il serait encore avec moi... Je finis par m’assoir aux pieds d’une fontaine. J’avais mes jambes contre moi et ma tête dans les bras, ceux-ci étant sur mes jambes. Je pleurais et pleurais. J’ai tellement pleurer que pour moi s’en ai devenu comme une habitude. On aura beau me dire de me ressaisir ou de tourner la page ou encore d’aider encore plus les exorcistes pour qu’ils puisse vaincre le Comte mais cela ne sert à rien. Je n’ai pas envie d’aider les exorcistes, je ne peux pas tourner la page et je ne veux pas ... me ressaisir ? Pourquoi faire ? Il était ma vie. J’aurais tout fait pour lui. Et lorsque je dis tout, c’est tout. Personne ne pourra le remplacer. Je n’aimerais plus quelqu’un comme je l’ai aimé lui. Je sais que jour après jour je ne fais que me répète mais tant que je ne serais pas mort ce sera ainsi. Cette exorciste... Avant de mourir j’aimerais qu’elle souffre de tout son être jusqu’à à être dans le même état que moi. Jusqu’à qu’elle veuille en finir et qu’elle mette fin à ses jours. C’est horrible mais je ne suis qu’un être classé comme humain. Mais je ne sais pas si je pourrais supporter la mort de Swann jusqu’à ce que tout cela arrive. Il était le seul... J’ai tellement de souvenir qui martyrise mon âme. J’ai l’impression qu’il a mordu mon cœur qui lui appartenait et que ce liquide bouillant lui a brulé les lèvres. Je ne lui en veux pour rien. Je comprends sa souffrance. Je m’en veux plutôt de ne pas avoir été là au bon moment. Je regardais ma main qui se trouvait être bander car oui, hier soir je l’ai vu juste un instant. Elle, elle ne m’a pas vu car je suis partis en courant. Lorsque je suis arrivé dans ma salle-de-bain, je me regardais dans le miroir ; je pleurais encore à sanglot et là j’ai vu son visage même si elle n’était pas vraiment là. J’ai envoyer mon point dans le miroir et il sait briser là où je l’ai frapper. Je me fichais bien de ma plaie. Je n’ai pas bouger jusqu’à quatre heures du matin après je me suis soigné et je suis aller dans mon lit. Les autres étaient inquiets pour moi mais j’ai mentis, encore.

Je vis dans le mensonge, dans la tristesse et la souffrance. Et je cache tout ça derrière des tendres sourires. Quand est-ce que tu ça va s’arrêter ? Ça peut paraître étrange mais je sourirais sûrement à celui qui mettra fin à mes jours si ce n’est pas moi. Si je dois vivre ainsi toute ma vie, elle ne va pas être longue. Mes sœurs le comprendrons bien le jour venu j’en suis sûr. Même la dernière qui n’a pourtant que treize ans est déjà en âge de comprendre. Et dire que lorsque j’avais deux ans de plus qu’elle je venais de me déclarer. Swann que je connais depuis que j’ai neuf ans. Il était d’abords mon voisin mon ami, ensuite mon meilleur ami puis mon petit-ami et enfin mon amant. Je me souviens de tout. Je souffre tellement Swann. Je souffre de ne pas être avec toi, alors que tout les souvenirs que j’ai avec toi son si présent dans ma tête. Parfois j’espère stupidement que tu passera la porte de ma chambre en me disant que tout ça n’est que mensonge que tu es toujours vivant. Mais je sais que c’est impossible. Je suis seul, la nuit comme le jour. Je ne le supporte plus. Je suis en contradiction avec moi-même je sais, je veux mourir dans l’instant mais en même temps je veux rester encore un peu pour mes sœurs. Mes sœurs et ma tante ma seule famille. Je ne sais même pas que sont devenu mes parents, s’ils sont vivant ou non. Savent-ils au moins comme leurs fils souffre ? Si vivre c’est devoir souffrir autant je refuse de vivre. J’aurais aimé vivre comme tout le monde. Je suis sûr que dans une autre vie c’est possible. Je ne peux pas me marier parce que j’aime un homme, on ne peut former une famille parce que nous sommes des hommes mais bon juste être avec lui ça m’aurait suffit. Ma vie s’est arrêter lorsqu’il est mort. J’ai parfois l’impression qu’on m’en veut. On me l’a enlever deux fois, son âme puis son corps. Swann qui possédait, mon cœur, mon corps et mon âme. Ma vie est finit, mon cœur est devenu un néant noir et profond, mon âme est perdu dans une profonde tristesse et souffrance créée par mes souvenirs et la réalité et mon corps ... ce n’est plus que l’enveloppe charnelle qui ne fait que sourire pour cacher le cœur et l’âme. On pourrait bien penser que je suis pitoyable mais je m’en fiche. Penser bien ce que vous voulez cela ne changera rien.

Je pleurais encore et encore sans bouger. Il y avait un silence de mort, car mes sanglots étouffés avec le temps sont devenu muet par moment. J’entendais des bruits de pas puis plus rien sauf la respiration de quelqu’un en plus de la mienne. Je ne savais pas qui était là et je ne comptais pas lever la tête pour qui cela était. En plus je ne voulais pas qu’on me voit ainsi. Ce n’est pas de la fierté c’est juste mon côté renfermé aux autres.Je me demandais qui cela pouvait bien être. Même si en même temps je m’en fichais du moment qu’on me laissait en paix. Je me demandais ce que l’on me voulait aussi, je ne disais rien attendant de savoir ce qui allait se passer ...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité




MessageSujet: Re: Le passé ne s'efface jamais... [Pv : Libre] Dim 28 Nov - 4:33

La quête à l'innocence et la bataille que se livrait la congrégation de l'ombre et les Noah avait prit beaucoup d'ampleur ses temps-ci. Bak travaillait depuis plusieurs jours sur le même dossier secret, en correspondance avec Komui, cela lui avait valu plusieurs nuits d'insomnie. Il avait encore une fois passé la nuit à boire des litres et des litres de thé quand le matin montra le bout de son nez, illuminant lentement la pièce froide de ses rayons orangés. A passer la nuit à écrire, les mains de Bak s'étaient refroidit et engourdit. Pour se réchauffer il prit entre ses mains la tasse de thé qui reposait dans le coin de son bureau mais se rendit vite compte que celle-ci était gelé, à moitié pleine. Il était temps de se dégourdir les jambes, et le corps tout entier tant cas faire. Il se leva, laissant en plan le tas de feuille qui était étalé sur son bureau et se dirigea vers la porte. Avant même que sa main est atteint la poignée de le porte le téléphone retentit. Bak baissa les yeux sans se retourna. Et si c'était Komui? Il hésita à répondre, mais sa fatigue et son désespoir lui empêchèrent de trouver la force de répondre. Si c'était effectivement Komui cela voudrais dire qu'il devrait se remettre aussitôt au travail, et Bak n'en pouvait plus! Qu'il poussa la porte de son bureau et sortit. Il savait déjà où il voulait se diriger, l'ancienne arche. Seul ses pas retentissait dans les couloirs de la congrégation, tout ce silence était morbide. Combien d'exorciste était déjà mort pour sauver le monde des griffes du comte millénaire? Combat de personnes avaient donné leur vie, leur âme au comte qui les avait trompé? Bak était déconcerté. Mais ce n'était pas le pire, il ne comprenait pas comment le comte pouvait agir ainsi certes, mais comment la congrégation et ce satané Lubérier pouvait t-il se rabaisser à de telles expériences et à de telles atrocités... Et lui qui n'avait rien fait contre... Il se dégoutait lui même... Comment avait-il pu resté passif? Sous son air de bonhomme rigolo Bak cachait une ombre, une grande ombre qui prenait beaucoup de place. Mais il savait que la vie continuait malgré ces horreurs et qu'il avait à présent autour de lui des amis qu'il voulait protéger et aimer!

Bak marcha encore un peu puis arriva devant la porte qui accédait à l'ancienne arche. Elle était surveillée par un garde assez balèze... Le jeune Chan (pas si jeune que ça) s'approcha avec un air innocent et le garde s'adressa à lui d'un ton chaleureux:
- Tient cela faisait un moment qu'on ne vous avez pas vu! Vous voulez passer je suppose?
Bak acquiesça et expliqua au garde que si il venait si rarement c'était à cause du travail qui occupait toute ses journées. Il donna au garde le mot de passe pour entrer dans la l'arche et disparut aussitôt.

C'était un plaisir pour notre cher Chan que de se balader joyeusement dans l'arche. Cette ville était toujours ensoleillé et regorgeait de maisons ici et là qui contenait moult d'objets. Bak se servait souvent de cette arche pour rendre visite à son ami Komui et aux autres de la congrégation. Mais cette fois-ci il n'avait pas envie de rendre visite aux autres. Tout ce qu'il voulait, c'était de décompresser un peu! C'est alors qu'il remarqua au loin que quelqu'un avait eu la même idée que lui... Un jeune homme au cheveux bleu-vert et qui avait l'air d'avoir le même age que Allen était assis contre une fontaine.Bak s'avança tout doucement. Le jeune homme ne paraissait visiblement pas dans son assiette... Il resta là quelques secondes écoutant les pleurs... Il l'avait déjà remarqué lors d'une de ses visites à la congrégation, ce garçon était un scientifique mais il ne le connaissait pas plus que ça. Bak Chan ne savait vraiment comment réagir face à se genre de situation mais qu'importe, il s'assit à ses côtés. Il savait ce que cela pouvait faire d'être triste et de vouloir rester seul, mais quelque chose le poussait à rester près du jeune homme. Qu'allait t'il se passer? Et pourquoi était-il dans cet état?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité




MessageSujet: Re: Le passé ne s'efface jamais... [Pv : Libre] Dim 5 Déc - 9:51

✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿

J’entendais des pas se rapprocher. Je voulais être seul et ne voulais voir personne d’autre. Je n’ai pas envie qu’on me demande ce que j’ai ou pourquoi je pleure. Je n’ai pas envie de mentir pour juste faire encore une fois semblant que ce n’est rien. Ce n’est pas rien ! Je veux être seul... même si je suis souvent seul. Je ne peux pas voir Swann, alors les seules personnes que je voudrais voir c’est toute ses personnes qui me comprenne comme Kira, mon meilleur ami, par exemple. Même si je ne sais pas où il est. Lui au moins arrive à me comprendre et j’arrive à le comprendre sans que rien ne soit dit. Je n’arrive même plus à me comprendre moi-même. Je veux être seul alors que je suis en vérité toujours seul. Parfois si ma nature et cette peur qui est en moi ne m’y en empêchait pas je voudrais tout dire à quelqu’un en qui j’aurais une confiance aveugle. Je voudrais pouvoir en parler, que je sois consoler quand même un peu et que ce ne soit pas que mes sœurs qui doivent faire cela. Elles sont toujours là. D’ailleurs elles voulaient que je les appelle aujourd’hui ou demain. Je les appellerais sûrement demain. Là je ne sais pas si j’arriverais à rester calme. En tout cas pour revenir au départ la personne que j’avais entendu venir s’était assise à côté de moi sans rien dire. Je ne comprenais pas pourquoi et ce qu’elle voulait. En tout cas si c’est de la compassion ce n’est pas la peine, je n’en ai pas besoin cela ne m’aidera en rien. Je ne sais pas quoi faire là maintenant et en plus je ne sais pas qui est cette personne à côté de moi. Alors je dis d’une voix assez faible :

_Qui ... est là ?

Un sanglot avait couler alors que ma voix s’élevait du coup il y a eu comme une sorte de petit ... je ne sais pas vraiment comment appeler ça mais il y avait une coupure. Je n’avais pas du tout mais alors pas du tout envie de voir quelqu’un et que l’on me voit ainsi. Je n’ai pas honte de pleurer juste que je ne veux pas qu’on se questionne sur moi. Ce n’est pas la peine en plus. De toute manière je déciderais moi-même le jour où je dirais peut-être quelque chose ... à moins que j’emporte ce secret avec moi. Je ne sais pas encore ce que je préfère choisir. Même si je doutes un peu que certaines personnes ne se doutent pas des certaines choses. Connaissez-vous beaucoup de personnes qui on aimé quelqu’un au point de se donner la mort ? Moi je n’en connais pas beaucoup. Par contre il a ceux comme les Akuma qui voulait ramener un être cher à leur cœur à la vie et qui du coup on perdu la leur et fait du coup un enfer pour les être qu’ils ont chéris. Dans un sens je les comprends... Peut-être que l’on ne peut comprendre les Akuma que si l’on connait la douleur de ceux qu’ils les ont ramener à la vie. Enfin bref ... Je relevais un peu la tête et regardais qui se trouvait à côté de moi. En faite en plus que j’avais fais en sorte à cause de mes cheveux je pouvais voir qui était là sans que l’on puisse voir mon visage. Je regardais un instant qui était-ce et fut étonne de voir Bak Chan. Mais dans un sens je m’en fichais en faite. Je regardais ma main gauche ensuite. En particulier la bague qui se trouvait à mon annuaire. Swann ... J’aurais tellement voulu que rien de tout ça existe. Pouvoir vivre une vie normal avec toi. C’est tout ce que je voulais moi, juste vivre avec toi. Je n’arrive pas à vivre sans toi. C’est bien trop dur chaque jours. Je n’en peux plus... Pourquoi a-t-il fallut que le Comte te trompe toi. Si j’avais été là à tant ... Je m’en veux tellement pour tout. Je mordais ma joue et sentais qu’un flot de larmes voulait encore couler. De toute manière je n’arrive pas à la retenir alors ... Je t’aime tellement Swann. Je voudrais tellement pouvoir revenir en arrière et faire en sorte que rien de tout ça ne se passe. Sentant toujours au près de moi la présence de Bak Chan, je dis de nouveau :

_Pourquoi es-tu là ?


Il devait bien avoir une raison de base. En tout cas moi qui espérais pouvoir être seul avec moi-même c’était belle et bien raté. Et vu l’état dans lequel je suis il ne risque certainement pas de partir de si tôt. Je soupirais malgré mes larmes. Pourquoi faut-il qu’il y ait toujours quelqu’un dans ses cas là ? Je vais finir par rester dans ma chambre juste pour être sûr que personne ne viendra me poser la question de ce qu’il m’arrive. Personne ne peut réellement comprendre ce que je ressens. Même si vous imaginez la personne qe vous aimez le plus mourir sous vos yeux sans que vous ne puissiez rien faire. On ne peut pas ressentir cette douleur tant que l’on a pas vécu réellement cette instant. Parce qu’après tout sans le vivre juste en l’imaginant vous vous rassurez que cette personne que vous aimez est toujours vivante. Alors qu’une fois morte vous avez beau priez le ciel pour qu’on vous rendre l’être aimé, rien ne se produira. Ce qui a été perdu ne pourra être retrouver c’est ainsi. Ce qui naît finit toujours pas mourir... Nous vivons en sachant cela mais malgré tout parfois on préfère cacher cette vérité et ne pas y croire. Alors qu’au moment où cela vous arrive, vous ne pouvez plus faire semblant. Je savais très bien et même depuis le début qu’il y aura une fin mais je ne pensais pas qu’elle arriverait aussi vite. Je pensais pouvoir avoir moi aussi le droit de pouvoir vivre une vie heureuse avec celui que j’aime mais non je n’y ais pas le droit et je n’y peux rien. La seule chose que je peux faire c’est de mettre fin à cette souffrance ... Mais comme je le dis tout le temps je suis assez confus. Je ne sais pas vraiment quoi choisir. C’est bien trop dur de supporter tout cela surtout pour quelqu’un comme moi. Je suis assez faible que ce soit physiquement ou psychologiquement. Je pleure facilement, j’ai mal facilement alors je me demande bien parfois comment je fais pour pouvoir tenir le coup maintenant... Je ne sais vraiment pas quoi penser de tout cela...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité




MessageSujet: Re: Le passé ne s'efface jamais... [Pv : Libre] Dim 12 Déc - 5:37

La ville de l'arche resplendissait, illuminée par un soleil inconnu... Il ne faisait ni trop chaud ni trop froid, comment cela était-il possible? A peine quelques secondes après que Bak se soit assit au côté du jeune scientifique à écouter calmement ses pleurs le jeune homme cessa un très court instant ses sanglots pour demander qui était là d'une petite voix... Bak n'avait pas envie de répondre, pour une fois il n'était pas d'humeur joyeuse et si son voisin voulait vraiment savoir qui était là il se retournerait pour regarder! Bak ne voulait pas vraiment lui adresser la parole, il ne désirait pas non plus de compagnie, pourtant il s'était assis là, à ses côtés, et il ne savait pas pourquoi... Peut-être parce que cette fontaine était l'endroit idéale pour reposer son pauvre esprit? Mais aujourd'hui le blondinet n'avait pas trop de chance, la fontaine était déjà occupée par une personne qui ne cessait de pleurer... Pas "top" pour reposer son esprit vous me direz? Mais Bak s'en fichait, les sanglots ne le dérangeaient en aucun cas! Il sentit un très léger mouvement à ses côtés et compris que son voisin avait décidé d'en savoir plus sur l'homme qui le dérangeait surement... Les secondes s'écoulèrent à nouveau et Bak ferma les yeux pour mieux s'enfuir dans ses pensées... Cette guerre, ces malheurs, Bak ne pouvait pas y faire grand chose, mis à part de travailler à n'en plus pouvoir pour aider dans les recherches. Si ce jeune homme était venu ici pour pleurer, c'est que les événements concernant les akumas et le comte millénaire n'y étaient pas pour rien. Mais Bak ne lui posa pas de questions, si il avait envie de lui parler, il le ferait comme un grand. A peine avait t-il pensé ça, que le jeune homme lui demanda ce qui faisait ici. Bak s'éclaircit la voix et répondit en ces mots:
- J'en ai assez de travailler jours et nuits pour cette foutue guerre vois-tu.... Alors je viens ici pour me reposer... Je pensais pouvoir être seul mais finalement tu es là... Il soupira puis reprit la parole, D'ailleurs au vu des événements qui se trament je me demande ce que tu fais ici, tu n'as pas de travail?

Bak savait bien que dans cet état le jeune homme n'avait pas vraiment envie de travailler,certes, mais lors d'une guerre il n'était pas rare de perdre quelqu'un ou même de craquer pour quoique ce soit, Bak en savait quelque chose, mais ce n'était pas une excuse pour baisser les bras et ce laisser aller comme ça! Si tous les exorcistes s'étaient mis dans cet état à chaque moments difficiles, le comte millénaire aurait prit le dessus depuis bien longtemps! Bak ne connaissait pas les malheurs de ce jeune homme, pleurant à ses côtés, et il n'avait pas envie d'en prendre connaissance, à chacun ses malheurs, à chacun sa part d'ombre... En revanche il était près à l'écouter si celui-ci venait à parler pour se confier, et à lui remonter le moral si c'était dans ses possibilités... Mais notre Bak Chan était tout de même curieux de savoir qui se trouvait à ses côté. Il ajusta sa veste et se retourna vers l'inconnu:
- Tu as peut-être envie de rester seul, je le conçois bien, et si tu me le demande je partirai, mais j'aimerai tout de même savoir ton prénom!
Bak attendit la réponse puis se leva pour s'étirer. Il n'avait pas envie de rester là assit à écouter les gémissements de son compagnons d'arme, son esprit vagabond et curieux reprit le dessus, il eut alors l' irrésistible envie de visiter l'arche. Il reprit alors la parole:
- Tu sais surement qu'ici chaque porte mène quelque part! C'est merveilleux! Et je m'en sers souvent pour naviguer un peu partout dans les différentes ails de la congrégation, ce qui ne plait pas beaucoup à certains... enfin bon! Si tu cherches quelque chose de particulier je suis sûr que tu pourrais le trouver ici! Moi par exemple j'aimerai... Bak Chan eut alors l'image de la jolie Lenalee en tête... Mais comme il ne savait pas très bien si son locuteur connaissait bien Komui il termina sa phrase par un "je ne sais pas trop" un peu bafouillé. Il avança d'un pas vers le jeune homme à qui il faisait face maintenant et lui adressa à nouveau la parole:
- Tu as surement envie de quelque chose? Tu aimes faire de la musique?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité




MessageSujet: Re: Le passé ne s'efface jamais... [Pv : Libre] Dim 12 Déc - 9:51

Music !

✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿

- J'en ai assez de travailler jours et nuits pour cette foutue guerre vois-tu.... Alors je viens ici pour me reposer... Je pensais pouvoir être seul mais finalement tu es là...D'ailleurs au vu des événements qui se trament je me demande ce que tu fais ici, tu n'as pas de travail ?
_J’ai déjà terminer ce que je devais faire. Et tu n’es pas le seul à te dire que tu espérais être seul !

Non il n’y avait aucune colère dans mes mots. Je séchais mes larmes sachant qu’il est mieux pour moi de pleurer dans ma chambre, au calme, qu’ici. Je le savais depuis le début. En tout cas je n’appréciais guère, ce que l’on me disait. Au vu des événements ? C’est à cause de ses événements que je suis comme ça. Je me fiche pas mal de qui va gagner ou non de toute manière il y autant de dommage dans un clan ou dans l’autre. De toute manière tout ce qui naît finit un jour par mourir. De plus et à la base je suis scientifique à la congrégation parce que Swann me l’a demander. Parce que mon amour perdu qui était un akuma à penser que là-bas je serais protéger. J’en ai bien marre de cette guerre et de tout ce qui va avec. Pour une fois que je voulais être seul sans que l’on me parle du travail ou de cette guerre infâme c’est belle et bien raté. J’entendis ensuite :

- Tu as peut-être envie de rester seul, je le conçois bien, et si tu me le demande je partirai, mais j'aimerai tout de même savoir ton prénom!
_Je m’appelle Gabriel Strange.

J’essuyais mes joues humides avec le revers de ma manche et relevais la tête. Je regardais alors Bak qui venait de se lever et qui ensuite s’étira. Il avait l’air de quelqu’un qui ne pouvait rester en place. Je le regardais un moment bouger à droite à gauche. Je ne disais rien. Je n’avais pas franchement envide dire quoi que ce soit en faite sauf si l’on me parle. Je répondrais naturellement mais … je pense que ce sera en fonction de la question. Enfin bref continuant de regarde Bak, il me dit ensuite :


- Tu sais sûrement qu'ici chaque porte mène quelque part ! C'est merveilleux ! Et je m'en sers souvent pour naviguer un peu partout dans les différentes ails de la congrégation, ce qui ne plait pas beaucoup à certains... enfin bon ! Si tu cherches quelque chose de particulier je suis sûr que tu pourrais le trouver ici ! Moi par exemple j'aimerai…

Il terminait au bout de quelques instant par un « je ne sais pas » quelque peu bafouillé. Ce que je cherche, je ne pourrais pas le trouver ici en tout cas. Ce que je veux c’est être avec Swann, c’est tout ce que je veux mais c’est impossible. Ca peut paraître stupide mais ce que je voulais et veux toujours c’est être avec Swann c’est tout. Je voulais être avec lui jusqu’à la fin … qui est arrivé bien trop tôt à mon goût. Ce goût n’est pas amer, il est pire que ça. C’est comme un acide qui vous brûle petit à petit. Doucement et très lentement comme s’il cherchait à vous faire souffrir jusqu’au bout. Je connais certaine personne qui aime cette souffrance, qui en prenne même plaisir à la sentir parcourir leur corps et détruire leur âme mais ce n’est pas mon cas. Je ne tiens seulement qu’à des pauvres fils qui font que je suis toujours ici.... Je relevais un peu plus la tête lorsque je vis Bak s’avancer vers moi puis me dire :


- Tu as sûrement envie de quelque chose ? Tu aimes faire de la musique ?
_ Je suis harpiste si tu veux tout savoir. Si tu tiens à écouter de la musique je sais où se trouve une harpe.

Ce dont j’ai envie n’est pas non plus possible. Par contre je peux très bien jouer. Je me relevais alors puis ensuite contournais la fontaine et me dirigeais vers la porte en bois d’une belle maison ornée de plusieurs fleurs ou feuilles qui montaient le haut de ses murs. J’ouvris cette porte et l’on pouvait voir une grand pièce blanche avec au fond une véranda. Dans cette pièce illuminé se trouvait plusieurs sorte de plante, un piano, un divan et un fauteuil mais aussi une belle petite table ronde avec dans un coin une petite bibliothèque et un peu plus loin une harpe celtique. Je m’avançais alors dans cette pièce blanche et toute en couleur en même temps. Tout autour de la table il y a avait trois chaises. J’en pris une, pris la harpe contre moi et vérifiais que les cordes étaient belle et bien accordées. Il semblait que oui, alors je caressais doucement ces cordes puis regardais Bak. Puis que je n’avais le droit d’être seul et de pleurer, j’allais jouer comme je le faisais avant pour Swann même si là il n’y aucun sentiments. Je dis alors :


_ Si tu as une préférence dis-moi…

Je me mis ensuite à jouer. Caressant doucement les cordes de cette harpe qui ressemblait à la mienne. Je jouais plus pour moi en faite. Il fallait que j’arrive à me détendre. Mes yeux étaient malgré tout encore rouge même si mes joues n’étaient plus du tout humides. Si jamais Bak part je suis très bien capable de craquer d’un instant à l’autre donc … vous avez compris quoi pas la peine de vous faire un schéma ! Je jouais et jouais sans penser à rien. De toute manière comme je le dis mainte et mainte fois je ne sais plus quoi penser de tout cela donc à force…
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité




MessageSujet: Re: Le passé ne s'efface jamais... [Pv : Libre] Sam 18 Déc - 11:10

.
A peine Bak avait-il finit sa phrase que son nouveau compagnon, dont il connaissait désormais l'identité, lui répondit:

_ Je suis harpiste si tu veux tout savoir. Si tu tiens à écouter de la musique je sais où se trouve une harpe.

Le jeune Chan (plus si jeune que ça) réfléchit un instant, auparavant il n'avait jamais vraiment eu l'occasion d'écouter quelqu'un jouer de la harpe, il savait bien évidement à quoi ressemblait cette instrument à corde et l'imaginait très bien entre les mains de jolies sirènes dénudées assises sur des rochers et caressant légèrement les cordes, mais il ne s'imaginait pas vraiment en revanche quel son cela pouvait avoir. Peut -être en avait-il déjà entendu lors de son enfance, mais son enfance était déjà loin, ses souvenirs était flous, la guerre et le travail ayant occupé tout entier son pauvre esprit. Il se dit alors que ce n'était pas une mauvaise chose, et qu'il repartirait moins ignorant ensuite, de plus, si cela pouvait permettre de détendre l'atmosphère et le jeune homme qui lui faisait fasse ce serait vraiment une bonne chose! Il s'empressa alors de lui répondre:

- Avec plaisir! Je n'ai jamais eu l'occasion d'entendre le son que peut produit cet instrument! J'accepte volontiers!

Gabriel Strange se leva et contourna la fontaine pour se diriger vers un petite maison bien coquette. Bak le suivit des yeux, apparemment il savait exactement où se trouvait la harpe. Bak n'avait jamais prit le temps de visiter chaque maisonnettes présentent dans l'arche, il s'était seulement contenté de la traverser de part en part pour découvrir les portes qui liaient les différents ails de la congrégation. A vrai dire son travail ne lui donnait pas le loisir de se balader à son gré, même si Bak s'était attiré la réputation de baroudeur professionnel car il avait tendance à beaucoup utiliser l'arche, il n'en restait pas moins un scientifique sérieux et un travailleur acharné... Gabriel était rentré dans la maison, et de l'endroit où il se trouvait, Bak pouvait distinguer l'intérieur d'une maison où il ferait bon y vivre. Pour ne pas le perdre de vu il s'approcha de la maison et s'arrêta juste à l'entrée. En effet, une ambiance paisible régnait dans la pièce, décorée d'un piano, d'un divan et d'un fauteuil et d'une bibliothèque. Gabriel s'approcha d'une petite table ronde, s'assit sur une chaise qui l'entourait et prit la harpe contre lui. Il fit glisser ses mains sur les cordes et même si le jeune homme ne s'était pas encore mis à jouer le son qui émanait de ces cordes était étrangement doux! c'est alors que Gabriel prit la parole en s'adressant à Bak:

_ Si tu as une préférence dis-moi…


Comme nous le savons déjà, Bak n'avait aucune notion en musique, et encore moins en harpe. Il ne voulais pas paraitre ignorant mais il n'y pouvait rien, alors après un certain instant de réflexion peu intense il lui répondit:

- Je n'y connait strictement rien, comme je l'ai dit tout à l'heure, je n'avais jamais entendu quelqu'un jouer de la harpe auparavant! Alors fais comme tu le désires!

Gabriel se mit alors à jouer calmement. Un son mélodieux sortit de la harpe, un son magnifique. Bak examina le jeune harpiste, c'était comme si celui-ci s'était transformé en ange et que la mélodie qu'il jouait était une mélodie divine. Ensuite Bak remarqua que Gabriel s'était calmé et qu'il ne pleurait plus, et cela le soulagea. Malgré tout il savait bien que le jeune homme pouvait craquer de nouveau d'un moment à l'autre! Il s'avança alors dans la pièce blanche et s'assit, non pas dessus, mais au pied du divan. Il laissa tomber lourdement la tête en arrière qui se posa sur le divan. Il ferma les yeux et se laissa aller au rythme de la mélodie. Son esprit se vida, il pensa à Gabriel, et se demanda pour la première fois pourquoi celui-ci s'était mis dans un tel état... Bak se senti léger, et cette fois-ci son esprit s'envola dans un endroit qu'il ne connaissait pas encore... Il ne pensa pas à la guerre, aux akumas, au comte millénaire.... Rien de tout ça... Ce qu'il avait à l'esprit, c'était un jardin fleurit, le soleil brillait, comme si la guerre était finit et que le bien avait triomphé du mal... Tous le monde était présent, souriant, heureux de vivre, il n'était plus seul... Il savait très bien que cela n'était qu'un rêve et que si il ouvrait les yeux la dure réalité réapparaitrait, mais pour une fois il avait envie de rêver et d'oublier son quotidien. Il se laissa guider par les notes de musique que jouait Gabriel. Ça faisait tellement longtemps qu'il n'avait pas ressenti ça...

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité




MessageSujet: Re: Le passé ne s'efface jamais... [Pv : Libre] Mar 21 Déc - 4:58

Music !

✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿

Je continuais de jouer, gardant les yeux fermés. Pourtant j’avais sentis que Bak était venu s’asseoir près de moi et vu le tout petit bruit j’en conclu qu’il s’était assis par terre posant sa tête sur le divan. Il m’avait dit qu’il n’y connaissait strictement rien donc je pouvait jouer ce que je voulais. Ca m’arrangeais d’ailleurs. J’aime faire découvrir cette instrument mais en jouant que ce qu’il me plaît. Lorsque j’aurais terminer mon morceau j’en choisirais un autre. Un que je préfère encore plus que celui-là ! Mais il sera un peu plus triste mais en échange, il est plus beau. J’aime beaucoup ce morceau… Il ne me fallut que peu de temps avant de finir mon morceau. Je changeais ensuite de morceau et commençais celui que j’aimais tant. Je connaissais aussi les paroles de cette chanson, assez triste elle aussi. Je les avaient précisément en tête et puisque c’est de l’anglais c’est encore plus facile pour moi. Mais pour l’instant je n’avais pas spécialement envie de chanter. Je jouais et jouais, en gardant toujours mes yeux fermés…

Parfois il m’est arrivé de me demander si j’avais été un véritable ange. Avoir de grandes ailes blanches immaculées dans le dos. Pouvoir voler là où je le souhaiterais … Ce serait tellement amusant. Mais être un ange voudrait dire que je ne fais pas partir de ce monde. Et ce serait vraiment triste pour les personnes que j’aime. Et si j’étais un ange qui vivait sur cette planète, tout le monde voudrait en savoir plus sur moi. Les scientifiques et autre homme comme Luberier essayerait de savoir ce que je suis vraiment et testeraient beaucoup de choses sur moi. J’en souffrirais. Ensuite le Vatican sera soit pour et je serais enfermer quelque part en disant que c’est pour ma sécurité. Sot il serait contre et voudrait juste ma mort. Le monde est tellement triste. Ce monde emplie de souffrance et qui ne comprend jamais rien. Si j’avais été un ange dans ses bas monde. J’aurais caché mes ailes, j’aurais vécu avec celui que j’aime et lui seul saurait que je suis réellement. J’aurais tout fait pour lui… Je peux même dire que si j’avais été un ange, j’aurais coupé mes ailes et donné ma vie pour celui que j’aime.
Mais je ne sais pas un ange. Juste un petit scientifique qui subit les folies de ce monde et qui malgré tout, joue une merveilleuse mélodie pour essayer d’apaiser certaines choses. C’est difficile, très difficile et j’en pleure ; j’en pleure énormément même. Le monde est une cage où l’on essaye de vous enfermer dans un moule de personne quelconque, avec des personnes quelconque qui ne font que suivre ce qu’on leur dit de faire. Il y a une phrase que j’aime beaucoup et qui est très vrai en même temps. C’est : « Vous avez vécu dans une cage, acceptant ce que vous êtes, tout ce que vous êtes. Vous pouvez être libre. Et la liberté c’est le pouvoir ! ». Oui j’aime beaucoup cette phrase qui est tellement vrai dans un sens…

Je continuais de jouer encore et encore sans m’arrêter et sans me lasser. J’adorais vraiment jouer de la harpe. J’ai jouer pour tellement de personne en plus que je ne les comptes même plus ! Et je ne plaisante pas. La harpe est un instrument très dur à apprendre mais c’est tellement beau. C’est bien trop beau même. C’est d’ailleurs pour ça que l’on dit que la harpe est l’instrument des anges. Je m’arrêtais juste un instant de jouer et j’ouvris les yeux. Je regardais ensuite Bak une seconde puis me remis à jouer. Je souris et demandais :


_ S’il devait y avoir quelqu’un à vos côté maintenant, qui voudriez-vous que ce soit ?

Personnellement si on me posait la question, je ne serrais quoi répondre. De toute manière la personne que je voudrais avoir à mes côtés ne sera plus jamais là. Donc c’est tout simplement. Et parmi les personnes encore vivants, la personne que je voudrais avoir à mes côtés c’est Lucio. Oui je pense qu’il fait largement parti des personnes les plus importantes pour moi. Je l’adore vraiment. Il est tellement gentil et adorable avec moi. Enfin bref pour revenir à ce que je disais j’attendais la réponse mais je rajoutais avant avec un petit sourire :

_Ne mens pas !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité




MessageSujet: Re: Le passé ne s'efface jamais... [Pv : Libre] Ven 7 Jan - 7:51

Il est impossible de dire combien de temps Bak Chan resta assit, la tête posée sur le divan, perdu dans ses pensées... Peut-être dix minutes ou vingts, ou même une heure... Il avait enfin trouvé un endroit et un instant où il pouvait se reposer, loin de toute l'agitation, loin de toutes ces petites fourmis enragées qui ne pensaient qu'à se battre... Loin de toutes ces personnes manipulatrices, loin de son bureau qui lui faisait office parfois de cage... Une grande cage à oiseaux dont il était le résident... Il se retrouvait tellement souvent seul dans cette cage... Le travail monopolise votre pensée toute entière, tout comme l'amour, mais une fois que le travail est fini, la solitude revient frapper à la porte et plus forte elle est encore! Bien sûr quand il sortait pour rencontrer les autres la solitude fuyait... Mais depuis quelque temps, le passé avait ressurgit, et malgré la présence des autres, Bak Chan se sentait seul, en permanence... Il manquait quelque chose, mais ce quelque chose était inconnu, comme un mystère... De quoi avait-il bien besoin? C'était cette question qu'il lui tournait dans la tête depuis un bon moment, mais il ne pouvait pas y répondre. Comme si sa vie n'avait aucun sens...
Le moment qu'il passait avec Gabriel lui avait fait passer cette mélancolie... La tête reposée, il écoutait avec délice les notes que je jeune harpiste jouait! Comme il aurait voulu savoir jouer d'un instrument aussi parfaitement! Mais ce n'était pas le cas...
A chaque fois que Gabriel terminait une mélodie il enchainait avec une autre. Et chaque mélodies devenaient de plus en plus mélancoliques... C'était tellement agréable que Bak aurait pu rester silencieux pendant des jours durant. Il vaguait dans ses pensées, et se laissait aller aux sentiments que lui procuraient les mélodies que jouait Gabriel...
Mais ses pensées furent interrompues par Gabriel lui-même. La mélodie s'était arrêtée un instant et le jeune homme s'était adressé à Bak:

_ S’il devait y avoir quelqu’un à vos côté maintenant, qui voudriez-vous que ce soit ?

Bak Chan ouvrit les yeux et se redressa légèrement. Il se demandait bien pourquoi il lui avait posé une question de la sorte... A vrai dire cette question l'embarrassait quelque peu car il ne savait pas quoi répondre. En réalité il aurait voulu que tous ces amis soient là, ceux à qui il tenait, Komui, Allen, Kanda et bien d'autres... Il y aurait eu aussi Lenalee mais devoir dire cela à un inconnu car c'était en réalité le cas ne lui inspirait pas confiance... Komui étant toujours très... enragé en ce qui concerne sa sœur, alors si le jeune harpiste avait la mauvaise idée de toute relater au chez... Bak, à cette pensée, en avait des sueurs froides!
Finalement après une petite réflexion il avait une réponse à la question! Il dirigea son regard vers Gabriel qui ajouta quelque mots
-Ne mens pas! et remarqua son sourire. Bak eut un sourire à son tour puis s'adressa à Gabriel:

-Si cela était en mes pouvoirs, je ferais venir tous ceux qui m'ont accompagnés dans la vie et à qui je tiens énormément... Mais je crois qu'ils seraient bien trop nombreux! Alors si devais choisir une seule personne ce serait Fö! Même si elle n'est qu'un esprit, elle est pour moi un membre de ma famille à part entière, pareil à une jeune sœur! Elle est même plus que ça! Je ne saurai pas comment l'expliquer mais je tiens plus que tout à Fö, et j'aurai aimé qu'elle soit là à t'écouter jouer merveilleusement bien!Je suis sûr que malgré son caractère elle aurait adoré!

Bak se leva pour s'étirer et s'assit cette fois si en tailleur sur le canapé. Maintenant que la discussion était lancée, il était curieux de savoir ce que répondrait Gabriel! Peut-être en saurait t-il un peu plus sur le jeune homme! Il eut alors un nouveau sourire et s'adressa au harpiste:

- Je suis curieux, alors je te pose là question à mon tour! Qu'elle serait là personne que ton cœur élirait pour vivre ce moment présent avec toi?

--------
Désolé pour mon retard :s





Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité




MessageSujet: Re: Le passé ne s'efface jamais... [Pv : Libre] Lun 17 Jan - 6:01

✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿

A ma phrase il ouvrit les yeux puis me regardait d'un air pensif. Lorsque je lui dis de ne pas me mentir, il sourit puis me répondit alors :

-Si cela était en mes pouvoirs, je ferais venir tous ceux qui m'ont accompagnés dans la vie et à qui je tiens énormément... Mais je crois qu'ils seraient bien trop nombreux! Alors si devais choisir une seule personne ce serait Fö! Même si elle n'est qu'un esprit, elle est pour moi un membre de ma famille à part entière, pareil à une jeune sœur! Elle est même plus que ça! Je ne saurai pas comment l'expliquer mais je tiens plus que tout à Fö, et j'aurai aimé qu'elle soit là à t'écouter jouer merveilleusement bien!Je suis sûr que malgré son caractère elle aurait adoré !

Je le regardais s'en dire un mot, l'observant se lever pour s'étirer puis se rassoir mais cette fois en tailleur et sur le divan. Continuant de l'observer sans dire un mot, je fus vraiment surpris par sa phrase :

- Je suis curieux, alors je te pose là question à mon tour! Qu'elle serait là personne que ton cœur élirait pour vivre ce moment présent avec toi ?

La … personne que mon cœur élirait … ? Je rebaissais mes yeux vers ma harpe. J'avais d'ailleurs arrêter de jouer de celle-ci lorsque Bak m'avait retourner la question. Je ne disais rien, réfléchissant à qui et pensant à pourquoi et comment. Je restais muet, les yeux perdu dans le vide. Me demander de penser aux personnes que mon cœur choisit me trouble vraiment. Je ne touchais même plus les cordes de ma harpe. En faite sur le coup, mon envie de jouer de ce bel instrument c'était coupé. J'étais perdu même si j'avais déjà moi-même répondu à la question dans ma tête je ne savais pas comment former tout cela. Je répondis alors :

_Les personnes que mon cœur souhaiterait avoir, je jouerais pour eux mais ici. Pas à la congrégation ni tout ce qui y touche. Parmi les deux hommes que je voudrais avoir à mes côté, l'un est mort depuis déjà un long moment et l'autre me manque car ça fait longtemps que l'on ne sait pas vu.

Je ne dis ensuite plus rien. Ces deux personnes me manque énormément. Je les voudrais vraiment avec moi et le plus souvent possible. Je sais que pour Lucio ce serait possible mais après je n'ose pas vraiment lui demander. Swann me manque affreusement mais, lui je ne pourrais le revoir qu'en photo et c'est tout. Maintenant que l'on parle de tout ça j'ai terriblement envie de les voir tout les deux. Ils ont tout les deux une place très importante dans mon cœur. Je serai un peu l'un de mes points sans rien dire. Puis je relevais le regard vers Bak et fit fleurir un doux sourire pour cacher ce manque soudain un peu dur à contenir. Je dis alors pour faire passer tout cela :

_ Si tu avais un rendez-vous avec les amis les plus chers à ton cœur, que feriez-vous ? Que voudrais faire tes amis selon-toi ?

Ça y est, j'étais partis pour parler et poser toutes sortes de questions. Je sais qu'on me retournera sûrement la questions mais pour certaine je vais faire en sorte de répondre d'une manière tourner à ma façon, franc et cacher en même temps ! Pour la plus part des questions je sais quoi répondre. Par contre s'il me pose une question à laquelle je ne m'attend pas et un peu trop personnelle pour moi, ça va être embêtant. Il y a des choses que j'arrive à former comme je veux mais d'autre où je ne sais pas quoi faire ni quoi répondre. Souvent je reste muet dans ses cas là ou je dis simplement que ça ne regard que moi. Je suis réservé et ça à peu près tout le monde le sait ou le devine. Par contre je ne suis pas assez timide pour dire que je ne veux pas répondre et qu'en aucun cas je ne répondrais. Aussi j'espère ne pas avoir à faire à une question trop embarrassante ou qui me rappelle un peu trop des souvenirs douloureux. Ce souvenirs que j'aime dans un sens mais qui me font souffrir énormément. C'est aussi pour ça que là maintenant je voudrais voir Lucio. Il est le seul à réussir à me faire oublier tout ça. Quand je suis avec lui, je pense vraiment à autre chose ! Il me fait rire et sourire, j'aime énormément passer du temps avec lui surtout parce que je ne peux pas passer tout le temps que je veux avec lui... Je regardais toujours Bak sans dire un mot, attendant une quelconque réponse à ma question.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le passé ne s'efface jamais... [Pv : Libre]

Revenir en haut Aller en bas

Le passé ne s'efface jamais... [Pv : Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D.Gray'man - Le Réveil de Pandore :: « CITIES» :: B.I.G ● T.R.I.P-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit