AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez|

Un tendere e dolce appuntamento [ Pv Gaby ♥ ] [/!\ Yaoi (a)]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Invité
Invité




MessageSujet: Un tendere e dolce appuntamento [ Pv Gaby ♥ ] [/! Yaoi (a)] Mer 1 Déc - 4:52

Il suffit parfois d'un regard, d'un hasard pour rencontrer quelqu'un qui nous marquera à jamais. Alors, gardez les yeux ouverts !



    Paris. Une ville que je n’avais jamais visité auparavant… Une ville présentement recouverte d’un magnifique manteau de neige. Je crois que c’est la première fois que j’en vois… C’est une matière étrange et froide mais très belle. Les flocons tombent du ciel comme si quelqu’un là-haut saupoudrait la ville comme s’il s’agissait d’un énorme gâteau. C’était tout bonnement ravissant. Un paysage tout blanc… si innocent, si parfait… Je croyais que c’était un rêve mais le froid était trop mordant pour que ça ne le soit.

    Dans la rue, des petites chorales étaient abritées sous de grands stores. Leurs chants s’élevaient dans l’air et ravissaient les passants qui s’arrêtaient un instant pour les écouter. Des chants de Noël. Une fête à laquelle je ne porte guère plus d’importance en toute franchise. En Italie, dans ma famille, on avait peu l’occasion de fêter ce genre d’événement. Chez les Mancini, nous n’avions pas le temps de nous préoccuper des fêtes et d’autres cérémonies de cet acabit. Notre devoir nous obligeait à conserver de bonnes bases et de bons reflexes de combat, qu’importe le temps. Je me souviens de certaines nuits où je n’avais pu fermer l’œil tant l’entraînement était rude. Mais jamais je ne m’étais rebellé. C’était pour moi un honneur de devoir faire tout ce travail dans le but de protéger un des membres de la famille Colonna. Mais tout ceci n’est à présent que du passé…

    Pour le moment, je me dirigeais vers un petit bâtiment richement décoré. Je n’étais pas spécialement très couvert mais je n’avais pas non plus froid. Les autres passants, eux, semblaient frigorifiés. Ne pas ressentir le froid… était-ce dû à ma transformation en Akuma? Je l’ignorais en réalité… Ou était-ce peut-être parce que j’avais ce qu’on appelait du sang « froid ». Une drôle de particularité dont je ne saisis moi-même pas très bien l’explication mais qu’importe. Je me dirigeais donc à l’abri, dans la chaleur de ce petit café. Mes cheveux sombres étaient parsemés de flocons de neige. Ce que je faisais ici? J’avais un rendez-vous. Quoi? Que dites-vous? Une jeune demoiselle? Oh non… Il s’agit d’un garçon charmant que j’apprécie énormément. Gabriel Strange.

    Gabriel, mon petit et adorable Gabriel. C’est un scientifique donc un ennemi, je le reconnais… Je sais déjà ce que vous pensez. Un Akuma ne devrait pas fréquenter ses ennemis, surtout de cette sorte. Mais Gaby est un véritable petit ange. Il ignore ma nature d’Akuma, ce que je chercherais à lui cacher le plus longtemps possible… Il respire l’innocence de l’enfance malgré son âge bien avancé. Ses grands yeux me fascineront toujours autant. Un ange tombé du ciel. Un Ange Souillé. Le petit rayon de soleil qui réchauffe mon cœur… Avais-je encore un cœur? Je l’ignorais mais cette sensation, cette bouffée de bonheur qui m’envahissait à chacune de nos rencontres me laissait à penser que j’en possédais encore un… Je souris à l’idée de revoir son grand sourire tandis qu’un serveur du café s’approcha de moi, souriant.

    - Puis-je vous proposer la carte Monsieur?

    Aaaah l’accent français avait vraiment une touche de romantisme. C’était tout bonnement fascinant. J’aimais la France. Un pays qui, malgré le climat très changeant; conservait un charme inexorable et éternel. Je suis presque persuadé que d’ici quelques siècles, ce pays fera encore parlé de lui pour ses merveilleux paysages. L’Italie me manquait certes, mais je ne retrouverais jamais le charme français dans ma terre natale. J’esquissa un sourire à l’intention du serveur puis prit place à une table dans un coin ni trop sombre, ni trop lumineux.

    - J’attends un ami, repassez plus tard per favore.
    - Oh bien sûr Monsieur!

    Il s’éclipsa alors et je l’entendis dire à l’homme derrière le comptoir que j’étais italien. J’avais oublier que la France avait son lot de commérage lui aussi. Enfin, il ne s’agissait pas tellement de ragots puisque j’étais bel et bien italien mais les nouvelles se rependaient vite. Je sortis ma montre à gousset de ma poche puis regarda l’heure. J’espérais que Gabriel n’ait pas oublier notre rendez-vous. Enfin le connaissant je doute que non mais je m’inquiétais de savoir s’il trouverait facilement le café… Je pris donc mon mal en patience. L’envie de le revoir s’intensifiait de seconde en seconde. J’avais réellement besoin de le revoir lui et son adorable visage


Dernière édition par Lucio Mancini le Ven 31 Déc - 3:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité




MessageSujet: Re: Un tendere e dolce appuntamento [ Pv Gaby ♥ ] [/!\ Yaoi (a)] Mer 1 Déc - 8:18

✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿

J’étais tout excité ! Vous allez sûrement me demander pourquoi et bien, je vais vous répondre. En faite aujourd’hui j’ai un rendez-vous avec quelqu’un que j’adore. On a rendez-vous dans un petit café de la fameuse capitale française Paris. Et en plus il neige ! Vous devriez me voir un véritable gosse ! J’avais vraiment hâte de le revoir en tout cas. Ça faisait un petit moment quand même que je ne l’avais pas vu. Ah ... vous devez sûrement vous demander de qui je parle. Cette fameuse personne s’appelle Lucio mais je l’appelle toujours Lulu. C’est devenu une véritable habitude de l’appeler comme ça et en plus j’aime bien. J’étais tellement content en tout cas que je n’arrivais pas à tenir en place. J’avais beaucoup trop hâte ! Je regardais de l’intérieur du carrosse réserver spécialement aux membres de la congrégations, la neige tombée. C’est tellement beau la neige. C’est vraiment quelque chose que j’aime énormément. J’avais tellement hâte d’être arriver. Même si à la base si je suis à Paris ce n’est pas du tout pour cette raison. On a besoin de moi pour deux trois choses mais bon puisque j’ai vraiment beaucoup de temps avant j’en profite. Car oui la personne que l’on attend est en retard et pense ne pas arriver avant aux moins deux jours. Donc je peux en profiter malgré le froid. Et surtout j’ai aussi envie de profiter de faire les fameuses boutiques de Paris pendant la période de Noël. Je faisais souvent les boutiques pour Noël avec ma famille et Swann donc c’est devenu une habitude. Même si maintenant je ne fête plus vraiment Noël. Je ne suis plus avec mes sœurs et Swann n’est plus là donc je préfère rester dans ma chambre et me reposer. En tout cas j’aimerais bien pouvoir fêter Noël comme avant, je ne dirais pas non. Je m’amusais tellement aussi !

Lorsque le carrosse s’arrêtait je ne perdais pas de temps pour sortir ! Les traqueurs qui étaient avec moi savaient très bien qu’en attendant j’avais des choses à faire. Au débuts ils ne voulaient pas me laisser seuls mais j’ai fais les yeux doux et j’ai réussi à pouvoir faire ce que je voulais. Je n’avais aucune envie que ces traqueurs viennent gâcher mes « retrouvailles » avec Lulu. Je crois que j’étais un peu en avance pour l’instant et donc prenais mon temps pour aller jusqu’au café. J’avais regarder plusieurs boutique en passant. La ville était recouverte de blanc et moi avec. Entre les flocons qui tombaient et ma tenue ! Car oui je n’avais que du blanc par pur caprice de ma part. Mais jamais bien ma tenue. Malgré le froid qui régnait contrairement à certaines personnes je n’avais pas si froid que ça. Mon manteau était vraiment parfait pour se genre de situation ! Je voyais bien que les gens autour de moi me regardaient et parfois disaient quelques murmures pour lesquelles je ne prêtais aucune attention. Que vient faire un écossais ici vous demandez-vous certain ? Et bien j’ai rendez-vous avec un italien que j’ai hâte de voir... Parmi tout ce blanc on pouvait quand même bien voir mes cheveux bleu-vert et mes yeux de la même couleurs. La plus part des choses autour de moi étaient vraiment bien gelés et les gens se précipitaient pour rentrer chez eux. Ils devaient tous avoir vraiment froid. Moi je viens du nord alors je suis habitué à des températures pas très chaudes. Je soufflais et de la buée en forme de fumer sortait de ma bouche. Quand j’étais petit et même maintenant encore cela m’amuse de souffler comme ça. Je suis un véritable enfant et cela ne me dérange guère. Je pense d’ailleurs que cette innocence que j’ai garder me permets de tenir pour les choses sombres.

Enfin assez pensées, il faut que je me dépêche maintenant. Je marchais à présent un peu plus vite pour être sûr d’arriver à l’heure. Un moment j’ai faillis glisser mais je me suis rattrapé à temps, heureusement d’ailleurs. Je faisais pas assez attention tellement j’étais pressé et ce n’était pas le moment que je me fasse mal. En tout cas même si maintenant je me concentrais j’allais toujours aussi vite. Blanc ... La neige ... Tout ce qui représente la pureté. Et dire que parfois je voudrais teinté cette neige d’une couleur plus vive. J’ai envie et parfois je n’ai pas envie ! Ce ne sais définitivement pas ce que je veux réellement, il va falloir que je choisis à un moment ou un autre. En tout cas pour l’instant je ne veux pas réfléchir. Tout ce que je veux c’est arriver le plus vite possible pour aller voir Lulu. Mais en tout cas j’aurais préféré arrivé à un endroit plus près du café où l’on a rendez-vous. Je n’ai pas envie de le faire patienter trop longtemps... J’étais épuisé lorsque j’étais arrivé devant le café. J’avais tellement voulu faire en sorte d’être à l’heure que du coup je n’en peux plus ! Mais en tout cas ça m’a bien réchauffé tout ça. De l’extérieur du café je voyais Lulu mais je me demandais s’il me voyait... ? Sûrement pas. Je suis petit et je suis habillé en blanc en prime donc c’est pas vraiment pratique. Je rentrais dans le café doucement et un serveur vient me voir et me demandait toutes sorte de choses. Je lui répondis assez vite et en français puisque j’ai appris cette langue mais parfois quelque mots en anglais s’échappaient d’entre mes lèvres et se mêlaient au français. Ensuite je m’approchais rapidement de la table où se trouvait Lulu. J’étais vraiment content de le voir et cela se voyais ! Je souriais à cœur joie et lui dis en m’installant en face de lui :


_ Je ne t’ai pas fais attendre au moins ? J’ai fais le plus vite que j’ai pu !

Une fois assis, je le regardais dans les yeux. Lulu avait vraiment de beaux yeux bleu. J’étais tellement content de le revoir. J’étais vraiment mais vraiment heureux et je faisais au mieux pour garder mon excitation pour tout cela. J’allais avoir la tchatche aujourd’hui ! Mais comme je le dis j’étais tellement content pour une fois. Je dis ensuite :


_ Alors dis-moi tout ! Comme ça va ? Quoi de neuf ?


Un véritable gosse complètement excité !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité




MessageSujet: Re: Un tendere e dolce appuntamento [ Pv Gaby ♥ ] [/!\ Yaoi (a)] Mer 8 Déc - 8:44

On ne donne pas rendez-vous à ses rêves. Ils viennent vous rendre visite quand ils en ont envie et pas quand vous en avez besoin.




    Il était arrivé telle une tornade blanche. Je ne l’avais même pas senti arrivé. Mes iris s’arrondirent à sa vue. Il n’avait pas changé, toujours aussi adorable. Ses cheveux verts et ses grands yeux expressifs. Un véritable petit ange. Mon ange. Jamais je n’oserais le lui dire toutefois… Gabriel est un scientifique de la Congrégation… un ennemi. Je ne devrais pas éprouver autant de sympathie à son égard. Je devrais le tuer, lui ôter la vie qui anime son fragile petit corps… mais non. Je n’y arrive pas. Une fois j’ai entendu Tasha-sama parler de Gabriel à Ablyss-sama… Elle disait qu’elle se ferait une joie de le tuer après avoir lu ses secrets. Si je m’interpose, je me ferais tuer… Mais qu’importe. Si c’est pour Gabriel, je ferais tout.

    - Je ne t’ai pas fait attendre au moins? J’ai fait aussi vite que j’ai pu!
    - Haha! Ne t’inquiètes pas. C’est un réel plaisir de te revoir Gabriel.

    J’hésitais souvent à l’appeler Gaby. J’avais peur qu’il me trouve trop familier, trop grossier envers lui. Je suis italien d’origine, lui est écossais. Je doute que l’on ait les mêmes coutumes en ce qui concerne la politesse… Enfin cela fait un petit moment déjà que lui et moi nous connaissons mais… j’étais assez gêné. Mon côté timide ressortait davantage lorsque j’étais en sa présence. Je savais très bien que, dès son arrivée, à la vue de sa frimousse refroidie par le temps, mes joues avaient pris une teinte un peu rouge. Chose à mettre sur le compte du froid.

    - Je venais d’arriver, ne t’en fais pas.
    - Alors dis-moi tout! Comment ça va? Quoi de neuf?

    J’esquissa un sourire amusé. Toujours aussi pressé. Comme un jeune enfant qui voulait partir à la découverte du monde. J’avais toujours l’impression qu’il s’épanouissait à chaque fois que l’on se voyait. A croire qu’il était vraiment jeune et qu’il n’avait pas le temps de découvrir les beautés de ce monde… Bon en même temps, être un scientifique de la Congrégation, ce n’est pas de tout repos d’après ce que j’ai entendu de certains de mes…congénères. Toutefois, je devais faire mine de ne rien savoir, d’être un être innocent et ignorant.

    - Haha della calma, della calma. Reprends d’abord ton souffle Gabriel.

    Il était vraiment à croquer. J’adorais sa personnalité pleine d’énergie. C’était vraiment adorable.

    - Je me porte bien ma foi… Je n’ai pas grand-chose à raconter… Et toi? Comment vas-tu? Tu as encore quitté ton travail juste pour moi?

    Gaby avait apparemment pris la fâcheuse habitude de quitter la Congrégation pour venir me voir. Ce pouvait être dangereux pour lui… Je ne me pardonnerais jamais s’il lui arrivait un malheur par ma faute. Gaby était un peu la seule personne qui m’acceptait sans chercher à savoir ce que j’étais réellement. Jamais il n’avait été indiscret. Je crois que l’idée que je sois un Akuma ne l’avait même pas effleuré. Enfin je n’en sais trop rien au final.

    - Hm, oh tu veux boire quelque chose en particulier? Ou tu préférerais que l’on aille se promener? C’est toi qui choisis aujourd’hui ~
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité




MessageSujet: Re: Un tendere e dolce appuntamento [ Pv Gaby ♥ ] [/!\ Yaoi (a)] Dim 12 Déc - 3:33

✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿

J’étais tellement content que c’en était … inexplicable pour l’instant ! En tout cas mon sourire s’était belle et bien agrandit lorsque je vis Lulu. J’avais eu tellement hâte d’être ce jour là et maintenant j’ai tout autant surexcité de ce que l’on allait bien pouvoir faire. Ca faisait tellement longtemps aussi. J’avais déjà plein d’idée en tête en plus. Même si aussi j’espérais que les traqueurs aient fait comme je leur ai dit et qu’ils ne m’ont pas suivis ! Et même si c’est le cas, je ne retournerais pas avec eux à l’hôtel où devait se passer le rendez-vous pour lequel j’étais ici. Il en était hors de question, j’avais trop attendu cette journée pour que l’on vienne me la gâcher. Une fois que je fus installer en face de Lulu, les mots sortaient tout seul de ma bouche ! Malgré tout Lulu me répondait :

- Haha! Ne t’inquiètes pas. C’est un réel plaisir de te revoir Gabriel.
_Pour moi aussi c’est un réel plaisir de te revoir Lulu.
- Je venais d’arriver, ne t’en fais pas.


Il avait esquissé un sourire amusé par mon côté si débordant d’énergie. Toutes mes questions sortaient les unes après les autres. Je ne pouvais pas m’en empêcher, il y avait tellement de chose que je voulais faire avec lui et si peu de temps. Pourquoi est-ce que l’on nous accorde si peu de temps ? Enfin même si moi j’ai déjà 2 jours devant moi avant que mon « fameux rendez-vous » pour la congrégation arrive. Je n’avais pas hâte parce que ça voudrait dire que je devrais retourner dans ma tour qui n’est certes pas d’ivoire mais c’est comme une sorte de cage. Non je n’avais pas envie, je ne voulais pas penser à ça. Donc balayons ces mauvaises pensées et n’en parlons plus aujourd’hui. Je suis avec Lulu et personne d’autre et je vais consacrer ma journée qu’on le veuille ou non juste à Lulu. Je voudrais bien le voir plus souvent en plus ! Maudits papier qui viennent toujours en masse !!!

- Haha della calma, della calma. Reprends d’abord ton souffle Gabriel.
_Appelle mon Gaby comme tout le monde Lulu, ça ne me gêne pas !


Je me calmais donc et repris mon souffle ce qui faisait descendre mon rythme cardiaque mais en aucun cas mon excitation !

- Je me porte bien ma foi… Je n’ai pas grand-chose à raconter… Et toi? Comment vas-tu? Tu as encore quitté ton travail juste pour moi?
_Tant mieux alors. En tout cas moi je vais bien, très bien même pour tout dire ! Oui et non je n’ai pas spécialement quitté mon travail mais si en même temps… J’ai rendez-vous pour le travail avec une personne qui n’arrivera que dans deux jours alors j’en profite même si ceux qui sont avec moi sont assez réticent. Mais je m’en fiche, j’avais bien trop hâte de te voir !


Quand je dis que les mots sortent tout seuls ! Juste pour deux, trois questions je sors un pavé en guise de réponse ! Mais en même temps j’ai tellement de chose à lui dire que … ça fait rien comparé à tout ce que je veux dire. Et puis … ah j’ai vraiment trop de chose à dire. Bon calmons nous d’abords et ensuite réfléchis à ce que tu veux faire ou dire en premier et non sortire tout en même temps ….. Non, c’est impossible ! Il y a beaucoup trop de choses. Je sortis en tout cas de mes pensées tout emmêlées lorsque Lulu me dit :

- Hm, oh tu veux boire quelque chose en particulier? Ou tu préférerais que l’on aille se promener? C’est toi qui choisis aujourd’hui ~
_ Et bien je suis d’accords pour que l’on aille se promener mais d’abords ce n’est pas de refus de boire quelque chose de chaud car je suis congelé !


Il est … adorablement trop gentil. Ca ne veut peut-être rien dire mais ce n’est pas grave. Vous devez sûrement comprendre à présent pourquoi je l’adore ?! En tout cas après tout cela je fis signe au serveur de venir. Il vint alors au bout de cinq minutes après avoir débarrasser une table et nous demandait ce que l’on désirait. Je répondis avec mon accent Ecossais non caché :


_ Juste un lait chaud s’il-vous-plaît. Et toi Lulu ?


Car oui je parle couramment français. En plus de ma l langue natale, j’ai belle et bien appris le français que ce soit en écriture ou à l’orale et je peux vous dire que j’y ait passé assez de temps pour tenir une très longue conversation. Même si c’est vrai qu’il arrive par habitude que quelques mots anglais sorte d’entre mes lèvres. Le serveur fut un peu surpris par mon accent cela se voyait dans ses yeux mais ne dis rien et une fois la commande prise allait au bar pour nous amener ce que l’on avait souhaité avoir tout en discutant sûrement de nous, vu les regards vers notre table, avec d’autres serveurs. Je dis ensuite à Lulu :

_Est-ce que tu sais faire du patin à glace ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité




MessageSujet: Re: Un tendere e dolce appuntamento [ Pv Gaby ♥ ] [/!\ Yaoi (a)] Dim 19 Déc - 9:30

Les êtres sont régis par des rapports de séduction.



    Gabriel commanda un lait chaud. Je ne pus m’empêcher de l’imaginer avec des oreilles et une queue de chat. Je regarda le serveur dont le regard était dirigé vers Gabriel. Je fronçais le sourcils en voyant le regard intéressé que lançait ce serveur à Gabriel. Autant dire que je n’ai pas du tout apprécié. Je resta néanmoins le plus naturel possible.

    - Si ce serveur daigne m’adresser, ne serait-ce qu’un regard, je commanderais un chocolat chaud.

    Le serveur eut une sorte de petit sursaut et me regarda enfin, prit ma commande et s’éloigna. Je le toisa un moment de mes prunelles bleues puis me concentra sur Gabriel avec un large sourire. Il était tellement adorable, tellement mignon qu’il était difficile de ne pas le remarquer. On le croirait tout droit descendu du ciel. Un parfait petit ange dont les ailes sont parfaitement dissimulées sous une carapace que je devine aisément.

    - Est-ce que tu sais faire du patin à glace?
    - Du patin… à glace? Non… j’ignore même de quoi il s’agit pour être honnête…

    Chez moi, en Italie, il est assez rare de voir de la neige. Surtout là où la famille Mancini domicilie. De ce fait, j’étais un peu gêné d’admettre que je ne connaissais pas cette activité. Mais vu le nom, je suppose qu’il s’agit de faire du patinage sur de la glace. Je ne suis pas très à l’aise sur le sol gelé. J’ai toujours peur de glisser. Si Gabriel souhaite patiner, je l’y accompagnerais mais je resterais sur le côté… Le serveur revint alors avec son plateau et nous donna nos boissons. Une nouvelle fois, il fixa, un peu trop longtemps à mon goût, Gabriel. Un seul regard de moi lui fit comprendre que s’il tentait quoi que ce soit, il mourrait. Je le vis pâlir puis il partit en riant jaune. Il avait raison de partir. Si jamais il avait tenté quoi que ce soit, j’aurais tiré mon revolver de sa protection et l’aurait abattu sur place. Heureusement pour lui, il saisit le message dissimulé à travers mon regard farouche.

    Mon regard se tourna ensuite vers Gabriel qui, visiblement, ne s’était aperçu de rien. Enfin je crois. Pourvu qu’il n’ait rien vu! Je ne voudrais pas qu’il croit des choses fausses. Ça pourrait nous éloigner encore davantage… Je porta la tasse de couleur blanche à mes lèvres, souffla un peu puis but une gorgée de la mixture brunâtre. J’adorais le chocolat chaud. Ce petit goût sucré et cette forte présence de cacao suffisait à me rendre le sourire. Ma boisson favorite sans aucun doute. Je reposa doucement ma tasse et fixa Gabriel en souriant.

    - Tu voudras en faire de ce…patin à glace? Je peux t’y accompagner sans problème.

    Je souris puis, entendant une petite agitation, je tourna mon regard vers le comptoir du café. Là, le serveur nous jetait des regards rapides tout en discutant avec une serveuse. Je la vis hocher la tête à l’intention de son camarade puis ils me sourirent tous les deux. Ceci n’envisageait rien de bon. Mon regard se tourna alors vers les prunelles bleues vertes de Gabriel.

    - Tu as bientôt fini?

    J’étais inquiet, inutile de le cacher. Cette fille, la serveuse, s’avança vers nous. Je sentis une certaine tension. J’ignorais ce qui allait se passer mais si jamais ça tournait mal, mon secret serait dévoiler à toutes les personnes présentes, dont Gabriel. Et je ne voulais pas qu’il me voit sous ma forme d’Akuma. La jeune fille avait des yeux couleur ambre et une longue chevelure blonde. Etrange, des yeux ainsi… Je l’observais un moment. Était-ce une Noah? Des yeux pareils… c’était troublant mais il ne pouvait pas s’agir d’une Noah. Je l’aurais senti plus tôt. Elle arriva donc, tout sourire puis appuya ses mains sur notre table en me fixant.

    - Bonjour ~
    - …Buongiorno.
    - Alors vous êtes bel et bien italien! Il est rare de voir des italiens ici à Paris! Des italiens aussi beaux en tout cas ~

    La jeune fille me souriait de toutes ses dents. Elle me courtisait? Ouvertement en plus… Chose qui me fit sourire. Pourquoi? Tout simplement parce que je n’entrerais pas dans son jeu. Même pour lui faire croire que je suis intéressé. Je ne joue jamais avec les sentiments des gens, même étant devenu Akuma. Si je ne suis pas intéressé, je le fais clairement comprendre. Pauvre Gabriel… devoir assisté à ça… Il risquerait de changer d’opinion sur moi… Il allait croire que je n’étais qu’un vulgaire Don Juan qui parcourait Paris à la recherche de quelques demoiselles à déflorer. C’était si pathétique…

    - Hm… Je vous remercie pour votre compliment Signorina. Toutefois, je suis au regret de vous informer que je ne puis répondre à votre…

    Elle me coupa alors en posant un doigt sur mes lèvres. Elle me regardait avec une expression des plus charmeuses, tentant vainement de me séduire et ignorant royalement Gabriel. Je le regarda alors d’un air désolé. Lui affliger un tel spectacle me rendait très mal à l’aise…
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité




MessageSujet: Re: Un tendere e dolce appuntamento [ Pv Gaby ♥ ] [/!\ Yaoi (a)] Dim 19 Déc - 10:36

✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿

- Du patin… à glace ? Non… j’ignore même de quoi il s’agit pour être honnête…

Malgré tout je souriais. J’adorais faire du patin à glace et sans me vanter j’étais doué. Alors si Lulu voulait en faire avec moi, ce ne serait pas un problème. J’imagine très bien comment cela se passerait d’ailleurs ! En tout si Lulu accepte de m’accompagner sans pour autant aller sur la glace, je lui montrerais avec plaisir ce que je sais faire sur celle-ci. L’avantage de vivre dans un pays où la neige et la glace sont assez connues en hiver ! Le serveur arrivait alors avec nos commandes et les posait doucement sur la table. Je le laissais faire, mes yeux étant plutôt rivés sur Lulu. Je regardais quelque instant Lulu porter sa tasse à ses lèvres puis finit par me concentrer sur ma propre tasse. Je la pris doucement dans l’une de mes mains et portais à mon tour la tasse à ma lèvre, me délectant de cette saveur si étrange appelée « lait » ! Je reposais ensuite ma tasse. Et regardait aussi Lulu, qui me regardait et qui me dit aussi :

- Tu voudras en faire de ce…patin à glace ? Je peux t’y accompagner sans problème.
_Si ça ne te gêne pas je veux bien.


J’étais content que Lulu accepte de m’accompagner. Oui j’étais vraiment content. Ca faisait tellement longtemps que je n’avais pas fais de patin à glace. Pourtant on peut dire que je me souviens parfaitement de tout ! Lulu sourit alors je répondis à son sourire par un sourire doux… J’entendais quelques bruits du comptoir mais m’en occupait point. Je me fichais un peu de ce qui se passait là-bas, je préférais rester concentrer sur Lulu ! Lulu me dit alors :


- Tu as bientôt fini ?
_Oui presque.


Je pris ma tasse et finissait ce qu’elle contenait encore assez rapidement. Je sentis alors quelqu’un venir dans notre direction. Je tournais la tête et vis une jeune fille aux yeux couleurs ambres et aux cheveux blonds. Elle s’approcha de nous et posait ensuite ses mains sur notre table en fixant Lulu. Elle et Lulu échangèrent deux, trois paroles. Celle-ci ne me prêtait aucune attention comme si je n’étais qu’une ombre. Elle lui souriait et je compris très bien ses intentions ; et alors que Lulu allait refusé sa demande elle lui coupait la parole en posant son doigt sur sa bouche, tout en continuant de le regarder. Lulu, en revanche, me regardait moi d’un air assez désolé. Je lui souris à lui, je savais que ce n’était pas de sa faute. Et commençant à ne plus supporter cette demoiselle, je regardais les serveurs du bar qui avaient l’air de parler de nous. Je regardais surtout celui qui nous avait servit. Il me regardait alors et je fis un sourire glacé faisant bien comprendre sans dire quoi que ce soit que si cette fille ne partait pas, elle serait très vite vexé et sans que je ne mâche mes mots. Je ne mâche jamais mes mots d’ailleurs, je reste toujours franc. Si j’ai quelque chose à dire je le dis mais je fais en sorte que cela n’engendre pas de trop gros problèmes. Le serveur s’approchait alors et tapait doucement sur l’épaule de la jeune fille. Elle se retourna et suivit le serveur lorsque celui-ci lui laissait un regard que j’avais très bien compris. Ils partirent tout le deux vers le bar. Je concentrais alors mon regard sur Lulu et lui dit :

_ Et si on y allait ?

D’ailleurs je n’attendais pas spécialement une permission pour le faire. Je payais puis regardant Lulu, je finis par lui prendre sa main dans la mienne et de sortir avec lui, montrant un dernier sourire glacé aux deux serveurs. Je ne laisserais personne gâcher cette journée que j’attendais tellement ! Lulu et moi sortions du bar puis continuant de lui tenir la main, je le dirigeais vers là où se trouvait la patinoire. J’étais content d’être avec lui et à lui, je lui adressais un sourire vraiment doux. Continuant de marcher dans la neige dans les longues aller principales de Paris, j’essayais de penser à ce que l’on pourrait faire. Je ne voulais pas que cette journée passe trop vite ! Je voulais vraiment qu’elle continue longtemps, encore et encore. Je lui demandais alors :

_Aujourd’hui, tu as envie de faire quelque chose de précis ?

Je voulais savoir si lui avait envie de faire quelque chose. Je ne voulais pas être le seul à m’amuser… Pas longtemps après nous arrivions à la patinoire. Je regardais Lulu et voyait bien que cela ne le tentait pas de venir sur la glace. J’hésitais à le laisser, mais comme une envie enfantine me poussait à y aller pourtant. Je mis des patins et décidais d’y aller quand même. Je patinais d’abords doucement et accélérais petit à petit. Je finis par aller assez vite mais pas trop non plus pour ne pas que je tombe. En vérité cette patinoire là que pendant l’hiver. Donc j’en profitais pour l’instant. Je regardais Lulu puis commençais à faire deux, trois petites figures que Victoria, ma grande-sœur m’avait apprit à faire. Et au bout d’un moment, je revenais vers Lulu et lui dis :

_Tu es sûr de ne pas vouloir venir ? Je resterais avec toi et irais doucement si tu veux.

Oui j’avais envie qu’il vienne mais s’il ne voulait pas, je ne voulais pas non plus le forcer à venir juste pour me faire plaisir, sûrement pas ! Je le regardais dans les yeux, restant à côté de lui. Malgré tout ce que j’avais pour ne pas avoir froid après ces quelques mouvements de patins, j’ai les joues gelées ! Et du coup, je crois qu’elles sont rouges du coup. C’est gênant dans un sens, car avoir les joues rouges c’est pas ce qu’il y a de plus … je sais pas comment dire mais je pense que vous m’avez compris ! Je continuais en tout cas de regarder Lulu puis lui dis à nouveau :

_ Ce n’est que le début de la journée pourtant je n’ai pas hâte qu’elle se termine ! J’ai attendu tellement longtemps, que je ne veux penser à rien d’autre sauf à aujourd’hui.

Oui j’avouais mon point de vue dans un sens. Je ne disais pas tout ce que je pensais car c’était un peu gênant dans un sens mais sinon je n’avais pas honte de dire que je ne voulais pas que cela se termine. En tout cas je sens que ce soir je vais être épuisé de m’être autant amusé. J’aimerais que plus de jour soit ainsi et nos pas être en train de travailler pour une guerre qui commence à me taper un peu sur le système ! J’ai envie de m’amuser, de profiter, d’être avec ceux que j’aime et pleins d’autres choses que ça ! En tout cas je continuais encore de regarder Lulu, me demandant dans un sens ce qu’il pensait lui…
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité




MessageSujet: Re: Un tendere e dolce appuntamento [ Pv Gaby ♥ ] [/!\ Yaoi (a)] Jeu 30 Déc - 23:14

Il n'y a rien sur quoi plane autant de séduction et de malédiction que sur un secret.



    Nous nous étions rapidement retrouvés dehors. Le froid mordit mes joues si bien que j’enroula mon écharpe de façon à ne pas prendre trop froid. Ressentais-je vraiment le froid d’ailleurs? N’était-ce pas une simple illusion causée par mon cerveau encore…humain? Qu’importe. L’important à présent n’était pas les illusions causées par mon esprit mais c’était Gabriel. Mon petit Gabriel. C’était bien égoïste de ma part de me l’approprier ainsi mais… j’avais le sentiment que ça ne le dérangeait pas et que lui-même faisait la même chose. Sinon il n’aurait pas pris ma main pour sortir de ce café où cette serveuse tentait de me séduire.

    - Tu es sûr de ne pas vouloir venir ? Je resterais avec toi et irais doucement si tu veux.

    Gabriel me sortit de mes songes. Il était déjà perché sur la glace, chaussant des patins. J’esquissa un large sourire. Il semblait heureux et c’est tout ce qui m’importait à moi. Son sourire suffisait à me réchauffer. J’aurais voulu le prendre dans mes bras et ne jamais plus le lâcher, qu’il reste avec moi pour l’éternité… mais c’était un caprice bien égoïste de ma part…

    - Je ne suis pas très à l’aise sur la glace, perdone… Mais vas-y, montre-moi ce que tu sais faire, j’en serais extrêmement ravi.
    - Ce n’est que le début de la journée pourtant je n’ai pas hâte qu’elle se termine ! J’ai attendu tellement longtemps, que je ne veux penser à rien d’autre sauf à aujourd’hui.

    Il était venu prêt de moi tandis que je m’appuyais sur le rebord de cette rambarde de protection. Mes yeux furetèrent autour de nous, suivants quelques patineurs téméraires et quelques enfants maladroits qui semblaient beaucoup s’amuser. Je souris. Je devais être un Akuma bien étrange pour ressentir ce genre de choses… Mon regard se tourna ensuite vers Gabriel. Ses joues étaient rouges, ce qui me fit sourire. Je ne devinais que trop bien la cause de cette rougeur si bien que j’attrapa doucement son bras et le fit glisser juste devant moi. Mes mains se posèrent alors sur ses joues et mon front sur le sien.

    - Tu vas attraper froid si tu restes plus longtemps comme ça.

    Je relâcha alors doucement son visage et ôta mon écharpe que j’enroula autour de son cou comme je le faisais moi-même afin de protéger mes joues. Je ne pus retenir un rire avant de tapoter gentiment sa tête et de le tourner de nouveau vers cette étendue de glace. Je le poussa alors gentiment mais pas trop fort. S’il tombait par ma faute et qu‘il se blessait, je m’en voudrais éternellement. Un large sourire étira mes lèvres lorsque je le contemplais s’adonner à cette drôle d’activité qu’était le patinage. C’est alors que je sentis une main se poser sur mon bras. Je bondis alors, une main cachée dans l’intérieur de ma veste, prêt à me battre. Cependant, je me ravisa rapidement en voyant l’identité de la personne. Il s’agissait de cette serveuse. Nous avait-elle suivi jusqu’ici? Ou n’était-ce qu’une simple coïncidence? Personnellement, je n’ai jamais cru au hasard. Elle était souriante, ce qui me rassura suffisamment pour ôter la main de ma veste, là où dormait mon arme.

    - Quelle heureux hasard de se retrouver ici!

    C’est bien ce qu’il me semblait. Elle nous avait suivi Gabriel et moi. Je la vis alors se rapprocher de moi, un peu, doucement. Une technique d’approche bien voyante. Je soupira discrètement. Gabriel risquerait de ne pas apprécier.

    - …Oui, un drôle d’hasard Signorina…

    Je la vis rougir, visiblement contente. C’était si pathétique que je détourna la tête de son visage pourtant bien formé. Une véritable jeune fille que beaucoup d’hommes s’arracheraient. Un visage bien encadré par sa chevelure d’or et des prunelles ambres brillantes. Une belle jeune fille, inutile de le nier. Je m’appuya alors de nouveau contre la rambarde. Cette fois, mon regard n’était pas dirigé vers Gaby mais plutôt ailleurs. Je ne fixais rien en particulier, je cherchais juste un bon moyen de me débarrasser de cette demoiselle en quête d’amour. Il était hors de question qu’elle vienne troubler mes précieux moments avec Gabriel plus longtemps.

    - Vous êtes partis bien précipitamment tout à l’heure… Vous aurais-je froissé?
    - Non, pas du tout. Mon ami voulait patiner…
    - Je vois, c’est bien contraignant.

    Je me redressa, la fixant alors, légèrement tourné vers elle. Cette manière de parler de Gabriel ne m’avait, avouons-le, absolument déplu. De quel droit se permettait-elle de parler ainsi de lui devant moi? Voulait-elle mourir? Qu’à cela ne tienne si c’était le cas, je m’en chargerais! Je la vis alors, tout sourire, commencer à s’approcher de moi tout en simulant une mauvaise chute. Pour camoufler le fait que j’avais deviné son petit manège, je me pris au jeu, m’avançant d’un pas pour qu’elle se rattrape à moi. Ce qu’elle fit de manière très théâtrale en s’écrasant contre mon torse, calant sa tête contre mon buste et prenant une expression surprise. Elle leva ses yeux vers les miens. J’vais pris, pour l’occasion, une mine inquiète.

    - Est-ce que ça va?
    - O-oui, je vous remercie…

    Ses yeux brillaient beaucoup. Finalement je n’aurais peut-être pas du jouer le jeu… La voilà qui s’entichait davantage de moi. C’était bien ma veine. Mon regard chercha alors la forme de l’angélique visage de mon Gabriel. Je n’eus pas le temps de chercher plus longtemps que je fus interpellé par un « Je dois vous remercier comme il se doit ». Je voulus répondre que ce n’était pas nécessaire mais elle insista et tourna mon visage vers elle pour m’embrasser. J’écarquilla les yeux tandis que nos lèvres s’étaient rencontrées. Je la repoussa assez brusquement tout en m’essuyant la bouche en la contemplant avec des yeux énormes. Elle semblait contente d’elle tandis que je bouillais de rage. Ma main se crispa sur le bas de ma veste. Je tenta de rester le plus diplomate possible quand un doute m’assaillit. Gabriel avait-il vu? Mon cœur se serra alors. J’avais l’impression de l’avoir trahi, mais pourquoi ce sentiment? Un Akuma n’est-il pas sensé être dépourvu de sentiments?

    - P-perdone Signorina m-mais… je ne peux accepter vos sentiments.
    - Pourquoi? Ne suis-je pas assez bien pour vous?

    Elle me fit le coup des yeux larmoyants et de la mine toute suppliante à laquelle je résistais parfaitement. S’il avait s’agit de Gabriel, je n’aurais pas pu résister mais ce n’était pas le cas.

    - C-ce n’est pas ça Signorina mais… je ne peux vous aimer.
    - Vous en aimez une autre…pas vrai?
    - Ceci ne vous regarde en rien… perdone. Je… je vous demanderais de me laisser avec mon ami à présent, per favore.

    Visiblement, elle ne voulait pas lâcher prise puisqu’elle s’agrippa de nouveau à mon bras en arborant une mine déterminée. Mon dieu… une sangsue. N’ayant franchement pas l’habitude d’être courtisé ainsi, je ne savais pas quoi faire. J’aurais pu la tuer de sang-froid mais pas devant autant de monde. Si un exorciste était dans les parages, un combat serait inévitable et Gabriel serait impliqué, chose que je refusais de bloc en net. Et si on apprenait qu’un scientifique se promenait avec un Akuma, Gabriel risquerait d’avoir de plus gros problèmes que moi… Mon regard le chercha alors machinalement. Je ne voulais pas qu’on soit séparé, pas maintenant ni même jamais… Help…
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité




MessageSujet: Re: Un tendere e dolce appuntamento [ Pv Gaby ♥ ] [/!\ Yaoi (a)] Ven 31 Déc - 2:39

✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿

- Je ne suis pas très à l’aise sur la glace, perdone… Mais vas-y, montre-moi ce que tu sais faire, j’en serais extrêmement ravi.
_Ce n’est pas grave ! Et d’accord !


Lulu s’appuyait sur la rambarde de protection, tandis que j’étais proche de lui. Il souriait et je restais là à le regarder sans dire un mot. Je pourrais rester pendant un long moment ainsi mais je pense qu’il ne valait mieux pas ! Je fus surpris lorsqu’un moment il attrapa mon bras et me fit glisser vers lui, pour que je sois encore plus proche. Il souriait toujours, ce qui bien sûr me fit sourire à mon tour. Il posa ses mains sur mes joues et son front contre le mien. J’avais déjà les joues rougit par le froid donc cela ne se voyait pas mais j’avais un peu rougis. Je gardais mes yeux ouvert et les plongeais dans ceux de Lulu. Je fus surpris lorsqu’il me dit :

- Tu vas attraper froid si tu restes plus longtemps comme ça.

Il me lâchait, alors doucement, puis ôta son écharpe et l’a mit autour de mon cou afin de protéger mes joues du froid. Je souris encore plus, il était adorable. Il eu un petit rire puis me tapota gentiment la tête avant de me tourner vers la glace et de me pousser gentiment sur celle-ci. Je repartais donc patiner à droite à gauche en faisant quelque figures. Je regardais parfois Lulu qui lui aussi, visiblement, me regardait. J’étais vraiment content. Il n’y a pas à dire je ne veux pas que cette journée s’arrête, je suis tellement bien. Je ne suis pas dans cette cage qu’est la congrégation, entouré de toute ses personnes qui ne me comprennent pas. Là je suis tranquillement avec Lulu … Et il n’y (presque) personne pour nous embêter. En tout cas je n’accepterais en aucun cas que quelque vienne nous déranger. Ca fait bien trop longtemps que j’attend ce jour comme je l’ai bien dit plusieurs fois, d’ailleurs. Continuant de patiner tranquillement, je profitais de l’air frais qui malgré tout passais dans mes cheveux. Je gardais, aussi tout contre mon visage, l’écharpe de Lulu. C’est enfantin ce que je vais dire, mais j’aime bien parce qu’en plus son écharpe à son odeur. Un sourire encore plus joyeux fleurissait sur mon visage pendant que je continuais de patiner dans mes songes enfantines. Et puis au bout d’un moment je tournais la tête et là … Je vis cette serveuse qui était venu aborder Lulu dans le bar tout à l’heure. Je me mis de l’autre côté et en sorte à ne pas gêner personne et regardais ce qu’il se passait en essayant de me calmer un minimum. Je n’aimais en aucun cas comment elle agissait avec lui. Je voulais qu’elle parte et maintenant. Surtout que je voyais très bien que cela embarrassait Lulu. Mes yeux s’écarquillait lorsque je l’a vis embrassé Lulu. Même s’il l’a repoussa violemment en essuyant sa bouche, je sentis mon cœur se serrer malgré tout. Je ne comprenais pas vraiment mais ça faisait mal. Je restais là sans bouger, me calmant un peu. Alors lorsque je vis Lulu me chercher du regard, je n’attendis pas et allait directement vers là où il se trouvait… Je n’allais pas l’a laissé faire. Un sourire glacé s’affichait sur mes lèvres mais celui-ci était bien pire que les précédant. Là je n’allais pas me retenir !

J’arrivais au niveau de cette serveuse en un dérapage assez violent. Puis ensuite je m’appuyais sur la rambarde de sécurité et fixait droit dans les yeux cette serveuse. Un sourire givré sur les lèvres et un regard qui voulait tout dire. Je dis alors d’un ton assez joueur et un peu moqueur :

_ On m’avait dit que les française avaient une certaines élégance et grâce … Je vois que ce n’était que de l’ironie.
- Je ne vous permet pas de parler ainsi de moi.
_ Je n’ai guère besoin de permission, je ne fais qu’observer voyons.

Alors que je rabaissais encore un peu l’écharpe de Lulu pour qu’elle puisse bien voir le sourire glacé et méprisant que je lui offrait je voyais celle-ci bouillir intérieurement. Puis elle me dit :


- Et qui es-tu pour venir me parler ainsi ?
_ Oh, personne juste l’ami de cette personne que vous refusez de lâcher malgré tout. Et vous savez je ne suis pas autant galant que lui avec les femmes. Donc j’aimerais bien que vous arrêtiez de nous suivre et que vous partiez maintenant.
- De quel droit osez-vous me donner des ordres ?
_ C’est juste pour vous évitez d’être vexer mais si vous y tenez tant, soit alors !
- Et que comptez-vous me dire de si vexant ?


Je la regardais dans les yeux, attrapais son menton entre mes doigts ce qui l’obligeait à lâcher Lulu. Et je dis d’une voix froide. Cette fois je ne plaisantais plus du tout. J’en avais plus qu’assez pour tout dire. Je dis alors :

_ Ecoutez-moi bien parce que je ne le redirais pas deux fois. Partez et maintenant. Lucio est même trop gentil à mon goût de vous adressez la parole. Vous ne le méritez même pas vu votre comportement. Il a déjà essayer de vous faire comprendre qu’il ne voulait pas de vous mais vous insistez et vous insistez sans le laisser parler. En plus vous nous suivez et après vous osez pleurer pour avoir été refuser gentiment. Vous devriez avoir honte de votre comportement…

A peine venais-je d’avoir fini ma phrase qu’elle enlevait ma main de son menton avant de me mettre une gifle. Je fus assez surpris au point que mes yeux s’écarquillèrent quelques secondes. Je reculais un peu et mis ma main sur ma joue. Je la regardais alors un instant pour regardais Lulu, je me demandais bien comment il allait réagire à tout ça. En tout cas dans un sens, en y repensant maintenant j’ai montré un côté de moi à Lulu pas très plaisant. J’aurais aimé ne pas lui montré ce côté mais cette fille m’énerve. Je regardais Lulu puis baissait un peu les yeux, attendant sa réaction qu’elle soit bonne ou mauvaise. Mais sur le cou juste de me dire qu’il est une réaction déçu, faisait que mon cœur se serait encore sans que je ne comprenne vraiment pourquoi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité




MessageSujet: Re: Un tendere e dolce appuntamento [ Pv Gaby ♥ ] [/!\ Yaoi (a)] Ven 31 Déc - 3:41

Il faut se quitter souvent pour s'aimer toujours.



    Gabriel s’était alors rapproché. Je vis ce sourire glacial sur ses lèvres, cette fureur dans son regard. Mais pourquoi réagissait-il ainsi? C’était… surprenant venant de lui. Je fus surpris de le voir s’exprimer ainsi d’ailleurs. C’était bien la première fois que je le voyais parler ainsi à quelqu’un.

    - On m’avait dit que les française avaient une certaines élégance et grâce … Je vois que ce n’était que de l’ironie.
    - Je ne vous permet pas de parler ainsi de moi.
    - Je n’ai guère besoin de permission, je ne fais qu’observer voyons.

    Je ne disais rien. Je ne pouvais rien dire de toute manière. J’étais trop choqué par l’attitude de Gabriel pour pouvoir prononcer ne fut-ce qu’un seul mot. Mes prunelles bleues firent la navette entre la française et l’écossais. Cette fureur qui habitait Gabriel à cet instant était prodigieuse. Jamais je ne l’aurais cru s’énerver ainsi.

    - Et qui es-tu pour venir me parler ainsi ?
    - Oh, personne juste l’ami de cette personne que vous refusez de lâcher malgré tout. Et vous savez je ne suis pas autant galant que lui avec les femmes. Donc j’aimerais bien que vous arrêtiez de nous suivre et que vous partiez maintenant.
    - De quel droit osez-vous me donner des ordres ?
    - C’est juste pour vous évitez d’être vexer mais si vous y tenez tant, soit alors !
    - Et que comptez-vous me dire de si vexant ?

    Un sourire gêné s’étira sur mes lèvres tandis que l’impression d’être un genre de trophée disputé par deux athlètes ravageait mon esprit. C’est à cet instant que Gabriel attrapa le menton de cette jeune fille qui me cramponnait le bras. Son sourire était si glacial qu’il me fit frissonner. Une telle expression sur son visage d’ange était effrayante.

    - G-Gabriel…?
    - Ecoutez-moi bien parce que je ne le redirais pas deux fois. Partez et maintenant. Lucio est même trop gentil à mon goût de vous adressez la parole. Vous ne le méritez même pas vu votre comportement. Il a déjà essayer de vous faire comprendre qu’il ne voulait pas de vous mais vous insistez et vous insistez sans le laisser parler. En plus vous nous suivez et après vous osez pleurer pour avoir été refuser gentiment. Vous devriez avoir honte de votre comportement…

    J’écarquillais les yeux. Incroyable. Jamais, mais vraiment, jamais je n’aurais cru ça de lui. Et pourtant, ses morts me firent sourire. Le voir ainsi se rebeller juste pour moi était trop adorable, vraiment. C’est alors qu’elle osa. Je vis sa main se lever puis finir violement sa course sur la joue de Gabriel. Elle l’avait…frappé? Elle avait osé le toucher devant moi? Sous mes yeux? Mon regard passa de l’étonnement à la rage pour finir par viré dans une fureur extrême. Je me retenais de ne pas me transformer. Mon regard empli de haine et de colère s’était tourné vers cette jeune fille qui a présent souriait de voir Gabriel muet. Je la regarda d’un œil noir et encore plus glacial que le sourire mesquin de Gabriel. Je ne pus retenir mes pulsions et sortit mon arme dont le canon vint se poser sur le front de la jeune fille. J’étais énervé. Non… mon regard de tueur était bien mis en évidence malgré moi.

    - Je trouve que vous avez eu beaucoup de cran de le frapper devant moi Signorina. Je vous conseille vivement de vous excuser ou ce sera votre dernière action.
    - M-mais…! Il s’opposait à notre amour et…
    - Quel amour? Celui dont vous vous acharnez à créer? Vous auriez pu avoir une chance… mais frapper mon Gabriel devant moi est une faute passable de mort.

    Son regard était figé dans l’effroi et la peur. Autour de nous, certains souriaient croyant que l’on tournait une quelconque pièce de théâtre. Ce n’était pas plus mal. Qu’ils croient à ça. Ça évitera tout mouvement de panique. J’abaissa alors mon arme et la rangea avec un sourire des plus noirs qui la fit devenir aussi pâle qu’un cadavre.

    - Je vous laisse la vie, partez à présent Signorina.

    Elle s’enfuit alors rapidement, pleurant à chaudes larmes. Mon cœur se serra. Bien qu’elle fut odieuse et qu’elle eut l’audace de gifler Gabriel, j’avais du mal à être si… méchant dans mes paroles. J’ai été éduqué de cette manière et je pense que je ne changerais pas ce trait de caractère… Je tourna alors mon regard vers Gabriel et sauta par-dessus la rambarde pour atterrir sur la glace. Je m’avançais rapidement vers lui et le cala contre moi, le serrant dans mes bras. Une main était dans son dos et l’autre caressait ses cheveux.

    - Perdone Gabriel… J’aurais dû être plus ferme depuis le début… Est-ce que ça va?

    Mes yeux furieux avaient laissés place à des yeux inquiets et désolés. Je le regardais droit dans les yeux, priant pour qu’il ne m’en veuille pas. Ce serait la fin du monde pour moi… Mais… pourquoi penser ça? Pourquoi penser une telle chose et pourquoi avoir dit « Mon Gabriel »? Gabriel ne m’appartenait en aucun cas… J’en vins à me mordre la lèvre, discrètement. Puis, naturellement, machinalement, j’embrassa son front avant de le serrer de nouveau contre moi. Le voir sain et sauf était tout ce qui m’importait.

    La patinoire était dorénavant déserte. Je jeta un rapide coup d’œil puis alla rapidement enfiler des patins à glace avant de rejoindre Gabriel. Je pris tendrement sa main dans la mienne et commença à le faire valser sur cette étendue blanche et froide. Une valse glaciale si je puis dire… Et j’étais bien, tellement bien. Mes sourcils étaient toujours froncés de manière inquiète mais un sourire étirait tout de même mes lèvres. J’attrapa la main de Gabriel pour la poser sur mon épaule et je plaça la mienne au niveau de sa taille. Une véritable danse mais sur glace. Cette idée m’était venue comme ça… sans vraiment y avoir réfléchi. Je voulais me faire pardonner. Et pour ça, je serais prêt à tout.


Dernière édition par Lucio Mancini le Lun 24 Jan - 21:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité




MessageSujet: Re: Un tendere e dolce appuntamento [ Pv Gaby ♥ ] [/!\ Yaoi (a)] Ven 31 Déc - 5:12

✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿

Elle souriait et souriait, contente de voir que je ne disais plus rien à présent, laissant toujours ma main sur ma joue meurtri. Lulu avait eu d’abord un regard étonné mais là il avait un regard rempli d’une telle colère, d’une telle haine. Un regard aussi noir que l’ébène diriger vers la serveuse. Il était furieux, du geste qu’elle avait eu envers moi. Je fus assez surpris de voir dans ses yeux un véritable regard de tueur et qu’il pointe son arme sur le front de la jeune fille mais je ne disais rien. Je laissais ma joue et remit l’écharpe comme me l’avait mit Lulu au départ. Je les regardais tout le deux sans dire un mot, écoutant ce qu’il se disait :

- Je trouve que vous avez eu beaucoup de cran de le frapper devant moi Signorina. Je vous conseille vivement de vous excuser ou ce sera votre dernière action.

- M-mais…! Il s’opposait à notre amour et…
- Quel amour? Celui dont vous vous acharnez à créer? Vous auriez pu avoir une chance… mais frapper mon Gabriel devant moi est une faute passable de mort.

Regardant la scène, les autres passants pensaient que ce n’était qu’une pièce de théâtre mais non c’est bien réel. Le regard de la serveuse était plein de peur et d’effroi. Quant à moi malgré mes joues déjà rougis par le froid, mon esprit avait bien sûr fait tilt sur ce qu’avait dit Lulu. Son Gabriel … je rougissais rien que d’y penser. Malgré ce qu’il se passait ça me faisait plaisir, Lulu me défendait à son tour. Lulu, lui, rangeait son arme et offrait un sourire noir à la jeune fille qui palissait à la vue de celui-ci. Il lui dit alors qu’il lui laissait la vie sauve et qu’elle devait partir. Je la regardais partir en courant en pleurant à chaudes larmes. Puis je regardais à nouveau Lulu en sentant que celui-ci passait par dessus la rambarde pour atterrir sur la glace si froide. Rapidement il s’avançait vers moi et fit quelque chose au quel je ne m’attendais pas mais que j’appréciais. Il me calait contre lui me serrant dans ses bras, une main dans mon dos et l’autre dans me cheveux. Je passais donc mes bras autour de son cou et posais ma tête dans celui-ci aussi. Il dit alors :

- Perdone Gabriel… J’aurais dû être plus ferme depuis le début… Est-ce que ça va ?
_ Oui ne t’inquiète pas ça va, ce n’est rien.

Restant tout contre lui, je ne bougeais en aucun cas et appréciait énormément cette instant de tendresse. Il embrasse mon front et je souris doucement. Ca faisait tellement longtemps que personne n’avait été ainsi avec moi, ça me faisait vraiment plaisir. Je le lâchais au bout d’un moment puis je le vis aller enfiler des patins à glace. Je fus vraiment surpris pour tout vous dire. J’allais de surprise en surprise décidément ! Il revint ensuite vers moi et prit ma main dans la sienne puis commença à me faire valser sur cette étendu glacé et miroitante. Je souris mais laissant totalement faire, m’amusant d’ailleurs. Je regardais Lulu, il avait l’air encore un peu inquiet mais il souriait lui aussi. Ce qui me faisait encore plus sourire. Il prit alors mon autre main et la posait sur son épaule puis posait la sienne sur ma taille. Je levais la tête parce qu’il est plus grand que moi et le regardais. Je me laissais alors complètement faire. Après tout dans le sens où nous sommes c’est à lui de mener la danse ! En tout cas je souriais, je riais même parfois ! J’étais tellement heureux, tellement content de cet instant qui n’appartenait qu’à nous, seulement nous deux et personne d’autre. Justement en plus il n’y a plus personne ici, il n’y que Lulu et moi. J’avais un peu l’impression qu’il s’en voulait de ce qui c’était passé. Et ce n’est même pas une impression, j’en suis sûr et certain. Il est tellement gentil que c’est bien son genre. Je lui souriais pour bien montrer qu’en rien ce n’était de sa faute. Je souris et lui dis :

_ Je croyais que tu n’étais pas très à l’aise sur la glace ? Je ne trouve pas moi, j’ai même l’impression que tu patine encore mieux que moi !

Je le regardais un long moment pendant cette danse glacé puis fini par poser ma tête contre lui et profiter me laissant bercer par cette douce valse. Je n’osais pas fermer les yeux parce qu’avec la chance que j’ai, je trouverais le moyen de tomber et Lulu serait encore plus inquiet pour moi, ce que je ne veux guère. Et puis de la je pouvais voir à certain endroit de la glace notre reflet. C’est encore mieux que ce que j’avais espérer ou imaginer faire. Je repensais à se qu’il avait dit avant et je remarquais que malgré que je lui avait dit qu’il pouvait m’appeler Gaby, il continuait de m’appeler par mon prénom en entier. Je lui dis alors :


_ Tu sais, je repensais à ce que tu as dis. Tu peux m’appeler Gaby si tu veux. Sinon, tu as envie de quelque chose ?

Et dire que ce n’était que le début de la journée et que ce moment était déjà magique. Je sais que je me souviendrais de cette journée mais j’en envie de m’en rappeler encore plus avec un objet. J’ai envie d’offrir quelque chose à Lulu mais alors quoi … Ca c’est la question que je me pose depuis un moment. En faite je n’y ai pas penser depuis que je suis avec Lulu parce qu’il faut l’avouer, mes pensées ne sont diriger que sur lui et le moment présent. Mais je peux vous dire que je n’ai pas arrêter de me poser la question. Je suis sûr que les traqueurs on du se demander ce qu’il m’arrivait. Ce n’est pas grave de ce qu’il pense eux, je m’en fiche pour tout dire du moment qu’ils ne viennent pas me déranger. Je réfléchissais tout en continuant de patiner avec Lulu. Au bout d’un moment je me décalais de contre lui mais gardant toujours une de ses mains dans la mienne. Je n’avais pas envie de lâcher sa main. Ce contact physique était rassurant dans un sens. De plus ça me prouvais que tout ceci n’était pas un rêve mais bien la réalité. Et pour une fois qu’elle était belle, je ne voulais pas partir au pays des songes. Je continuais de patiner avec Lulu tranquillement, sereinement même. J’étais heureux mais il faillit que quelque chose viennent nous déranger. Je reconnu très clairement, sans qu’eux ne nous voit pour l’instant, la couleur des tenues des traqueurs. Je tirais donc Lulu pour que l’on aille quelque part où on pourrait pas nous voir. Dans un sens, jouer à ce jeu si enfantin me faisait rire. Une fois cacher dans un coin où je l’avais entraîner pour pas que les traqueurs nous voit, je faisais en sorte de ne pas rire pour ne pas que l’on soit remarquer. Ils avaient beau être inquiets pour moi, ils devaient me laisser tranquille comme je leur avait dit. Puis que le lieu où je nous avais entraîné à l’abris était toujours sur la glace, on avait encore nos patins. Tellement de chose d’un coup que j’ai du mal à m’exprimer. En tout cas une fois que les traqueurs partirent, je souris à Lulu, amusé par tout ce qu’il se passait ! Puis lui dis avec un sourire toujours amusé :

_Sorry de t’embarquer dans tout ça mais je ne veux pas qu’ils gâchent notre journée ! Tu as envie de faire quelque chose sinon ? Si tu ne sais pas moi j’irais bien faire les boutiques. Puisqu’on est à Paris autant profiter de celles-ci !!!
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité




MessageSujet: Re: Un tendere e dolce appuntamento [ Pv Gaby ♥ ] [/!\ Yaoi (a)] Lun 24 Jan - 21:05

Le seul courage est de parler à la première personne.



    - Je croyais que tu n’étais pas très à l’aise sur la glace ? Je ne trouve pas moi, j’ai même l’impression que tu patine encore mieux que moi !
    - Haha! J’apprends en regardant.

    Je serra davantage le corps de Gabriel contre moi lorsqu’il posa sa tête contre mon torse. J’étais bien à cet instant. Personne ne venait troubler notre moment à tous les deux. Pour moi, seul Gabriel comptait à cet instant présent. Même Lulubell était hors de mes pensées, de mes songes. Seul Gabriel occupait mon esprit. J’en souriais, heureux.

    - Tu sais, je repensais à ce que tu as dis. Tu peux m’appeler Gaby si tu veux. Sinon, tu as envie de quelque chose ?
    - Je sais… Cependant, Gabriel est le nom d’un ange et comme tu es mon ange, je t’appellerais ainsi encore longtemps, perdone.

    Soudain, alors que la danse avait prit fin et que Gabriel tenait ma main en patinant, il m’amena dans un coin bien dissimulé. La cause de cette action? Deux traqueurs. Je fronça les sourcils par instinct tandis que Gabriel se retenait de rire, collé à moi. Il ne voulait pas que les deux hommes viennent l’embêter visiblement. J’esquissa un sourire lorsque les deux traqueurs partirent puis mes prunelles se dirigèrent alors vers Gabriel.

    - Sorry de t’embarquer dans tout ça mais je ne veux pas qu’ils gâchent notre journée ! Tu as envie de faire quelque chose sinon ? Si tu ne sais pas moi j’irais bien faire les boutiques. Puisqu’on est à Paris autant profiter de celles-ci !!!
    - Allons-y alors ~

    Une amusante idée me traversa l’esprit tandis que j’ôtais mes patins à glace. J’attendis que Gabriel soit rechaussé puis je le plaqua contre un mur, plongeant mes prunelles dans les siennes. J’esquissais un large sourire puis je murmura d’une voix douce tout en prenant son menton entre mes mains.

    - J’aurais un endroit à te montrer après, tu voudras bien m’y accompagner?

    Sur ce, je déposa un baiser sur sa joue puis m’écarta de lui en souriant. J’avais repéré un endroit quelque part dans Paris une fois. Je voulais y emmener Gabriel. Je voulais lui montrer ce que j’aimais, lui faire profiter du patrimoine français. Pour quelqu’un qui ne sortait pas beaucoup de cette bâtisse sombre et ténébreuse, c’était l’occasion rêvée de lui faire découvrir de nouvelles choses! Gabriel semblait avoir longtemps attendu cette journée. Plus que moi d’ailleurs… enfin passons les détails.

    - Si tu ne veux pas, je ne t’en voudrais pas hein. Rassure-toi à ce sujet. Je ne peux en vouloir à mon petit ange ~

    Mon sourire n’en fut que plus large tandis que je me saisis délicatement de sa main, entremêlant nos doigts de manière complice. Mes sentiments à son égard? Dois-je vraiment le dire? Puis-je réellement me permettre d’éprouver ce genre de choses, moi qui suis un Akuma? Difficile à dire… je n’ose même pas en parler à mes… semblables de peur qu’ils n’aillent tout répéter à leurs maîtres ou au Comte lui-même. Il mettrait sans doute fin à ma seconde vie d’un claquement de doigt… Peut-être devrais-je en parler à Gabriel…? C’est quelqu’un de compréhensif, je sais qu’il ne se moquera pas de moi… il est trop prude pour ça.

    - Dis-moi Gabriel… Est-ce que tu aimes quelqu’un?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité




MessageSujet: Re: Un tendere e dolce appuntamento [ Pv Gaby ♥ ] [/!\ Yaoi (a)] Mer 26 Jan - 4:02

✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿

- Je sais… Cependant, Gabriel est le nom d’un ange et comme tu es mon ange, je t’appellerais ainsi encore longtemps, perdone.

Il me souriait et je répondais à son sourire, heureux d'entendre de tellement belles paroles. Ça lui ressemblait beaucoup en tout cas ! Avec autant de grâce que lui. J'étais vraiment bien, rien ne devait nous déranger et je fus alors en sorte que cela n'arrive pas. Une fois les traqueurs partit bien plus loin sûrement encore à ma recherche, je sortis de notre cachette. Ils allaient devoir chercher un long moment avant de me trouver ! Je ne les laisserais pas me trouver en faite ! Lulu avait accepté de faire les boutiques avec moi et je me réjouissais d'avant pour ça aussi ! On se rechaussait tout deux et une fois que j'eus terminer, je me sentis plaquer contre un mur par Lulu. Il plongeait ses yeux dans les miens, un sourire sur ses lèvres tenant mon menton entre ses doigts. Je ne pus m'empêcher de rougir quelque peu de ce geste mais je me laissais faire. Il me murmura d'une voix douce :

- J’aurais un endroit à te montrer après, tu voudras bien m’y accompagner ?

Il embrassait ensuite ma joue avant de se reculer en me souriant. Quant à moi, je rougissais de plus belle. Je le regardais alors un peu surpris les joues rougit. Mais je malgré tout je lui souriais. J'étais vraiment heureux. Je le redis mais ça fait tellement longtemps que quelqu'un n'a pas été ainsi avec moi, que ça me fait vraiment très plaisir. Il me dit alors :

- Si tu ne veux pas, je ne t’en voudrais pas hein. Rassure-toi à ce sujet. Je ne peux en vouloir à mon petit ange ~
_Je suis d'accord pour y aller. Ça me fait vraiment plaisir !


J'aimais ce surnom qu'il m'avait donné. J'aimais cela énormément. Avec tout ce qui se passe aujourd'hui, je n'ai vraiment pas envie de rentrer à la congrégation. Je ne veux pas retourner dans cette tour sombre malgré ses habitants assez joyeux. Il ne me comprenne pas contrairement à certaine personne, qu'aux grand jamais je ne penserais à emmener à la congrégation. Je ne veux vraiment pas que cette journée s'achève. Je ne veux vraiment pas. Je suis bien trop heureux maintenant. Lulu me souriait toujours et toujours de cette manière que j'aime tant. Je lui souriais aussi, d'un sourire heureux. Oui, heureux est vraiment le mot juste. Je sentis alors Lulu saisir ma main délicatement et croiser nos doigts. Ce si simple geste, me rendait encore plus heureux. Pour moi un geste compte plus qu'une parole. Marchant tranquillement vers les boutiques de la ville ; Lulu me demandait alors :

- Dis-moi Gabriel… Est-ce que tu aimes quelqu’un ?

Je fus d'abords surpris par sa question. Je me mis alors à réfléchir. Je ne savais pas quoi répondre sur le coup. Je pensais et pensais... Que dire ? Je ne voulais pas parler de Swann. Non, je ne le voulais pas et je ne considérait notre relation plus comme tel. Et Lulu ? Quel était mes sentiments pour lui ? Comment est-ce que je le considère ? Et aussi pourquoi ai-je ressenti de la jalousie et de la tristesse lorsque cette serveuse était là ? En tout cas je suis sûrement sûr d'une chose ; je ne veux pas perdre Lulu. Je l'aime énormément et je tiens vraiment à lui. Je ne laisserais personne m'empêcher de le revoir ! Je répondis alors :

_Et bien pour l'instant il n'y a personne dans ma vie. Pourquoi ?

Mon cœur est indécis. Mais pour l'instant le seul qui occupe mes pensées, c'est Lulu. Je gardais sa main dans la mienne, nos doigts croisés et je resserrais même un peu cette étreinte. Je le regardais et lui souriais, de mon sourire heureux. Je l'entraînais alors doucement vers les boutiques aussi belle les unes que les autres en cette période de l'année. Il y avait vraiment toutes sortes de boutique toute aussi différente les unes que les autres. J'adorais l'odeur qu'il ressortait des boutiques des chocolatier/pâtissier ! Moi qui adore les gourmandises j'aime vraiment ces odeurs délicates et raffinées de chocolat ! Je regardais la plus part des boutiques. Il y avait vraiment beaucoup de choses différentes et très belles. Je regardais Lulu en souriant me demandant s'il avait vu quelque chose qui lui plaisait lui. Je lui demandais alors :


_ Si tu veux aller voir quelque chose dis-le moi et on y va !

Je gardais toujours sa main dans la mienne me fichant totalement des regards des passants. J'étais heureux avec Lulu et c'est tout ce qu'il compte pour moi. On peut bien me critiquer, ça m'a toujours passer au dessus. Je me fiche de ce que les gens pensent. Chacun pense ce qu'il veut. Je n'ai jamais eu honte de ce que j'étais, je n'ai même aucune honte à le montrer ! J'entendais de là quelque chuchotement sans entendre vraiment ce qu'il disait. Ça me faisait plus sourire qu'autre chose, leur comportement si stupide... Plus on avançait et plus il y a avait de boutiques ! Parfois des très chics et d'autres fois des plus sobres. C'est alors qu'une boutique assez enfantine attira mon attention. C'était une véritable boutique pour enfant ou personne qui comme moi aime les peluches. Une boutique où il n'y avait que des peluches. Je regardais la vitrine sans dire un mot mais toujours un sourire accroché à mes lèvres. Plusieurs peluches était mis en valeur dans celle-ci. Je les regardais un instant puis mon regard se porta ensuite sur une peluche. Elle se trouvait parmi la catégories d'ours en peluche en tout genre. En faite ce n'était pas vraiment un ours ce qui me fit encore plus sourire mais c'était un panda ! J'étais quand même étonné de voir qu'il en vendait. Malgré tout je ne rentrais pas dans la boutique et seul ceux qui arrive à lire dans les yeux des gens pourrait comprendre ce qui avait attiré mes yeux et pourquoi. Je ne voulais pas me faire remarquer en plus. Mais sinon pour vous dire j'adore les panda. J'aimerais bien en voir pour de vrai ! Enfin, bref. Je tournais alors mon regard vers Lulu pour voir s'il avait envie de quoi que ce soit !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité




MessageSujet: Re: Un tendere e dolce appuntamento [ Pv Gaby ♥ ] [/!\ Yaoi (a)] Ven 4 Mar - 12:39

I'm just a kid.



    J’avais osé demandé ça à Gabriel. J’étais vraiment impoli. En quoi ça me regardait? Depuis quand je me permettais autant de libertés à son encontre? La valse sur la glace, le fait de l’avoir plaqué contre un mur pour une simple invitation… Non vraiment, quelque chose clochait chez moi aujourd’hui. De plus, j’avais étrangement chaud. Chose bien étrange puisqu’un Akuma ne devrait pas ressentir ça en théorie… Étais-je si différent?

    - Et bien pour l'instant il n'y a personne dans ma vie. Pourquoi ?
    - Simple curiosité de ma part, perdone.

    Je fus soulagé de savoir que personne n’occupait son cœur. Mais pourquoi ce sentiment? Pourquoi cette satisfaction, cette impression de pouvoir saisir ma chance? J’étais troublé, si troublé que je ne sentis même pas Gabriel me prendre la main. Nos doigts étaient entrelacés et une étrange chaleur s’emparait de moi à la vue de nos mains jointes. Mes yeux remontèrent vers le visage souriant de Gabriel. Je me sentis… rougir? Était-ce seulement envisageable? Pourtant si. La vue du visage heureux de Gabriel me fit sourire, me rendant heureux à mon tour.

    - Si tu veux aller voir quelque chose dis-le moi et on y va !
    - Si, si. Ne t’inquiètes pas il moi angelo.

    Gabriel semblait tout excité. Comme un enfant. Les regards des autres personnes ne semblaient pas le gêner. Moi non plus je dois dire. Je n’avais jamais trouvé dérangeant que deux hommes se tiennent la main, s’enlacent ou s’embrassent. Embrasser? Pourquoi cette idée me venait à l’esprit? Je regardais Gabriel et mes yeux se focalisèrent sur ses lèvres. Fines et visiblement douces. L’envie de me les approprier combattait contre ma raison. Ce fut finalement cette dernière qui l’emporta. Si jamais j’embrassais Gabriel et que ça le dégoûte au point qu’il me haïsse et ne souhaite plus jamais me voir… je m’en voudrais éternellement.

    Je vis alors sa mine heureuse s’intensifier alors que nous passions devant une boutique de jouets. Gabriel semblait totalement subjugué par une peluche en vitrine. Un panda. Il me semble qu’il m’avait déjà parlé de son obsession pour ces animaux asiatiques. J’avoue qu’ils sont plutôt trognons. Son regard se tourna vers moi, m’interrogeant du regard sur ce que je souhaitais. J’échappa un léger rire puis lâcha sa main. Mes lèvres s’approchèrent de son oreille et je murmura.

    - Ferme les yeux et attends-moi sagement ici.

    J’embrassa son front et m’éloigna de lui. Pénétrant dans la boutique, je m’avança vers le vendeur et lui demanda la peluche en vitrine. Souriant, il me l’amena et m’annonça son prix. Etonné par cette somme ni faible ni faramineuse, je demanda au vendeur le pourquoi d’un tel prix. Il me répondit qu’il provenait tout droit d’une fabrique française et que la texture était plus douce qu’une peluche dite manufacturée. Je souris et hocha la tête, payant cet homme aux cheveux grisonnants et aux joues creusées. Il semblait bien âgé mais heureux. Cet homme, bien que je ne le connaissais pas, me rendit quelque peu heureux. Si je pouvais finir ma vie comme ça, j’en serais fort heureux. Cependant je suis un Akuma… Bah, inutile de se morfondre sur cette situation. Après tout, j’avais sauvé Tonio et il m’avait sauvé, m’hébergeant dans son corps que j’avais tant chéri… Tonio ne voudrait pas que je me lamente sur le passé, je le sais.

    Revenant vers Gabriel, je ne pus m’empêcher d’enlacer son frêle corps qui était de dos à la boutique. Mon torse contre son dos et ma tête sur son épaule, je me sentais bien, si bien que je refusais de le lâcher. Cependant, les choses voulurent que je lâche Gabriel pour lui donner cette peluche panda qu’il convoitait un instant plus tôt.

    - Tadaa ~ Content?

    Je souris, heureux de pouvoir lui faire plaisir. Je me concentra alors sur son expression, donc sur son visage. Ses grandes prunelles brillantes, son sourire éclatant, sa peau fraîche et claire, son si joli minois. Je secoua un bref instant la tête. J’étais en train de le reluquer, non mais franchement! Quel ami impoli je faisais?! Ami? Pourquoi ce mot sonnait faux dans mon esprit? Pourquoi mon cœur avait loupé un battement lorsque ce mot retentit dans ma tête? Raah. Je commençais à comprendre le pourquoi du comment. Mais pourtant, j’étais incertain, hésitant. Néanmoins, j’esquissa un éblouissant sourire et m’approcha de lui jusqu’à n’être qu’à quelques centimètres de lui. Je leva son visage vers moi, tenant son menton avec délicatesse. D’une voix douce, je lui murmura tendrement.

    - J’aimerais te montrer quelque chose Gabriel…
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité




MessageSujet: Re: Un tendere e dolce appuntamento [ Pv Gaby ♥ ] [/!\ Yaoi (a)] Ven 11 Mar - 6:13

✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿

- Simple curiosité de ma part, perdone.
_ Tu n'as pas à t'excuser pour ça.

Je fis un grand sourire à Lulu. Non ça ne me gênait pas, il pouvait bien tout me demander... Tout ? Je rougis en passant à ça. Je pense que les plus perspicaces auront devinés, ceux à quoi j'ai penser sur l'instant. Je me repris très vite en tout cas. Je souriais toujours à Lulu et appréciais de voir en retour le sien de sourire. Oui, ça me faisait vraiment plaisir de voir son sourire. Être avec Lulu me faisait vraiment plaisir. J'étais beaucoup mieux ainsi, j'allais beaucoup mieux aussi en étant avec lui. J'aime vraiment rester avec Lulu. Marcher ainsi avec lui, en lui tenant la main aussi. Oui j'étais heureux comme ça. Étrangement je sentis une sorte de chaleur monter en moi. C'était même plus intense que toute à l'heure. E rougissais de plus belle à la simple pensée de ce pourquoi j'avais si chaud. Je secouais la tête, rapidement et remerciait Lulu de m'avoir enrouler autour du cou son écharpe qui cachait mes joues. J'avais un peu honte de certaines de mes pensées mais en même temps et dans un sens ça ne me dérangeais pas, ça me faisait même plaisir en faite.

On passait devant une boutique de peluches. Mon regard se dirigea directement vers une peluche qui se trouvait être un panda. Mes yeux d'enfants s'émerveillèrent à la vue de cette peluche que je trouvais vraiment belle. Puis ensuite je regardais Lulu et lui demandait ce qu'il voulait faire. Il échappa un léger rire que j'ai aimer entendre et il lâcha ma main. Il approchait alors sa bouche de mon oreille puis me murmura :

- Ferme les yeux et attends-moi sagement ici.

Il embrassa mon front ce qui me fit rougir encore une fois et s'éloigna. Je fermais mes yeux comme promis. J'avais toute de même hâte qu'il revienne. Je me sens en sécurité avec lui et là je n'ai pas trop confiance. Je veux reprendre sa main dans la mienne. Je veux ressentir ce que je ressens lorsqu'il est à côté de moi, lorsque je tiens sa main. Oui je me sens vraiment plus qu'en sécurité avec lui. Je rougissais une nouvelle fois à mes pensées. Je ne devrais pas penser ainsi, je ne dois pas forcer Lulu à faire les choses juste pour moi, non je ne veux pas l'obliger à quoi que ce soit. Je ne veux pas être une gêne aussi. Je me surpris moi-même à murmurer son nom en ayant hâte qu'il revienne. Oui j'avais un peu trop hâte mais bon... Puis je sentis alors des bras m'enlacer. Je rouvris les yeux et souris. Lulu était de nouveau, je pouvais de nouveau le sentir contre moi. J'appréciais le contact. Le faite qu'il soit tout contre moi qui était de dos par rapport à lui, m'enlaçant et posant sa tête sur mon épaule. Oui j'étais bien comme ça même si ça ne dura pas longtemps. Il me dit alors lorsque je me retournais vers lui une fois qu'il m'eut lâcher :

- Tadaa ~ Content ?

Mes yeux s'émerveillèrent de nouveau à la vue de la peluche panda que je regardais un instant plutôt. Je ne pus m'empêcher et d'une manière très rapide de passer mes bras autours du cou de Lulu, l'enlaçant pour tout dire. Étrangement je sentais mon cœur battre la chamade. Mais j'étais heureux, oui tellement heureux. J'aurais pu empêcher qui compte aurait voulu gâcher se moment juste entre Lulu et moi. Lulu souriait aussi, ce qui me faisait sourire de plus belle. Je restais un moment comme ça. J'étais bien, je me sentais encore plus en sécurité comme ça. Être tout contre lui ainsi, j'en rougissais mais je profitais... profitais. Je me reculais un peu lorsque ce mot fit tilte dans ma tête. Je voulais pas que ça force Lulu. Je fus en tout cas très surpris lorsqu'il se rapprochait de moi jusqu'à être de nouveau à quelques centimètres de moi. Il souriait d'un sourire éblouissant et … je n'ose même pas me dire à moi-même la pensée que j'ai eu en plus à propos de ce sourire que je trouvais si beau. Il souleva mon menton délicatement, le tenant aussi avec délicatesse, relevant mon visage vers lui et me murmura tendrement d'une voix douce qui … me fit frisonner. Je rougis de nouveau. Décidément aujourd'hui on peut m'appeler tomate ! Il me dit :

- J’aimerais te montrer quelque chose Gabriel…
_Allons-y alors !


Je lui souriais de nouveau, pris de nouveau sa main dans la sienne en croisant nos doigts et tenant la peluche panda avec mon autre bras. Elle était toute douce, j'adorais complètement ! Mais je crois que je préférais plutôt le contact avec la main de Lulu. Sa main est douce aussi. Sans vraiment me rendre compte je tenais la main de Lulu d'une manière un peu possessive. Je ne m'en rendais vraiment pas compte. Je souriais à Lulu, ayant hâte de savoir ce qu'il voulait me montrer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité




MessageSujet: Re: Un tendere e dolce appuntamento [ Pv Gaby ♥ ] [/!\ Yaoi (a)] Sam 19 Mar - 11:34

Welcome to my life.



    Gabriel semblait heureux du cadeau que je lui avais fait. Son regard émerveillé avait été semblable à celui d’un enfant à qui l’on offre une friandise, ou un jouet. Il aimait vraiment ces animaux asiatiques. J’en étais presque jaloux. Cette pensée me fit sourire. Je me retenais tant bien que mal de rire. Il était si mignon avec ses joues rougies et son joli minois typiquement écossais. Il prit ma main et entrelaça nos doigts immédiatement. C’était devenu un réflexe pour lui. Je continuais à sourire, heureux que nos paumes soient si proches l’une de l’autre. Je serra cette frêle main dans la mienne, m’efforçant à ne pas lui faire mal.

    Je l’entraîna à travers cette grande allée qui commençait à se remplir peu à peu malgré les quelques derniers flocons qui terminaient de saupoudrer nos têtes et le sol givré. Emmené Gabriel loin de cette agitation naissante n’était pas une mauvaise idée. Quoi qu’il en soit, je voulais lui montrer quelque chose qui nécessitait que l’on se déplace plus loin. Les gens se retournaient à notre passage. Moi tenant la main à un autre homme de taille plus petit qui serrait une peluche contre lui. Il est vrai que cela attirait l’œil. Des jeunes femmes vêtues d’épais manteaux nous regardaient, s’imaginant certainement des choses. Je n’y prêta pas attention et continua à avancer, refusant de lâcher la main de Gabriel. Puis je me mis à courir, entraînant donc forcément mon ange dans ma course.

    Ce fut une course relativement folle. Zigzaguant entre les passants qui affluaient, m’assurant d’éviter à Gabriel de se cogner, bref. Je courais comme si nous étions amants. Comme si j’enlevais Gabriel à ses parents pour l’aimer à ma façon et fonder une nouvelle vie ayant pour base cet amour avec, en fond, les parents nous poursuivant pour récupérer leur enfant. Comme dans les romans. Je ne pus m’empêcher de rire à cette pensée somme toute fugace et stupide. Le paysage défilait si rapidement sous mes yeux que je ne pris pas le temps de m’arrêter pour observer les statues des fontaines si finement travaillées. Arrivant dans un parc, je ralentis ma course pour finir par m’arrêter totalement, souriant. Je me tourna vers Gabriel, sa main toujours dans la mienne. Je pencha la tête sur le côté, souriant malgré ma respiration quelque peu saccadée.

    Un rayon de soleil déchira les nuages neigeux du ciel pour venir éclairer les environs de Paris rien qu’un bref instant. Je me mis à rire puis attira Gabriel contre moi. Je le serra contre mon cœur, ma main s’égarant malgré moi dans ses cheveux si beaux. Gabriel était beau, oui. Comme s’il avait été taillé par les anges. De plus, son prénom rappelle tant l’archange Gabriel. J’étais heureux, tout simplement. Je le relâcha doucement puis coupa tout contact physique avec lui. Je recula de quelques pas, lui intimant le silence en posant un doigt sur mes lèvres. Je lui fis signe de s’approcher puis, tout en écartant un peu les feuillages d’une haie, lui montra ce dont je lui avais parlé.

    - Ne les trouves-tu pas magnifiques?

    Devant nous s’étendait un parterre d’iris blancs. Ma fleur préférée je dois avouer. Ce spectacle m’avait tant envoûté que j’avais tenu à le partager avec Gabriel. Pourquoi? Parce qu’il est normal de partager ce que l’on aime avec la personne qui nous est la plus chère. Gabriel m’est précieux. Très précieux. Je donnerais ma vie pour lui. Gabriel est sans doute le seul que je ne pourrais jamais tuer, même sous la demande de Padrone Lulubell… J’esquissa un large sourire, vraiment très heureux puis regarda Gabriel. Mon visage était prêt du sien tandis que mes yeux contemplèrent de nouveau les fleurs. Je tendis la main et n’en cueillis qu’une que je donna à Gabriel tout en murmurant.

    - Les iris blancs sont mes fleurs préférées. J’aime leur parfum qui me rappelle le tien. Un parfum ni trop fort ni trop discret. Un parfum qui me rend naturellement heureux.

    Je pris sa main et y glissa la fleur avant de déplacer ma propre main pour ramener Gabriel contre moi. Lovant mon visage dans son cou, je ne pus m’empêcher d’y respirer son odeur. Sans que je ne puisse m’arrêter, j’effleura son cou de mes lèvres. Un semblant de baiser. Je recula, souriant.

    - Et maintenant? Que fait-on mon ange?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité




MessageSujet: Re: Un tendere e dolce appuntamento [ Pv Gaby ♥ ] [/!\ Yaoi (a)] Dim 20 Mar - 3:26



✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿

Lulu souriait toujours et moi aussi. J'étais plus qu'heureux en cette journée que je voulais infini. Il m'entraînais ensuite vers le fameux endroit dont il m'avait parlé. Tenant toujours ma main, la serrant, il m'emmenait à travers les longues allées qui commençait à contenir de plus en plus de monde. Le sol était encore gelés et les derniers flocons tombaient encore du ciel en une danse gracieuse. Je prêtais à peine attention à tout ce monde qui se retournait sur notre passage. Dans un sens leurs visages montrait une telle expression que pour moi ça pourrait être hilarant. Je tenais toujours avec l'un de mes bras ma peluche panda. Cette peluche que m'avait offert Lulu quelques instants plus tôt. Puis c'est alors que Lulu se mit à courir en tenant toujours ma main. Je me mis donc à mon tours à courir en le suivant, tenant toujours sa main aussi. Sa main, je refusais de la lâcher, je voulais la garder dans la mienne. Je me sentais en sécurité avec lui et à cet instant j'avais comme l'impression qu'il m'emmenait. Il m'emmenait loin de tout ça, de la congrégation et du reste. Que lui et moi. C'était une course folle qui avait commencer, zigzaguant entre tout. J'avais l'impression que Lulu m'emmenait avec lui vers un endroit qui ne serait que pour nous. C'était la vérité en faite mai surtout l'impression que plus jamais je ne retournerais là où je me sens tellement seul, où tout peux m'arriver. Mon cœur battait la chamade. Son rire, ses sourires, Lulu était tellement beau. J'étais tellement bien avec lui que je ne voulais plus partir autre part ; je voulais rester avec lui. S'il voulait m'emmener je le laisserais faire car je veux partir avec lui.

Arriver à un parc la course se terminait. Je respirais assez rapidement pour récupérer ma respiration de base. Je récupérais celle-ci d'ailleurs très vite ! Lulu me souriait toujours en gardant ma main dans la sienne. Lui aussi était un peu épuisé et cela se voyait ou plutôt s'entendait à sa respiration un peu saccadée. Un rayon de soleil vint éclairer les rues de Paris et qui faisait briller la neige qui semblait cristal sous celui-ci. Lulu riait alors en m'attirant tout contre lui. Je souris de plus belle et profitais de nouveau de cette étreinte. Je sentais de nouveau sa main dans mes cheveux et j'appréciais encore plus ce contact. J'étais tellement bien ainsi. Je voulais tellement ressentir cette sensation plus d'une fois. Je me rendais bien compte de ce que je disais ou pensais ou même de mon comportement. Je sais très bien ce qu'il est en train de se passer. Je sortis de mes pensées lorsque Lulu coupait tout contact physique avec moi. Il reculait de quelque pas, un doigt sur ses lèvres. Cet air un peu malicieux dans un sens le rendait tellement beau. Il me fit alors signe de m'approcher puis écartait les feuillages d'une haie, me montrant alors ce dont il avait parler :


- Ne les trouves-tu pas magnifiques ?

Me dit-il alors. Un parterre d'iris blancs s'offrait alors à nos yeux. C'était magnifique c'est vrai. Je contemplais alors ce parterre qui n'était que très peu touché pas la neige. Je lui répondis alors juste quelques minutes après :

_C'est vraiment magnifique, Lulu ~

Même si dans un sens dans un coin de ma tête je me disais que le plus magnifique c'était lui. J'en rougissait d'ailleurs légèrement de cette pensée un peu déplacé. Lulu souriait et ça me rendait vraiment heureux de le voir ainsi. Je comprend très bien son envie de me montrer ce si beau spectacle. Je vis alors Lulu cueillir l'un de ses iris et ensuite me le donner. Je passais quelques secondes doucement la fleur près de mon visage pour pour humer le parfum de cette fleur. Il me murmurait alors :

- Les iris blancs sont mes fleurs préférées. J’aime leur parfum qui me rappelle le tien. Un parfum ni trop fort ni trop discret. Un parfum qui me rend naturellement heureux.

Je retenais alors ce qu'il me disait. Ça pourrait toujours m'être utile si je voulais faire plaisir à Lulu ! J'étais d'accord avec lui par ailleurs même si ma fleur préféré restait l'incontournable rose. Je sentis alors Lulu m'attirer tout contre lui. Lulu lovait alors son visage dans mon cou. Je souriais toujours. J'étais plus qu'heureux. Et je voulais que ça continue ainsi. Je sentais son souffle chaud dans mon cou, ce qui me faisait légèrement frissonner. Mais c'est surtout lorsque je sentis ses lèvres effleurer la peau de celui-ci que je frissonnais réellement en rougissant. J'étais bien conscient de tout ce qu'il se passait. De ce faite je doutais un peu. Pourtant j'avais l'impression que c'était réciproque. J'avais peur de me montrer. Si jamais Lulu venait à me haïr je … je ne sais pas comment je réagirais. Je tiens à lui et je peux même dire que j'ai vraiment besoin de lui. Je suis tellement bien avec lui, quand je suis dans ses bras. Je veux pouvoir avoir à jamais ce genre de moment avec lui. Je me rends bien compte de tout. Notre comportement à chacun me donnait largement les réponses à mes questions. J'ai beau avoir vécu tant de chose, je veux avancer avec lui. Je veux être avec lui ! Je rougis de nouveau à mes propres pensés. Je sortis d'ailleurs de celle-ci lorsque Lulu me dit après s'être reculer :

-Et maintenant ? Que fait-on mon ange ?

Je n'en avais aucune idée à vrai dire. En faite sur le coup j'étais un peu perdu. J'étais décidé mais ne l'était pas en même temps. J'étais conscient de mes sentiments mais le doute était malgré tout venu fourrer nez dans cette histoire. Je serais un petit peu mon poing inconsciemment qui était cacher par la manche de mon manteau blanc. Je m'approchais alors doucement de Lulu qui s'était reculé. Je ne le regardais pourtant pas dans les yeux. J'étais plongé dans mes pensées. J'étais un peu hésitant et même plus qu'un peu. J'avais malgré tout peur qu'il me rejette et cette simple pensés me donnait envie de pleurer toutes les larmes de mon corps. Je m'approchais de Lulu jusqu'à être presque contre lui. Il y avait un petit espace mais vraiment petit. Je tenais le bout de mon manteau dans ma main, le serrant. J'avais un peu peur de sa réaction. Mai je ne pouvais pas cacher tout ça. Je ne voulais pas non plus lui mentir ni me mentir. Et je ne voulais pas non plus faire semblant. J'ai, moi aussi, envie de connaître un vrai et pur bonheur. Je suis heureux à Lulu mais je crois que je le serais encore plus si « ça » pourrait être réaliser. Je dis alors :

_Lulu … je …

J'avais un peu de mal à l'avouer comme ça d'un coup. Mais je le voulais tellement. Je voulais tellement qu'il connaisse mes sentiments à son égard. Je ne veux pas faire marche arrière, je veux vraiment avancer. Avancer avec lui ! Je n'avais pas encore relever la tête vers lui. Je respirais doucement puis fermais mes yeux, mes joues étaient complètement rouge. C'est alors que rapidement j'attrapais ses lèvres et l'embrassais. Je l'aimais, oui. Je l'aime vraiment. Mon cœur battait la chamade et je tremblais un peu de peur qu'il me rejette. Mais je ne peux pas me contrôler. Je l'aime et je ne veux que lui ! Je ne désire que lui, je me sens bien et en sécurité qu'avec lui ! Je même peut-être un peu trop fou de lui, mais de toute manière je n'y peux rien. Je comprendrais malgré tout s'il me rejetait. Mais je veux être avec lui. Lorsque je libérais ses lèvres, je baissais à nouveau la tête. Je n'osais pas croiser son regard. Je murmurais alors :

_J... je … je respirais alors un bon coup et dit : Je t'aime Lulu ~

Sur le coup j'avais tellement de chose à lui dire mais pour l'instant j'attendais surtout de voir comment il allait réagir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité




MessageSujet: Re: Un tendere e dolce appuntamento [ Pv Gaby ♥ ] [/!\ Yaoi (a)] Lun 28 Mar - 2:10

Stay with me, 'cause I love you.



    Il s’était rapproché de moi, timidement, jusqu’à ne laisser qu’un léger interstice entre nous deux. Je le regardais, le détaillant. Sa tête était basse et il semblait hésitant, gêné. Je tendis machinalement ma main pour caresser sa joue afin de le rassurer quelque peu. J’ignorais le pourquoi d’une telle réaction. C’était assez étrange je dois avouer. J’étais un peu inquiet par ailleurs. Pleurait-il? Se retenait-il de se moquer de moi? J’étais dans l’ignorance la plus complète.

    - Lulu… je…
    - Hm? Qu’y a-t-il il mio angelo ?

    Il releva son visage. Gabriel arborait une impressionnante couleur rouge pivoine. J’écarquilla légèrement les yeux, très surpris par cette réaction soudaine. Mes pensées en devinrent plus confuses. Avais-je fait quelque chose de mal sans m’en rendre compte? J’étais prêt à l’interroger lorsque, soudainement, il s’empara de mes lèvres, m’embrassant avec une certaine passion que je ne lui connaissais pas. Mes prunelles s’écarquillèrent de surprise et je le laissa faire, incapable de réagir tant la surprise avait envahi mon esprit. Je n’en revenais pas…

    Puis il rompit le baiser et baissa la tête de nouveau. Je continuais à l’observer, abasourdi. Gabriel m’avait embrassé… c’était si… improbable. Un scientifique embrassant un Akuma, une machine de guerre… J’étais à la fois heureux et malheureux. Si jamais il l’apprenait, il en serait certainement dégoûté au point de me rejeter à jamais en me vouant une haine sans pareille. J’étais en proie au vertige de la tristesse. Ce gouffre invisible sous mes pieds ne faisait que s’étendre. Des voix résonnent dans ma tête sans que je puisse déterminer à qui elles appartiennent.

    « - Haha ! Tu es fier de toi Lucio Mancini ? Un Akuma qui a réussi à séduire un scientifique, un ennemi. Profite-en ! Manipule-le, soustrais-lui des informations et débarrasse-t-en une fois qu’il sera devenu inutile ~
    - Tais-toi, tais-toi ! Jamais je ne ferais de mal à Gabriel, jamais !
    - C’est ce que tu disais à propos de Tonio aussi. Regarde toi maintenant ! Tu habites son corps. Qu’est-ce que ça fait d’habiter le corps de celui qu’on a tant aimé, hein ?
     »

    Je chassa cette voix de mon crâne. Et si je faisais du mal à Gabriel? Je ne me le pardonnerais jamais. Jamais ! Il représente mon tout, mon essentiel. Je ne peux décemment pas vivre sans lui, sans sa présence, sans son sourire étincelant, ses rires entraînants, son visage si angélique… Non, je ne peux me détacher de lui. Je le veux mien et pourtant je veux m’éloigner de lui. Je ne veux pas qu’il perde la vie par ma faute, non, je refuse. Je détourna la tête, une main par-dessus mes lèvres sans les toucher, rouge de gêne.

    - J… je… Je t’aime Lulu ~

    J’écarquilla les yeux et tourna, presque vivement, ma tête vers Gabriel. Il ne me regarde toujours pas, mais je sens sa sincérité, sa peur. Peur? Peur d’être rejeté sans doute. La même peur que la mienne. Je le regarde encore et encore, inlassablement. Je ne dis rien. Les mots refusent de sortir pour l’instant. Je finis par inspirer profondément, jetant un rapide coup d’œil aux iris dont le parfum me chatouille le nez. J’esquisse un sourire puis regarde Gabriel. Faisant un pas vers lui, je relève son visage pour qu’il me regarde. Ma main effleure ensuite sa joue de manière tendre et affectueuse.

    - En as-tu honte?

    Souriant, je me saisis de son doux visage avec délicatesse. Mes mains épousant la forme parfaite de son visage d’ange. Je me penche doucement et embrasse ses lèvres à mon tour. Je ne peux le nier plus longtemps. J’aime Gabriel. Je l’aime énormément. Je refuse de le laisser partir. Jamais. Je veux être sien à jamais.

    - Ti amo anche, Gabriel.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité




MessageSujet: Re: Un tendere e dolce appuntamento [ Pv Gaby ♥ ] [/!\ Yaoi (a)] Dim 3 Avr - 7:36

✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿


Il ne disait toujours rien, ne me répondait toujours rien. Je tremblais toujours, j'avais peur ; très peur. Il ne me répondait pas, devant être vraiment surprit … Et s'il ne voulait pas de moi ? Je sentis mon cœur se serrer dans ma poitrine à cette simple pensée et ça me faisait mal. Je ne sais pas comment je réagirais s'il ne voulait vraiment pas de moi, je … j'arrêtais de penser à ça, car mes larmes commençaient à monter. Je me calmais un peu et attendait. Juste une réaction. Je n'osais toujours pas relever la tête. J'avais peur de croiser son regard. Je sentais malgré tout que ce que je faisais ou disais l'avait étonné, ce qui est sûrement normal. Je l'entendis inspirer profondément, n'étant qu'à quelques centimètres de lui. Je vis Lulu faire un pas vers moi car il s'était un peu reculé après ma déclaration. Il relevait mon visage et j'ose le regarder dans les yeux. Il effleure ma joue d'une manière tendre et affectueuse, que j'apprécie tant. Il me demande alors :

- En as-tu honte ?
_ Non, jamais j'en aurais honte.


Mon visage était toujours d'une couleur pourpre. J'étais malgré tout un peu gêné. Lulu souriait d'une manière que je trouvais tendre. Il prit mon visage entre ses mains d'une façon toute aussi douce, je lui souriais aussi, commençant à ressentir une sensation de chaud en moi. Il se penche vers moi et m'embrasse à son tour. Je ferme les yeux et apprécie ce baiser malgré ma surprise. J'étais heureux. Une fois le baiser répondu Lulu me dit :

- Ti amo anche, Gabriel.

Cette chaleur en moi augmente. Je passe doucement mes bras autour de la taille de Lulu et vient contre lui. J'étais plus qu'heureux. Je sentais mes larmes me montées au yeux tellement j'étais heureux. Je pleurais de tant de bonheur. Je posais ma tête doucement dans le cou de Lulu, laissant mes larmes couler. J'étais tellement bien. J'aimais vraiment Lucio. Je l'aimais plus que tout, je ne voulais que lui, ne rester qu'avec lui, n'être qu'à lui. Je relevais doucement la tête, séchant mes larmes et attrapais de nouveau ces lèvres. Je les ai goutées, elle m'appartiennent et je ne pourrais pas m'en passer. Ses lèvre sont si douces, son baiser était juste tellement tendre. J'attrapais son haut avec l'une de mes mains doucement. Je ne le lâcherais jamais, je l'aime bien trop pour ça. Je ne m'en étais pas encore trop rendu compte mais je crois que j'aime Lulu depuis un bon moment. Tout ses moments avec lui, ses sourires, ses simples mais tendre câlins. Une fois le baiser rompu, je le regardais dans les yeux. Je lui souriais, faisant passer toute ma joie par ce sourire. Je faisais descendre ma main pour venir attraper la sienne, l'autre tenant toujours la peluche qu'il m'avait offert et que je chérissais déjà. Je serrais un peu sa main d'une manière un peu possessive. Je me demandais d'ailleurs s'il avait remarqué mon côté possessif, jaloux et protecteur... J'ai vraiment un sacré caractère ! Mais j'étais heureux que Lulu m'acceptait comme j'étais même si pour l'instant il ne sait pas tout. Je voulais lui parler de tout, mais je ne savais pas par quoi commencer, je voulais parler de tellement de chose avec lui. Je le regardais et lui disais :

_ J'ai envie de te parler de tellement de chose. J'ai envie de te dire tellement de chose !

Je me restais contre lui, en tenant sa main et rapprochant mes lèvres de son oreille je lui murmurais : « Je t'aime ♥ ». Je voulais, aussi, lui montrer à quel point je l'aimais ! Je ferais tout pour ça. Je me demandais ce que l'on allait faire maintenant sans aucune arrière pensée quelconque. Je lui demandais alors d'une voix douce se qu'il voulait faire à présent. Je lui proposais aussi qu'on aille se mettre au chaud car même si le soleil était bien là et que la neige avait cesser de tomber, et trouvais qu'il faisait encore froid. Mais aussi j'avais envie de lui offrir quelque chose à mon tour. Je n'avais pas trop d'idée en faite pour l'instant. Je réfléchissais d'ailleurs à cela en même temps que toutes les autres pensées qui traversaient mon esprit. Je souriais à Lulu puis lui tenant toujours la main je lui dis :

_Suis-moi !

Je tirais légèrement sur ma main et l'emmenais alors jusqu'à l'hôtel où je logeais en ce moment. Je ne faisais plus attention à rien, seulement à Lulu. Juste à lui et rien que lui. Les passants défilaient sous nos yeux, alors que je le conduisais jusqu'à l'hôtel. Je souriais toujours, heureux comme jamais. Le temps ne comptait plus pour moi, je voulais rester qu'avec lui. Nos doigts entrelacés, j'aimais le contact de sa peau, j'avais même besoin de sentir sa peau, sa présence. Il nous fallut peu de temps pour arriver à l'hôtel, j'avais pris un raccourci au lieu de prendre le long chemin d'où l'on venait. J'espérais en tout cas que les traqueurs ne rentreraient pas tout de suite. De toute manière j'ai ma propre chambre, puis qu'en plus c'est moi qui est organisé la deuxième chose pourquoi je suis à Paris, je me suis pris un chambre pour moi seul. Je ne suis pas du genre à avoir confiance directement même si ces personnes travaillent avec moi. Enfin, bref !
Je menais Lulu directement dans ma chambre. Une fois entrer je le regardais toujours en souriant. J'allais ensuite enlever ma veste qui me tenait trop chaud à l'intérieur et retournais voir Lulu. J'allais m'assoir sur le lit et lui faisais alors signe de venir. Je n'avais aucunes quelconque pensé juste que ce serait mieux ainsi, non ? Bien sûr que oui, on ne va pas rester debout ! Étrangement et sans que je ne sache vraiment trop pourquoi je sentais des papillons battre dans mon ventre et j'avais quand même un peu chaud ; enfin sans savoir pourquoi est un grand "mot" !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité




MessageSujet: Re: Un tendere e dolce appuntamento [ Pv Gaby ♥ ] [/!\ Yaoi (a)] Ven 29 Avr - 2:59


Il m’aime et je l’aime. Que faut-il de plus, hein ? Jamais je n’aurais cru pouvoir aimer quelqu’un de nouveau. Jamais. D’abord Tonio, mon premier amour je dois dire. Celui dont j’habite le corps à présent… Il m’arrive parfois de regretter, de vouloir tout arrêter, de souhaiter que le temps s’arrête.

- Si je pouvais revivre ma vie à nouveau, si je pouvais appeler le monde "mon ami", si je pouvais écrire la fin de l'histoire, je le ferais. Je vivrais des milliers d’années de douleurs, juste pour pouvoir te serrer dans mes bras une dernière fois.

J’ai tant aimé Tonio. Je l’ai aimé plus que ma propre vie. J’étais son garde du corps, il était mon employeur. Un mauvais garde du corps sans nul doute. Pourquoi ? Un garde du corps se doit de protéger son maître comme il se doit. J’ai perdu la vie en le protégeant de ces mêmes êtres que moi à présent. Mais je n’ai pas réussi à le protéger de cette rage sanguinaire qui m’animait. Aux simples mots du Comte Millénaire, je l’ai tué. J’ai ôté la vie de son corps. J’ai revêtu sa peau comme s’il s’agissait d’un misérable manteau de fourrure. Je me hais. Du plus profond de mon être. Je me hais. Moi qui n’ai pas réussi à protéger, à sauver celui que j’aimais. C’est pathétique, vraiment. Je suis un être pitoyable.

Puis, à mon arrivée à l’arche, je rencontra mon second amour. Padrone Nemesis. Oui, le Noah du Regret. Est-ce un hasard que mon cœur, pour autant qu’il existe encore, se soit épris de l’Incarnation du Regret ? Moi qui regrette tant ce qu’il s’est passé ? Est-ce un hasard que je me sois senti si proche de cet être si beau, si énigmatique ? Il est mystérieux, jamais je ne le nierais. Que ce soit ça ou sa beauté. Des yeux améthystes brillant d’un éclat à la fois terne et irréel. Des cheveux blancs neiges absolument attrayants. Devrais-je oublier ses mots, ses mains, ses regards, ses sourires dissimulés ? Dois-je vraiment oublier ? Je refuse. Padrone Nemesis est bien trop présent pour moi. Il occupe mes pensées même pendant mes promenades avec Gabriel. Mais dois-je continuer à aimer une personne comme lui ? Lui dont le cœur balance pour Padrona Lulubell. Je ne suis pas dupe, je sais voir quand les gens s’aiment. Et ils s’aiment tous les deux. Je le sais, ils le savent au fond d’eux. Je ne dois pas m’immiscer entre eux. C’est pour cette raison que je préfère largement renoncer à cet amour presque… irréel, impossible. Quelle utopie.

Enfin, je rencontra Gabriel. Un écossais absolument unique, charmant. Je crois que je l’ai aimé dès notre rencontre. Je l’ai aimé sans vraiment m’en être rendu compte. Le coup de foudre ? Je l’ignore. J’avais vraiment, à cette époque, renoncé à l’amour. Pourquoi devrais-je aimer ? C’est interdit pour moi. Moi un Akuma, moi qui a tué Tonio. Ai-je droit à ce qu’on appelle l’amour ? Mais pourtant, lorsque que j’ai appris que Gabriel était un scientifique de la Congrégation de l’Ombre, je n’ai pas pu m’en empêcher. Suis-je si immoral ? Ou stupide ? Aimer Gabriel est sans doute une énorme erreur. Si on m’ordonne de le tuer, je ne pourrais pas le faire. Personne ne doit jamais apprendre, personne. Voilà pourquoi on se retrouve toujours en « cachette ».

Toujours est-il qu’à présent, les sentiments sont là. Je l’aime. Bien plus que je n’ai aimé Tonio. Peut-être plus que Padrone Nemesis ? Je l’ignore. Mais j’ai vraiment peur. Peur qu’un jour, un Akuma ou un autre Noah se mette en tête d’exterminer Gabriel. Je ne pourrais pas survivre. Pas après tout ça. M’ôter Gabriel serait m’ôter mon cœur. M’ôter à moi aussi la vie. Mais que dois-je faire ? Lui parler ? Lui révéler mon passé ? Ma véritable identité ? Non, il me haïrait. Il me rejetterait et il souffrirait de cet amour impossible.

- J’étais à toi peut-être avant de t’avoir vu. Ma vie, en se formant, fut promise à la tienne ; ton nom m ‘en avertit par un trouble imprévu.

Pour l’heure, Gabriel et moi étions dans son hôtel. J’avoue que l’endroit est… plus ou moins luxueux. À croire que l’Ordre noir a de bonnes caisses. Passons les détails ô combien intéressants de la chambre de Gabriel. Assis à ses côtés, je regarde la chambre, gêné. J’avoue qu’autant de luxe me gêne toujours autant. Même du temps où Lucio était Lucio. Au temps où Tonio était donc en vie… Ne pas y penser, ne pas y penser.

- Gabriel… ?

Gentiment, je prends sa main dans la mienne. Je caresse sa paume et amène sa main sur ma joue. Les yeux clos, je profite de la chaleur de sa main. J’ignore si c’est sa main qui est chaude ou si c’est ma peau qui est relativement gelée. Quoique… je me souviens que Tonio a toujours eu la peau très froide. Peut-être est-ce que cela vient de là. Je relâche doucement sa main, baisant ses doigts du bout de mes lèvres. J’ouvre les yeux, le fixant de mes prunelles bleues ternes. Je pose sa main sur mon cœur tandis que mes doigts caressent tendrement sa joue, un sourire affectueux dessinant mes lèvres.

- Ti amo Gabriel. La mia anima ed il mio corpo ti appartengono. Sii assicurato ne il mio angelo.

Je m’approche de lui, lentement. Mes lèvres effleurent les siennes. Je me ravise. Reculant un peu, je finis par poser ma tête sur ses genoux, les yeux clos.

- Tu… tu me parlerais de toi Gabriel ? Enfin… de ton passé ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité




MessageSujet: Re: Un tendere e dolce appuntamento [ Pv Gaby ♥ ] [/!\ Yaoi (a)] Sam 7 Mai - 12:55

✿✿✿✿✿✿✿✿✿✿

✿ - Gabriel… ?

Je le regardais toujours en souriant. Il prit ma main dans la sienne et caressait doucement la paume de ma main. Emmenant ensuite, celle-ci sur sa joue douce et froide. Ma main, est elle chaude. Il faut dire qu'aussi je ressens une telle joie, qu'elle m'a fait une monté de chaleur soudaine. Je bouge alors doucement mes doigts, caressant sa joue, toujours un sourire aux lèvres. Ses yeux sont pour l'instant clos. J'admire son si beau visage, sans bouger. Lâchant ensuite doucement ma main, ses lèvres venant baiser mes doigts et me faire un peu rougir. Il ouvre de nouveau ses yeux et me fixe de ses perles bleues en venant poser ma main sur son cœur. Mon sourire s'étire un peu et mes joues s'empourprent un peu elles aussi. Il vient caresser ma joue en me souriant affectueusement. Puis il me dit ensuite :

- Ti amo Gabriel. La mia anima ed il mio corpo ti appartengono. Sii assicurato ne il mio angelo.

Mon sourire s'étire encore, pendant que mon cœur bat la chamade tellement je suis heureux. Je l'aime tellement moi aussi. Il s'approche alors de moi, ses lèvres effleurant le miennes mais finalement il vint poser sa tête sur mes genoux. Ses yeux sont de nouveaux clos et j'en profite alors pour venir caresser ses cheveux doucement. Un « Je t'aime tellement, Lulu. » passe la barrière de mes lèvres. Je ressens tellement de bonheur. Je n'aurais jamais cru avant pouvoir à nouveau être heureux avec quelqu'un qui m'aime et que j'aime en retour.

- Tu… tu me parlerais de toi Gabriel ? Enfin… de ton passé ?
_ Si tu veux, Lulu. Je comptais bien le faire si tu veux tout savoir ; je ne veux pas te mentir.

Je souris. J'avais bien l'intention de tout lui raconter et quand je dis tout, je dis bien tout. Je ne sais pas trop comment il va réagir pour … ce que je lui dirais en dernier. J'espère qu'il ne réagira pas trop mal. Continuant de caresser ses cheveux je commençais mon récit qui allait être assez long :

_ Il ne se passe rien de bien intéressant en faite jusqu'à mes 9 ans. J'ai grandis avec ma tante et mes 4 sœurs. Mes parents, on un travail qui les occupent tout le temps et pas qu'en Écosse et donc c'est ma tante qui nous a élevé tout les cinq. Je considère ma tante comme ma Maman et c'est tout. Mes sœurs, j'aimerais bien si un jour tu pouvais les rencontrer d'ailleurs. Je suis la cadet de la famille et Emily la benjamine est celle qui me ressemble le plus. On me dit souvent d'ailleurs que c'est ma version féminine physiquement. Elles aiment biens toutes m'embêter en faite, surtout les 2 dernières. Sinon pour en revenir à ce que je disais, pas grand chose c'est passé jusqu'à mes 9 ans. Lorsque j'eus cette âge là j'ai rencontrer une personne qui a une certaine place dans mon passé. Il s'appelait Swann Strauss et c'était mon voisin. Très vite il est devenu mon ami puis mon meilleur ami. Je passais beaucoup de temps avec lui et il adorait comme beaucoup de personne m'écouter jouer de la harpe. Puis quand j'avais 15 ans l'ainée de la famille ma grande-sœur Victoria me fit la remarque que je regardais Swann comme un amoureux transis plus qu'un meilleur ami. Comme tu dois t'en douter, il est alors devenu mon petit-ami. Il n'y eu aucun problème jusqu'à mes 18 ans. Il a disparu du jour au lendemain. Enfin plutôt après le décès de sa grande-sœur qui était sa seule famille et qui s'occupait de lui. J'en ai versé des larmes pendant l'année de mes 18 ans et aussi idiot qui ça puisse paraître je pensais qu'il finirait quand même par revenir. Et il est revenu un ans après. Il n'avait pas spécialement changer. Je n'ai jamais voulu parler de cette année avec lui, préférant profiter des instants présents que du passé. C'est lui qui m'a demandé d'aller travailler là où je travaille. J'avais confiance en lui et il m'avait donné d'assez bonne raison pour y aller. On se voyait à l'extérieur une fois que j'avais terminé mon travail et lui le sien. Seuls mes sœurs étaient au courant à vrai dire. Et puis un jour j'ai voulu le voir. Mais je l'ai armement regretté. Je savais au fond de moi qu'un jour ça allait sûrement arriver mais je me le refusais. Il est mort sous mes yeux parce que selon certaines personne il n'avait pas le droit de vivre. Et ces personnes travaillent avec moi. Je l'ai regretté. Je m'étais toujours dis que si je ne lui avais pas demandé de venir cette fois là, rien ne serait arriver. Tu sais dans mon travail malgré certain lien que j'ai, je ne parle à pas beaucoup de monde, je ne dis jamais rien sur moi et je préfère vite finir mon travail pour pouvoir sortir en dehors. Je ne veux pas qu'il fasse de moi un oiseau en cage. Et puis le temps passait, je pensais que jamais je ne retrouverais le bonheur. Mais tu es arrivé. Toi que j'aime tellement. Je crois qu'inconsciemment je t'aime depuis que je te connais. Je peux même en venir affirmer, que je t'aime plus que j'ai aimé Swann et c'est pour cette raison que je ne laisserais jamais personne te faire du mal même émotionnellement. Je ne laisserais personne t'arracher à moi ou t'éloigner de moi. Tu as peut-être du remarquer ce côté de moi mais je suis de nature possessive et jalouse. Je t'aime Lucio.

Je n'avais pas arrêter de le câliner, sa tête toujours posé sur mes jambes. Je l'aime au point qu'importe ce qu'il se passe, j'accepterais et pardonnerais tout. Je l'aime et personne ne pourra m'empêcher d'être avec lui. De pouvoir être heureux avec lui. Je ne veux que lui et ne désire que lui. Il est mon bonheur. Je regarde la peluche panda qu'il m'a offert, qui est juste à côté de moi, l'écharpe de Lulu enroulé autour de son cou. Je veux que cette peluche soit imprégné de son odeur pour qu'elle puisse me consoler lorsqu'il me manque et que j'ai envie de le voir. Un soupir de bien-être et de bonheur sort d'enter mes lèvres. Je le regarde de nouveau. Il est tellement beau et les yeux fermés ainsi est encore plus à croquer. Je le trouve vraiment adorable décidément.
Je fermais à mon tour mes yeux. J'allais à présent lui parler de « ça ». Je ne sais pas comment il va réagir. Je vais tout lui raconter mais … rien que la simple pensé les larmes me montent aux yeux et la peur renvient en moi. Mais je vais le lui dire, je veux qu'il sache. Je ne lui le cacherais pas. J'essayais de rester calme un maximum et je repris ensuite la parole :


_ Il y a quelque chose que je ne t'ai pas encore dis et que je vais te dire maintenant. Je veux que tu le sache car je n'ai pas l'intention de te le cacher de toute manière. Je ne sais pas si je t'en ai parlé mais quand je ressens un trop gros choc émotionnel. Je bloque ma voix inconsciemment et ça peut durer longtemps, très longtemps. Ça m'est arrivé trois fois et c'est ce qui m'a obligé à apprendre le langage des signes. La 2ème fois c'était quand Swann est parti pendant 1 an, la 3ème quand il est mort. Et la première fois c'est... quand j'avais 12 ans un soir d'Avril. Je...

Je sentais alors des larmes couler sur ma joue droite. Mais je n'allais pas m'arrêter là et continuer de raconter, même si mes larmes coulaient.

_J'étais sortis avec Swann ce jour là et lorsque nous nous apprêtions à rentrer j'avais une dernière chose à acheter alors je lui ai dis de partir devant et de rentrer chez lui, qu'on se verrait le lendemain. Une fois que j'eus finit ce que j'avais à faire, je voulais rentrer rapidement alors j'ai pris un raccourci et je suis passé par une petite ruelle. Je n'aurais jamais du faire ça, jamais. A mon réveil , 2 jours plus tard j'étais encore couvert d'hématomes et de bleus et j'avais mal partout. J'avais peur, je me dégoutais. Je ne me suis jamais rappelé rapidement ce qu'il s'était passé cette fois là. Avec le temps les souvenirs remontaient mais en forme de cauchemars. Et j'en cauchemardent encore les nuits même 9 ans après. Cette nuit là j'ai …. * j'avalais un sanglot et murmurais d'une voix tremblantes, les larmes ruisselant sur mes joues * j'ai … j'ai été v-violé.

Je tremblais, je pleurais, j'avais peur. Ce simple souvenir de ce qui c'est passé il y a 9 ans me détruit. Il m'a volé une chose très précieuse, trop précieuse. J'avais arrêter de câliner Lulu, mes mains et tout mon corps tremblait trop. J'essayais de me calmer mais rien n'y fait. Ma vue était brouillé par les larmes et ma voix tremblait autant que mon corps. Je finis par dire tout ce que j'avais sur le cœur :

_ J'ai peur Lulu. J'ai tout le temps peur. 9 ans après j'en cauchemarde encore et même maintenant je ne suis pas idiot, je vois très bien les regards que certains portent sur moi même dans mon propre travail et j'ai peur. On m'a déjà détruit une fois, je ne veux pas que ça recommence.

Je n'osais ni bouger ni rien faire d'autre. J'essayais de me calmer, d'arrêter de trembler et pleurer. Je passais mes mains sur mes yeux pour sécher mes larmes puis les yeux encore rouges et humides je regardais Lulu. Des larmes coulaient encore un peu mais moins. Je lui dis alors :

_ Je n'ai jamais parler de tout ça à quelqu'un en dehors de ma famille et te parler à toi, enlève un poids qui pesait sur mon cœur... Lulu, je peux te demander quelque chose ? Est-ce que je peux tourner la page à jamais et écrire quelque chose de nouveau avec toi, juste toi ?


Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un tendere e dolce appuntamento [ Pv Gaby ♥ ] [/!\ Yaoi (a)]

Revenir en haut Aller en bas

Un tendere e dolce appuntamento [ Pv Gaby ♥ ] [/!\ Yaoi (a)]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D.Gray'man - Le Réveil de Pandore :: « CITIES» :: B.I.G ● T.R.I.P-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit